Les déchets plastiques dans l’océan pourraient tripler d’ici 2040

Même si tout est mis en oeuvre sans tarder pour réduire la pollution aux plastiques, celle-ci ne pourrait être réduite que de 78 % dans le meilleur des cas, selon une étude publiée dans la revue Science.

Rédigé par Anton Kunin, le 27 Jul 2020, à 11 h 45 min

Réduire la pollution au plastique est l’ambition de nombreux gouvernements à travers le monde. Mais, même dans l’hypothèse où les meilleures solutions élaborées et scientifiquement prouvées étaient mises en place, le problème ne pourrait être résolu complètement.

Si rien n’est fait, la pollution au plastique diminuerait de seulement 40 %

La production et l’utilisation de plastique vont croissant. Et avec elles, la pollution que le plastique engendre. Si les gouvernements à travers le monde maintiennent la même politique en matière de plastique (en termes d’incitations à moins produire, réutiliser, mieux collecter et mieux recycler), d’ici 2040 la pollution au plastique diminuerait de 40 % par rapport au niveau de 2016. Trop peu bien sûr.


Mais même la mise en oeuvre universelle des meilleures politiques publiques et des meilleures technologies ne pourrait résoudre le problème complètement. Dans le meilleur des cas, d’ici 2040 la pollution au plastique diminuerait de 78 % par rapport au niveau de 2016. Cela veut dire que, même si ce scénario se réalisait, 710 millions de tonnes de déchets plastiques entreraient dans les écosystèmes aquatiques et terrestres, apprend-on d’une étude publiée dans la revue Science(1).

À lire aussi – Vivre presque sans plastique ? C’est possible

250 millions de tonnes de plastique supplémentaires dans les océans d’ici 2040

Si les politiques publiques actuelles sont maintenues, d’ici 2040 le volume de plastiques qui entreront dans les écosystèmes aquatiques sera multiplié par 2,6. Sur la même période, le volume de plastiques enterrés sera multiplié par 2,8. Sur la période de 2016 à 2040, 250 millions de tonnes devraient rejoindre les écosystèmes aquatiques, et 460 millions de tonnes devraient être enterrées.

Les auteurs de l’étude appellent à prendre des mesures décisives dès maintenant (en 2020). Selon leurs estimations, différer la prise de ces mesures de 5 ans créerait 300 millions de tonnes supplémentaires de plastiques « mal gérés » (soit produits en trop, non collectés et non recyclés). Si des mesures décisives sont prises en revanche, la production annuelle de plastiques pourrait être ramenée à 44,9 tonnes.

La pollution au plastique pourrait être réduite de 78 % maximum d’ici 2040 © alphaspirit
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Je ne comprend vraiment pas le pourquoi, vu que des millions sont payés au chômage pour rester à ma maison à rien faire, nos gouvts n’investissent pas dans l’industrie du recyclage des déchets plastiques ??? comme «ingénieur conseil», actuellement à la retraite, j’ai travaillé, dans les années ‘80, invité par l’Université Autonome de Mexico, comme conseiller pour trouver un emploi pour les fibres végétales qu’ils produisaient (hennequen, sisal, coco, etc.) qui ont été éliminées par l’arrivée des fibres synthétiques, en venant en aide aux paysans qui ne pouvaient plus vivre de leur production.
    Parallèlement j’ai visité les ordures de cette mégalopole, et j’ai vu que les déchets plastique ainsi que les vieux pneus, formaient des montagnes (pas des collines)…….
    Dans les 3 mois que j’ai travaillé là-bas j’ai sorti de leur laboratoire des matériaux utilisables comme toitures (pour remplacer celles en Eternit bourrées d’amiante) comme planchers, comme tuiles, etc. en recyclant des déchets de plastique et de vieux pneus en utilisant, comme charge, un composant très économique présent à profusion : le sable !!!!
    Cette technologie que j’ai utilisée est très simple et peut très bien être utilisée en France, sans aucun problème, pour créer des emplois en revalorisant ces déchets pour produire des matériaux à haut rendement ajouté, au lieu de payer des chômeurs pour qu’ils restent à la maison à rien faire !!!!!
    J’ai écrit à la Communauté des Communes de ma région qui gère ces déchets et que je paye chaque année, en me présentant comme conseiller et je n’ai reçu AUCUNE RÉPONSE…… Alors ???

Moi aussi je donne mon avis