La pollution sonore empêche les oiseaux de chanter

Le bruit est une source de pollution et de désagrément pour les humains, mais aussi pour la faune. Une étude récente a permis de mesurer les dommages causés par les nuisances sonores sur le chant des oiseaux.

Rédigé par Maylis Choné, le 12 Jan 2018, à 12 h 15 min

Qu’il est doux le gazouillis des oiseaux… Pourtant dans certaines régions très bruyantes, on l’entend moins voire plus du tout.

Le chant des oiseaux modifié par la pollution sonore

Une étude menée aux États-Unis et publiée le 8 janvier dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, vient de révéler les effets graves de la pollution sonore des villes sur les oiseaux. Plus il y a de bruit, moins les oiseaux chantent. Pour être plus précis, certains continuent de chanter malgré tout, mais moins longtemps et élèvent le volume de leurs piaillements. Ceci rend le chant moins subtil, moins nuancé. La communication de l’oiseau est moins nette et entraîne des répercussions sur sa vie amoureuse.

Car le chant des oiseaux sert avant tout à séduire ! Et si l’oiseau ne peut plus attirer ses congénères, il ne se reproduit plus autant. C’est pour cette raison que l’on observe une baisse de la population de certaines espèces volatiles dans les environnements très bruyants : villes, zones proches des aéroports. Certains oiseaux décalent leur horloge biologique et se mettent à chanter plus tôt le matin, quand tout est encore calme.

oiseaux, chant, pollution

© Nature Bird Photography

Le bruit génère du stress chez les oiseaux

Quelles sont les conséquences de la pollution sonore sur nos amis à plumes ? Les chercheurs ont remarqué que les oisillons nés dans les zones bruyantes sont plus petits et leurs plumes moins grandes. Il en est de même dans les zones particulièrement calmes où les prédateurs sont plus nombreux. Dans ces deux cas extrêmes, les parents sont plus stressés de quitter le nid et apportent moins de nourriture aux oisillons.

L’étude précise aussi que dans les zones bruyantes fermées à la circulation sur des périodes de 36 heures, les oiseaux s’adaptent, profitent de ces instants de calme pour chanter. Leur reproduction semble moins touchée. C’est une solution qui pourrait être davantage développée dans les villes.

Illustration bannière : Chants d’oiseaux – © TAUFIK ARDIANSYAH
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis