Des perturbateurs endocriniens dans le maquillage pour enfants

Dans son édition de février, l’association 60 millions de consommateurs alerte sur la présence de perturbateurs endocriniens dans certaines palettes de maquillage pour enfant.

Rédigé par Maylis Choné, le 13 Feb 2018, à 11 h 25 min

Certains parents fondent devant leur petite fille qui se maquille comme maman. Pourtant, ces produits ne seraient pas sans danger, si l’on en croit l’enquête menée par 60 Millions de consommateurs.

Des produits dangereux présents dans les maquillages pour enfants

Dans son numéro de février, l’association alerte parents et éducateurs sur la dangerosité de certains produits présents dans les maquillages pour enfants. D’ailleurs, sont-ce des jouets ou des cosmétiques ? Le statut et la législation autour des palettes de maquillages sont flous et laissent une grande liberté aux fabricants, comme celle d’utiliser des produits dangereux ou même, de ne pas afficher la liste des ingrédients sur les emballages.

© Pavel L Photo and Video

De quels composants faut-il donc se méfier en achetant du maquillage pour enfant ? « Des perturbateurs endocriniens potentiels comme le propylparabène, du phénoxyéthanol, des phtalates… autant d’ingrédients soupçonnés de risques toxiques sérieux, et qui sont légion dans les gammes de produits de beauté pour petites filles », précise la revue.

Les palettes de maquillage à éviter

Certains maquillages contenant des perturbateurs endocriniens doivent être évités à tout prix. La peau des enfants est très fine (particulièrement autour des yeux) et agit comme une éponge. Mettre du gloss et du vernis à ongles à une petite fille peut se révéler dangereux car ces produits, autorisés par les fabricants dès l’âge de 3 ans, risquent d’être ingérés quand l’enfant porte ses doigts à la bouche ou s’il se ronge les ongles.

Des références précises de maquillage sont pointées du doigt © Dmitriy Detkov

Pour être plus concret, le magazine pointe du doigt certaines palettes bien précises. L’étude indique par exemple la présence « d’un filtre UV (l’octocrylène) dans du gloss Reine des neiges Disney (marque Markwins) », « de phénoxyéthanol dans la palette Fashion’z » et « de propylparabène dans l’ombre à paupières et les fards à joues de la boîte de maquillage Claire’s ». 

Illustration bannière : Des perturbateurs endocriniens se cacheraient dans le maquillage pour enfant © MNStudio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis