Nos plantes vertes, stars du greenporn !

Grasses, exotiques, sauvages ou empotées, elles font les belles sur les réseaux sociaux : les photos de plantes vertes sont désormais parmi les plus postées, avec un drôle de hashtag… #greenporn

Rédigé par Brigitte Valotto, le 22 Jan 2020, à 18 h 00 min

Certes, elles sont encore loin des chatons, stars incontestées et indétrônables du Net ultra-mignon. Mais nos plantes prennent bien racine sur le web : le #greenporn, qui accompagne leurs photos postées sur les réseaux, serait en voie de dépasser celui du #foodporn – en référence auquel il a été créé. « Le terme original a été inventé pour désigner les images du contenu de nos assiettes, censées exciter les papilles et susciter l’envie… d’où la référence au porno », explique Isabelle Vauconsant, co-fondatrice du magazine de jardin en ligne Hortus Focus… dont le succès croissant (15 millions de pages vues en trois ans d’existence !) témoigne aussi de ce phénomène de « végétalisation » des réseaux.

Greenporn : les millenials aiment les belles plantes

« Ce hashtag s’accompagne souvent de celui de #urbanjungle et peut aussi bien désigner les photos d’une plante d’appartement, exhibée sous son meilleur jour par son propriétaire, fier de montrer les étapes de sa croissance ou sa beauté… que celles de son jardin potager, d’un superbe paysage ou un plat végétarien, ou encore une petite plante coincée entre deux pavés dans la rue d’une grande ville… »

Isabelle Vauconsant pointe un avantage supplémentaire du #greenporn sur le #foodporn : il récolte plus facilement les likes ! « C’est plus facile d’avoir de jolies photos de plantes que de plats ! » souligne-t-elle. Et paradoxalement, ce ne sont pas ceux qui vivent le plus dans la nature qui postent le plus de photos de nature… mais les jeunes urbains qui en sont coupés : ils essaient de la retrouver, la débusquant en ville ou la faisant entrer chez eux.

jardinage greenporn

Les millenials se mettent au jardinage ©ShotPrime Studio

Ainsi, selon les chiffres Hortus, 37 % des 18-34 ans font désormais du jardinage d’intérieur, alors que ce marché était plutôt dévolu, jusqu’alors, aux plus de 50 ans. Et le nombre de recherches Google sur ce thème a été multiplié par dix en neuf ans. Ce qui témoigne, selon la co-fondatrice du site, d’un vrai phénomène de société : « Comme le #foodporn, le #greenporn démontre que les Millenials ont besoin de se raccrocher à des valeurs d’authenticité, de naturel, estime-t-elle. Cuisiner ou jardiner de ses mains va dans ce sens. Photographier ses réalisations permet aussi de faire partie d’une communauté, de s’entraider sur ces thèmes. Nous recevons un afflux d’images, mais également beaucoup de demandes d’infos, de conseils de jardinage. »

Des rencontres sensuelles… avec la nature

Rien d’étonnant pour Cyrille Schwartz, dirigeant de l’agence Corporate Garden, visant à valoriser le végétal dans les lieux de vie et de travail. « La progression du #greenporn est l’illustration de cette tendance qui consiste à retrouver un lien et un contact presque charnel avec la nature, assure-t-il. C’est une façon très personnalisée et très intime de la mettre en scène. On voit des photos de grande sensualité, jusqu’à l’érotisme : ces vingt dernières années, c’était autour de la nourriture, pour les nouvelles générations, ce sera autour du végétal ».

Pour autant, remarque-t-il, les Millenials ne cherchent pas, comme leurs aïeux hippies, à revenir à la nature : « Ils ne l’ont jamais connue, n’ont jamais eu le moindre rapport avec elle ! Ce qu’ils veulent, c’est la faire entrer dans leur vie, jusque dans leurs espaces de travail, comme en témoignent des études récentes. »

erotisme plantes

L’érotisme des belles plantes © Look Studio

Les espaces de végétation apaisent le stress, ramènent du concret dans un univers connecté, virtuel. Voilà pourquoi publier des photos de plantes vertes n’est pas seulement une mode qui peut sembler un peu crétine… mais surtout une façon de partager ses expériences végétales, et l’indicateur d’un changement plus profond des mentalités !

Isabelle Vauconsant surenchérit : « Tout le monde s’est emparé du végétal : c’est bon pour le moral, la santé, la déco… ça contrebalance l’arrivée massive du numérique, où tout est désincarné. La plante vous remet dans quelque chose que vous ne maîtrisez pas complètement. Elle a sa propre vie. » Et quand on réussit à prolonger cette vie, à la faire grandir et prospérer, on se sent, à son tour… vivant : la clé du succès du greenporn ? Une chose est sûre : mater de belles plantes… ça rend heureux !

Et ça tombe bien 2020 est l’année qui met la santé des végétaux à la une !

Illustration bannière : Greenporn, le nouveau hashtag qui fait fureur – © Alena A

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste free-lance, Brigitte Valotto est notamment une collaboratrice régulière des pages enfants, société, pratique, tourisme et actu de...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. La dernière photo représente bien la contradiction de cette génération : plus de nature mais des cheveux roses, un meilleur environnement mais plus de vêtements / digital…

Moi aussi je donne mon avis