Invasion précoce des algues vertes sur les plages bretonnes

Cette année, les algues vertes déferlent sur le littoral breton beaucoup plus tôt qu’au printemps précédent. Plusieurs milliers de tonnes ont déjà été retirées des plages de Côtes-d’Armor.

Rédigé par Maylis Choné, le 27 Apr 2017, à 10 h 50 min

Les algues vertes pullulent et envahissent les plages bretonnes. Le phénomène est accentué par les nitrates utilisés par les agriculteurs et présents dans les eaux souterraines.

La lutte contre les algues vertes a commencé

L’année dernière les tracteurs avaient commencé leur va-et-vient autour du 15 mai. Cette année, le ramassage a déjà commencé sur les plages de Côtes-d’Armor notamment. En chiffres, ce sont près de 1.600 tonnes d’algues vertes qui ont été retirées de la baie de Saint-Michel-en-Grève depuis janvier 2017.

Chaque année ce sont entre 30.000 et 70.000 tonnes qui sont retirées par les collectivités. Ces opérations de nettoyages coûtent cher : entre 2011 et 2016, 114 millions d’euros ont été dépensés pour faire face à ce phénomène. Depuis 2010, la lutte contre les nitrates et la prévention auprès des agriculteurs semblaient porter du fruit, le volume d’algues avait commencé a diminué. Mais la donne a visiblement changé cette année.

Pourquoi les algues vertes envahissent les plages ?

Les algues vertes sont naturelles. Cette année, l’hiver plutôt doux et ensoleillé et le printemps pluvieux ont dopé leur prolifération. Celle-ci a été accentuée par les nitrates infiltrés dans le sol par les agriculteurs et qui atteignent les nappes d’eau souterraines. En effet, les nitrates servent d’engrais à ces algues. D’après les spécialistes, les eaux souterraines (polluées) mettent parfois entre 10 et 50 ans à rejoindre la mer. Ce sont donc les mauvaises habitudes passées que nous payons aujourd’hui.

Depuis quelques années, les pratiques agricoles s’améliorent en Bretagne et la qualité de l’eau se rétablit. Les agriculteurs sont accompagnés par des aides financières et aujourd’hui près de 6,7 % des fermes sont passées au bio contre 2,9 % en 2009. Un nouveau plan d’action pour la période 2017-2021 sera bientôt lancé pour engager de nouveaux objectifs.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. En fait les températures on batu tous les records et le golfstream a mon avis doit avoir aussi des eaux bien plus chaudes que d’habitude. Se qui au environ de 2025, devrait nous amener les premières tempètes tropicale, voir les premiers ouragants. Quand a l’eutrophisation des halobiomes, LA NATURE N’AIME PAS LE VIDE. Et ce que l’on jete et qui pourrait être utile est automatiquement recyclé.

  2. Bonjour,

    n’auriez-vous pas confondu la baie du Mont St Michel (à cheval entre la Bretagne et la Normandie) et la baie de St Michel-en-grève, dans les Côtes d’Armor? Il y a juste 180 km qui séparent ces 2 endroits…
    Merci de reprendre vos sources pour déterminer où ont été rammassées ces 1600 tonnes d’algues.

Moi aussi je donne mon avis