Plus de 200.000 médicaments en rupture de stock en France

Le nombre de médicaments en rupture de stock augmente de plus en plus chaque année.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 23 Dec 2016, à 10 h 30 min

Près de 2 % des médicaments habituellement disponibles en pharmacie seraient en rupture de stock au moment où les patients les demandent. Dans son rapport du 13 décembre, l’Ordre des pharmaciens a relevé 200.000 déclarations de ruptures de stock, rien que sur l’année 2016.

Les fabricants et distributeurs pointés du doigt

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a récemment constaté qu’il y avait dix fois plus de ruptures d’approvisionnement de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur en 2014 qu’en 2008. De plus, le dernier bilan du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP) montre que ces ruptures de stock ne semblent pas diminuer. En effet, entre 2015 et 2016, près de 200.000 déclarations de ruptures de stock ont été signalées par les officines.

Parmi les produits les plus touchés, on trouve les vaccins, les produits dermatologiques, les hormones systémiques puis sexuelles et génito-urinaires, ainsi que les substances ciblant le squelette et les muscles. Ainsi, près de de 2 % des médicaments vendus dans les officines étaient indisponibles dans les 72 heures suivant leur commande entre février 2015 et novembre 2016. L’Ordre des Pharmaciens affirme que les causes de ce phénomène sont multiples : retard de production, capacité de production insuffisante, une mondialisation de la fabrication et de la demande ou encore une incapacité de production. Les fabricants et distributeurs ont une part de responsabilité importante concernant ces ruptures de stock.

Comment mieux gérer les pénuries ?

Pour lutter contre l’insuffisance de médicaments et de vaccins, l’Ordre des Pharmaciens a développé un outil appelé le DP-Ruptures. Ce dernier permet d’améliorer la transmission de l’information entre les différents acteurs, directement liée à la gestion des ruptures d’approvisionnement. Actuellement en cours de généralisation, l’outil est expérimenté depuis mars 2013 et donnera la possibilité aux pharmacies de signaler les ruptures de stock directement au laboratoire concerné via un logiciel spécifique. Le DP-Ruptures permettra également de quantifier les ruptures d’approvisionnement.

Pour le CNOP, le constat est sans appel « les ruptures d’approvisionnement de médicaments constituent une véritable préoccupation de santé publique ». Prenant aujourd’hui une ampleur toujours plus importante, la pénurie de médicaments est un phénomène auquel il faut remédier rapidement en France.

Illustration bannière : – © Lisa S. Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Une bonne nouvelle ! moins de médicaments inutiles donc plus de santé prenez des médicaments uniquement si nécessaire, il n’y a pas de miracles, soignez vous en mangeant mieux, sortez de la malbouffe, faites de l’exercice, Riez,jouez, allez voir des amis

Moi aussi je donne mon avis