Plan loup : la chasse au loup recommence

Rédigé par Alan, le 31 Aug 2014, à 11 h 39 min

Si certains accusent de facilement “crier” au loup, l’Etat français a en tout cas décidé de revoir son Plan loup, avec des modifications déjà mises en application cet été.

Un nouveau Plan loup en France

Le projet de loi d’avenir agricole est large et les associations ont été quelque peu surprises d’y voir figurer la trace d’un nouveau Plan national loup. La CMP a maintenu ce qui avait été voté au Sénat : l’autorisation aux éleveurs de tir de prélèvement de loup en cas d’attaque avérée de leurs troupeaux pour une durée de six mois.

La tendance, en effet, est à l’abattage des loups. Le 5 août 2014, Segolène Royal et Stéphane le Foll avaient ainsi signé un arrêté autorisant la chasse au loup. Cet arrêté a été publié au Journal Officiel du 14 août 2014.

plan-loup-chasse-france-01

Le ministère de l’Ecologie avait ainsi fait paraître un communiqué affirmant vouloir “mieux défendre les troupeaux“. En France, il y a 300 loups, un chiffre en hausse et les attaques seraient également en hausse. Il s’agirait donc de “mieux protéger les éleveurs“, par des tirs. Le Ministère s’est positionné et ce malgré 90 % d’opposants lors d’une consultation nationale.

On relance la chasse aux loups

Evidemment il y a une nette opposition entre les agriculteurs, éleveurs et chasseurs et les associations comme Ferus, l’association de protection et de conservation du lynx, le l’ours et du loup. Cette dernière a demandé des explications à Ségolène Royal, spécifiquement au sujet du plafond du nombre de loups pouvant vivre en France.

plan-loup-chasse-france-03

Et de rappeler que le loup est protégé au niveau international, au niveau communautaire mais également au niveau national. “La France s’est engagée à maintenir sa population en bon état de conservation dans son aire de répartition naturelle.“, a précisé Ferus dans un communiqué. “Il est donc particulièrement incohérent de vouloir imposer un plafond concernant sa population en France alors que l’espèce n’occupe actuellement qu’une faible proportion des zones favorables du territoire national.

Les loups sont revenus en France au début des années 1990 par l’Italie et depuis on les trouve principalement dans les Pyrénées, les Vosges, le Massif Central, la Haute-Marne et même l’Aube. Des régions surveillées, dont les préfets ont été reçus par le ministère afin de prendre en considération “la détresse des éleveurs et de leurs familles“, selon un communiqué.

“Améliorer l’efficacité du plan loup”

plan-loup-chasse-france-02

Le Plan Loup, paradoxalement, encadre la protection de l’animal, mais prévoit effectivement d’en abattre certains en cas de “menaces avérées” envers les troupeaux. Des abattages ont déjà été effectués avec une élévation du plafond à 36 au lieu de 24 sur l’année.

Il faut savoir que le plan loup prévoit aussi le financement d’aides-bergers, des chiens de protection ou des clôtures électrique, permettant de limiter les dégâts quand les attaques peuvent avoir lieu, spécifiquement entre minuit et 5h, et surtout dans les zones où les troupeaux ne sont pas à l’abri. Des indemnisations sont également prévues.

*

plan national loup chasse tirs

Lisez également sur le loup :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

54 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour aider le loup à sa survie il faudrait arrêter la chasse des cerfs, chevreuils et daims pendant au moins cinq ans. Cela permettrait à cette faune herbivore d’augmenter ses effectifs et aussi à satisfaire l’appétit des loups qui ne l’oublions pas pour beaucoup de peuple représente le Docteur des troupeaux. Ainsi petit à petit fini l’inquiétude des éleveurs, et la paix dans les pâtures des moutons. Cela exige un sacrifice de 5 ans d’arrêt de chasse, c’est peu dans toute une vie !

  2. Tout cela se paiera dans les urnes, dommage que notre président n’ait pas su mieux choisir ses ministres!!

  3. DANS LE TEMPS LES BERGERS ETAIENT DE VRAIS BERGERS… ILS DORMAIENT AVEC LEURS BETES… DONC PAS DE RISQUE D’ATTAQUE D’AUTRES PREDATEURS…. AUJOURD’HUI, ILS LAISSENT LEURS MOUTONS SEULS, OU DEHORS OU DANS LEUR BERGERIE, ET, EUX, vont DANS LEUR “APPARTEMENT” AVEC LEUR PETIT CONFORT…. QU’ILS NE S’EN PRENNENT QU’A EUX MEME… OU TU VEUX LE CONFORT, ET TU NE FAIS PAS LE BERGER… OU TU ASSUMES…

  4. Je suis choquée de constater à quel point l’humain n’évolue pas ! Abattre les loups pour protéger les troupeaux ?! Les loups sont ENFIN revenuS dans un pays qui était le leur, ils sont utiles à l’écosystème, ne tuent pas par plaisir mais pour se nourrir. Et l’état (donc nous) dédommage les éleveurs pour chaque bête tuée.
    En fait, Mme SEGOLENE n’a pas plus réfléchit aux conséquences qu’elle ne réfléchit quand il s’agit des autres qu’elle.

  5. J’aimerais que nos ministres et préfets me donne une explication succincte et facilement compréhensible du terme “menaces avérées” Pourquoi le principe d’ innocence n’ est pas appliqué à propos du loup car il suffit d’ une attaque supposée pour déclencher une battue. Il serait certainement plus judicieux que l’ éleveur produise le cadavre du coupable pour prouver les faits et ainsi avoir droit à indemnisation de tous les dommages subis (décès,stress,blessures diverses des animaux)je pense que cette façon de procéder étoufferait bien des polémiques et permettrait d’ élever un peu le débat.

  6. Je lis rapidement les avis postés et comme d’habitude, on a la caricature des avis de citadins qui ont lu trois sites militants pour argent comptant:
    – les attaques de loup seraient le fait de chiens errants. Les chiffres sont pourtant là, les attaques de chiens errants sont rares (déjà parce qu’il n’y a que très peu de chiens errants) et on a pu faire la comparaison des zones sans loup et des zones avec. Il y a bien une très nette augmentation des attaques

    – les éleveurs sont indemnisés pour les attaques de loup et pas de chiens, ils ont dont intérêt à mentir. L’indemnisation ne concerne que les animaux tués. Rien sur les animaux stressés (perte directe car les brebis n’ont pas de petits lors des luttes suivant une attaque), rien ou presque sur les endommagés. Dire que les éleveurs vivent de ces attaques est fallacieux : les éleveurs se passent très bien de ces aides s’il n’y a pas d’attaques.

    – associer les gardiens et leur sagesse légendaire aux grands sages défenseurs de loup pour trouver de meilleurs solutions. Déjà, il faut commencer par trouver des défenseurs des loups qui ne sont pas pour la disparition des bergers. Ensuite, viennent les supers solutions alternatives… qui marchent mal sur des troupeau de taille économique et pas anecdotique (clôture, gardiennage…). Rien que la solution des patous pose des problèmes pour les randonneurs et l’on voit arriver des panneaux qui disent de se méfier de ces chiens.

    – les pays étrangers s’en sortent très bien. En fait, ils s’en sortent très bien si on ne fait que les lire les articles en français qui parlent des pays étrangers : ces articles sont faits par des défenseurs du loup qui ne se réfèrent jamais aux faits réels. Quand on accepte de passer par dessus la barrière de la langue, on trouve aussi des articles en espagnol et en italien qui traitent des problèmes avec les loups.

    La discussion sur le loup pourra commencer quand on aura évacué tout ce prêt à penser livré en vrac par des associations qui se moquent totalement de la survie des petits éleveurs : le plus comique est qu’en fait, ceux qui s’en sortent le mieux sont les grosses fermes où le mouton ne sort pas. Ces idées toutes prêtes ne sont d’ailleurs jamais là pour apporter de vrais solutions mais toujours pour apporter la contradiction stérile (minimiser l’impact, le mettre en doute, mépriser les éleveurs en les traitant d’incompétents ou de menteurs…)

    • je suis bien d’accord avec la synthèse de Patrick
      j’ajouterai que tant qu’on a aucune idee de ce que coûte une initiative écologique, comment peut on faire des choix sages et avoir les bonnes priorités. être écologiste c’est peut être refuser aussi les idées toutes faites, se renseigner, voir ce qu’une décision implique et quels sont ces effets, ne pas refuser la réalité des faits (la recrudescence des attaques) , sinon on verse dans le militantisme naïf qui finira par desservir la cause que l’on veut défendre.
      Je suis d’accord aussi sur le dernier point sur la survie des petits éleveurs, mais contre les subventions pour les grands troupeaux de boeuf ou autres, pour faire manger de la viande deux fois par jour à tout le monde: c’est aberrant! Je pense qu’il ne devrait plus y avoir de subventions par tête au-delà d’un nombre de têtes à définir suivant les especes et (ou non) les territoires.

    • vous avez raison sur certains points mais dire que ceux qui défendent les loups sont “anti-berger” est une erreur: celui qui aime les loups, aime la nature, aime les bergers et ses mouton! croyez moi! Ce qui est en effet dommageable c’est que le berger est en effet obligé de crier au loup pour se faire indemniser même quand ce dernier n’est pas en cause, et que cela légitime la chasse… et c’est çà que le “pro-loups” condamne: la chasse!! tout simplement… Les bergers leur servent d’alibi, et çà c’est insupportable! bien sûr c’est triste pour eux et pour ces pauvres moutons lorsqu’il y a une vrai attaque de loups (le troupeau était-il assez protéger? n’y aurait-il pas des petites adaptations à faire pour vivre tous en harmonie? Il serait tout de même prétentieux de penser que le territoire francais n’appartient qu’aux bergerx et aux chasseurs et que de ce fait le loup n’y est pas le bienvenu, non? Les défenseurs du loup doivent bien pointer du doigt les fausses allégations qui amènent les pouvoirs publics a prendre des décisions toutes plus aberrantes les unes que les autres. cdlmt

  7. Je suis contre l’abattage systématique des loups mais j’habite dans les Alpes et en 15 jours dans ma vallée nous avons eu 2 attaques de loup contre des moutons, ça veut dire que 197 moutons se sont dérochés par peur à la suite d’ attaques des loups qui se sont installés dans le coin. En ce moment c’est encore l’Estive, vaches et chèvres sont encore en altitude…… il faut choisir entre les loups et la production des ovins et bovins qui nous fournissent viande, lait, fromages……OK vous êtes végétaliens mais peut être vous pourriez penser aux autres et surtout aux éleveurs qui vivent dans des conditions pas tjrs faciles surtout cet été pourri, allez donc vivre avec eux à 1600/1800m d’altitude dans des conditions spartiates pendant 100 jours avec la pluie, le froid et le travail à assurer malgré tout et pour des salaires pas tjrs en rapport avec le travail fatiguant, ils ne sont pas dans des bureaux!!!!!! Avant de vivre ici il y a bien des choses dont je ne me rendais pas compte à leurs justes valeurs, maintenant que j’y vis je partage les sentiments des gens du cru ! A bon entendeur SALUT –

    • Bonjour Pol,
      Inutile d’être végétarien pour prendre la défense du loup (j’aime le saucisson, le gigot d’agneau et le faux-filet de bœuf). On peut aussi vivre en altitude, avoir connu des climats rudes et des conditions spartiates, mais sans pour autant prendre les hormones des gens du cru pour parole d’évangile. La question est ailleurs.
      Les conditions ne sont pas faciles, les solutions ne seront pas simplistes ; mais ce qui est décidé est fait n’est, pour l’instant, que le fruit de la démagogie et de la cupidité. Elles n’ont rien à voir avec le bon sens. Et ce n’est pas en flattant les raccourcis de pensée faciles que l’on sollicite la véritable intelligence potentielle “des gens du cru” (qui ne pensent pas tous pareil, ne généralisons pas).
      Quelque chose me dit que si l’on associait vraiment les gardiens de troupeaux (qui ont une connaissance concrète du terrain et de certaines ressources de proximité) à un vrai travail de fond conduit en bonne intelligence avec les protecteurs du loup (qui ont accès à des informations et une vision globale très précise et rigoureuse – et qui ne vivent pas que dans des bureaux, soyez-en sûr), de vraies solutions émergeraient assez vite, ainsi qu’un sentiment de respect mutuel. Mais ce seraient alors contre les idéologues, les chasseurs et les chasseurs de voies aux prochaines élections que nous aurions tous à nous défendre !

  8. Un agriculteur à la montagne m’a dit qu’a chaque bestiaux croqué par un canidé dans ses alpages correspondait à une indemnité.
    Sauf que quand c’est un chien elle est bien moindre que quand c’est un loup qui est responsable.
    Donc c’est quasiment systématiquement de la faute du loup. Money is money.
    J’ai 2 enfants et j’ai essayé de ne plus placer le loup (et les requins) comme symbole du “qui fait peur” dans leur éducation. Et ben c’est impossible (poids culturel trop important.)
    Bonne chance au loup chez nous. C’est un animal magnifique dont l’existence dépends des hommes.

    Biz à tous
    Eric

    • Bien dit.
      Quant à réhabiliter le loup dans l’esprit des enfants, si, c’est possible, nous avons réussi à la maison. Il y a des défenseurs du loup déjà militants… âgés de 7 ans ! 🙂 C’est mignon, et ce sont eux qui auront l’éducation assez ouverte et solide à la fois pour être de bon décideurs, dans quelques années. Ils défendront ce que nous aurons réussi à préserver d’un triple phénomène autrement plus nuisible que toutes les espèces classées “nuisibles” : la cupidité, l’ignorance et l’idéologie, dont le monde agricole conventionnel n’est que l’un des relais, malheureusement bien ancré sur le terrain. En attendant, il va y avoir des gens très contents de pouvoir se défouler légalement avec leurs fusils, à la ferme du coin. Madame Royal et Monsieur Le Foll font vraiment leur possible pour fouler au pied toute pensée écologique.
      Enfin, merci à ceux qui ont aussi relevé l’argument des brebis tuées et non mangées (ce qui semble donc être étranger au loup) et des brebis tuées là où le loup n’est pas encore revenu… Bien vu.

    • non ce n’est pas impossible! meme si effecttivement bien ancré dans notre culture (les 3 petits cochons, le chaperon rouge, la chevre de mr seguin… à chaque fois c’est la faute du loup! mais c’est n importe quoi et on trouve maintenant des video de loup jouant avec des chiens, de loups faisant des calins à des touristes… moi je leur montre çà maintenant à mes petites et elles commencent à comprendre, çà va mieux désormais pu de peur du loup… car le pire c’est que moi meme j’en jouais. Par contre, je ne me gene pas pour chanter à tout va la comptine “dans sa maison un grand cerf, …” parcque dans cette chanson c’est le chasseur le méchant, rare n’est ce pas?! cdlmt

  9. a force de grignoter sur le territoires aniaux l’humain saccage tout; sans compter sur sa nature profonde méchante de tuer pour le plaisir.
    va t on arriver a contrer cette loi encore ??? oui je me mobilise pour.. n ‘est ce pas Madame Royal??? faitevotre Vrai travail…

  10. sauvez nos loups des fusils , des chasseurs , arretez de réduire leur espace vital , stop aux carnages en tout genre , et protégez ce qu’il reste de beau sur Terre avant qu’il ne soit trop tard ,

  11. Moi aussi, comme Fabienne, je m’interroge sur le fait que l’on retrouve toutes ces brebis mortes sans être mangées. Par ailleurs il y aurait 300 loups en France et des milliers de moutons tués ? ça me parait un peu suspect quand on sait que le loup n’est pas présent sur tous les territoires où les prédations sont constatées.

  12. Il serait peut-être temps de réviser le quota de chasse autorisé à l’homme en ce qui concerne le gibier préféré du loup «afin de satisfaire son appétit et sa survie ». N’oublions pas que chez beaucoup d’autres peuples, il est souverainement le docteur de la faune sauvage !

  13. A qui profite cette mesure gouvernementale ? Honte à ceux qui la soutiennent. Pensez-vous vraiment que les brebis retrouvées égorgées soient le seul fait du loup ? Non pas du tout. Il y a également les chiens errants, abandonnés à leur triste sort soit dit en passant.
    Ne trouvez-vous pas étrange que la plupart des brebis retrouvées ne soient pas mangées ? Un loup qui tue est un loup qui a faim et qui chasse pour sa survie et celle de sa meute. Alors, qui sont les coupables ? N’assistons-nous pas ici à une population d’éleveurs de plus en plus assistée car le problème vient de là, pour toujours toucher plus d’indemnités du gouvernement, ces mêmes éleveurs sont prêts à tout, probablement pris à la gorge croulant sous leurs detes mais à quel prix ?
    Il y a d’autres solutions.
    L’homme est le pire prédateur que la terre n’ait jamais connu !

  14. après les avoir totalement détruits, on les protège et on les réintroduit et maintenant dans les parcs on veut en abattre car ils gênent les éleveurs. Il faut que ceux-ci s’adaptent (berger, ane au milieu du troupeau, patous…). ceci me révolte profondcément

  15. J’apprécie tous vos avis. j’aime le loup, j’aime les moutons. J’aime le vivant. C’est à nous humains de faire en sorte de bien vivre les uns avec les autres. La faune sauvage a toute sa place sur cette Terre. Ne l’éradiquons pas : elle contribue fortement à l’équilibre. je ne serai plus là dans 50 ans, mais je crains beaucoup pour notre environnement et les politiques s’en moquent…le pouvoir et l’argent sont leurs deux mamelles et raisons d’exister ! Je vous conseille une lecture : wangari maathai…celle qui plante des arbres…tout simplement fantastique.

  16. Je ne comprend pas comment font les éleveurs en Italie notamment dans le Val D’Aoste, d’où proviennent les loups et ils sont nombreux, de même dans les Pyrénées espagnoles avec l’ours…..Ça semble très bien se passer, nous n’en entendons pas parler, mais pas en France, il y a réellement un malaise !
    Il est certain que les bergers sont de moins en moins nombreux en France.

    • Dans les pays étrangers, ils font aussi mal qu’en France. Sauf que la barrière de la langue permet à des personnes comme vous d’affirmer que cela se passe très bien là bas.

  17. Les pouvoirs publics pris au piège : le loup est le bon truc pour les éleveurs, dès qu’un mouton meurt c’est le loup le coupable et les dispositions actuelles font que l’état indemnise. Après on fait des opérations de communication en autorisant les délinquants munis de permis de chasse à exterminer le peu de faune sauvage qu’il nous reste.

Moi aussi je donne mon avis