Les pesticides interdits pour les particuliers

Rédigé par Alan, le 24 Jan 2014, à 11 h 04 min

France – Suite à l’adoption d’une proposition de loi par le Parlement, il sera bientôt interdit d’utiliser des pesticides dans un cadre hors agricole.

Plus de pesticides dans les jardins en 2022

arbre-jardin-groseiller-a-maquereauAinsi, dès 2022 dans les jardins particuliers, les pesticides seront interdits. Dès 2020, l’Etat, les collectivités locales et établissements public ne pourront plus étendre de pesticides dans les forêts, chemins ou jardins publics.

C’est ce qu’a voté le Parlement français le jeudi 23 janvier 2014 à l’Assemblée Nationale. Le ministre de l’Ecologie Philippe Martin a souligné que 90 % des produits phytosanitaires sont étendus dans le cadre de l’agriculture mais que le texte n’en est pas moins « une nécessité« .

Passer partout en zéro phyto

Selon le groupe écologiste, à l’origine de la loi, 40 % des communes seraient déjà en « zéro phyto« . Le délai permet donc aux autres collectivités de mettre en place de nouvelles méthodes.

herbe-jardin-large

Amis jardiniers – et vous êtes nombreux en France (45 % des Français) -, sachez que dès le 1er janvier 2022 il vous sera même interdit d’acheter des produits phytosanitaires. Tout usage non professionnel sera interdit.

persil-jardin-vert-planteLe projet de loi n’a pas fait l’unanimité, notamment concernant la question des sanctions pour qui détiendrait ce type de produit après 2022.

Il vise néanmoins à réduire l’usage de ces produits radicalement : malgré le plan Ecophyto lancé en 2008, la France reste le premier pays consommateur de pesticides en Europe, dont une partie non négligeable dans les 17 millions de jardins particuliers.

Du côté des défenseurs de la loi, on a rappelé les méfaits du chlordécone, l’impact des pesticides sur les écosystèmes et le problème des perturbateurs endocriniens. Reste à bien délimiter le suivi de la mise sur le marché des pesticides.

*

Je veux témoigner

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. 2022,pourquoi pas tout de suite????
    Ah il y en a encore beaucoup à vendre ?!
    Il y en a marre des pollueurs qui empoisonnent les nappes phréatiques et les légumes qui sont vendus…
    Quand on voit que régulièrement les normes pour l’eau du robinet sont sans cesse augmenter pour correspondre à ce qui coule par ledit robinet?….!
    Les normes qui étaient hors-normes, il y a 5 ans, c’est de l’eau buvable maintenant… et je ne vous parle pas des normes d’il y a 20 ans.
    On nous empoisonne au quotidien. Les maladies professionnelles des agriculteurs, dont la maladie de parkinson en fait partie… pour les agriculteurs c’est une maladie professionnelle, mais pour les citoyens lambda, qui sont empoisonnés par les produits dont les pesticides et autres se retrouvent dans les légumes et fruits, ce ne sera pas maladie professionnelle, mais ce devrait être considéré comme un crime !!! ça me dégoûte, ils n’arrêteront jamais. Pour ma part je suis en Amap et je profite du bon goût «  » » »bio » » » » des légumes, fruits, oeufs, un peu de viande, le tout en bio. Il faudrait que tout le monde boycote les produits des agriculteurs qui font de l’intensif. Ce serait le seul moyen pour changer la donne, sinon, ça ne changera….JAMAIS !!!!! C’est aux clients de bouger!!!!

  2. C’est normal qu’il agisse comme ça car sa leur apporte beaucoup et puis nous on a rien et comme on na que de la geulle autant ponctionné les petits.
    Moi ce sont les assurances qui mon trompé pour que je leur achète une mutuelle et comme leur lexique n’est pas évident à comprendre il a fallut que j’attende le contrat définitif pour comprendre qu’il m’avait trompé,seulement cela a fait plus de 14 jours donc je me retrouve avec 2 mutuelle. voila comment on assassine son peuple dans bas. Vive la france

  3. 2022… Le temps d’écouler les stocks.

  4. Excellente initiative même si à mon goût côté délai cela laisse un peu à désirer. Nous connaissons maintenant depuis des années les méfaits des phytosanitaires, pourquoi faut-il encore allonger les délais avant de les interdire ?
    Mais le ministre de l’écologie qui fait remarquer que 90 % des produits phytosanitaires sont étendus dans le cadre de l’agriculture devrait aller au bout de ses idées et interdire définitivement, dans les mêmes délais que pour les particuliers, à l’agriculture d’y avoir recours (messieurs les industriels du secteur n’auront qu’à se reconvertir dans des produits sains d’un point de vue environnemental).

  5. 2020? quelle ineptie. Il serait bon de purement interdire de produire tous les produits phytosanitaires qui poluent la planète et détruisent la biodiversité à commencer par les abeilles.

  6. 2022, c’est beaucoup trop éloigné ! Il n’y aura probablement plus d’insectes !

  7. Comme d’habitude du grand n’importe quoi !!!on n’ose pas s’attaquer aux professionnels qui en utilisent bien plus que les particuliers !!pas besoin de lois il suffit d’interdire la vente ;;mais là il faut s’attaquer aux grands (M…..o ,par ex )

  8. Ce n’est pas suffisant pour protéger la faune , la flore , notre eau et notre santé à tous !

  9. Encore une fois, on donne un coup d’épée dans l’eau en écartant ceux qui polluent le plus et depuis des années, les agriculteurs.
    On va faire chier le particulier mais on n’ose pas faire bouger les mentalités, il vont tranquillement continuer de polluer nos nappes phréatiques, nos aliments, etc… ça me tue.

Moi aussi je donne mon avis