Plan rouge contre les algues vertes sur les plages bretonnes

2017 est la pire année en terme de prolifération d’algues vertes. La Bretagne bat ses records et certaines baies ont vu les surfaces recouvertes croître de 50 %. Un nouveau plan d’action est lancé pour la période 2017-2021.

Rédigé par Maylis Choné, le 7 Jul 2017, à 11 h 35 min

La prolifération s’est encore aggravée cette année sur les plages bretonnes. Les algues vertes recouvrent des surfaces de plus en plus vastes. Pour sauver leur littoral, les élus lancent un nouveau plan d’action.

Un nouveau plan de lutte anti algue verte pour 2017-2021

Les élus locaux ont mis en place un plan de lutte pour la période 2017-2021. L’enveloppe consacrée à la prévention et aux mesures de lutte contre les algues vertes sur le terrain s’élève à 55 millions d’euros. Huit baies pourront ainsi tenter d’endiguer durablement la prolifération récurrentes d’algues sur leurs plages : la Fresnaye, Saint-Brieuc, la Lieue de Grève, Locquirec, l’Horn-Guillec, Guissény, Douarnenez et la Forêt-Concarneau.

Le seul moyen de parvenir à une maîtrise des échouages est d’affamer les algues en azote, ce qui suppose d’atteindre des concentrations en nitrates extrêmement basses dans les cours d’eau et, donc de faire évoluer en amont les pratiques agricoles“, souligne la préfecture dans un communiqué. Plus concrètement, les agriculteurs devront favoriser les zones de pâturages à la place des cultures de céréales qui réclament plus d’engrais et de pesticides, et couvrir les sols entre deux cultures pour stopper la fuite des nitrates.

algues vertes

Algue verte Ulva lactuca – © Kristian Peters (CC-BY-SA-3.0) via Wikimedia Commons

Les nitrates favorisent la prolifération des algues vertes

Les algues vertes ne sont pas arrivées toutes seules. Les déjections animales et les engrais (nitrates) infiltrés dans les sols rejoignent les cours d’eau souterrains, nourrissent l’algue et permettent son développement. Un développement parfois à retardement car le nitrate peut mettre plusieurs années à rejoindre les eaux souterraines.

Pourtant, cette année, la saison commençait bien. Le mois de juin a été marqué par une baisse du taux de prolifération par rapport aux années précédentes. Mais les fortes chaleurs ont rapidement fait basculer la donne. Des plages ont dû être fermées au public. Les ramassages s’intensifient. Certaines baies ont vu les surfaces recouvertes par des algues vertes augmenter de 50 à 70 %.

Illustration bannière : Ramassage des algues vertes sur les plages bretonnes – © capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




4 commentaires Donnez votre avis
  1. Je suis consterné de constater l’immense incompétence de nos décideurs.En effet, je suis propriétaire d’un brevet qui permet de limiter la prolifération des algues vertes en plus de protéger le littoral des conséquences des tempêtes.
    Tous les décideurs ont été contactés, y compris les ministres, de nombreux dossiers ont été envoyés sans résultat.
    Voilà le triste bilan qui démontre l’absence de volonté pour régler le problème.

  2. Elles peuvent servir d’engrais bio surtout au compostage.

    • Une condition très importante, ne pas respirer les gaz lors du
      retournement car cela peut être mortel

    • De nombreuses possibilités existent pour valoriser ces algues vertes,
      par exemple : faire du papier (papier haut de gamme extrêmement au toucher et à l’écriture). mais d’autres utilisations sont plus discrètes (brevet oblige)

Moi aussi je donne mon avis