Pêche au thon, nouvelle saison – ça va saigner !

Rédigé par Jean-Marie, le 18 May 2013, à 18 h 38 min

La saison de la pêche au thon va à nouveau s’ouvrir dans un contexte de relative indifférence qui contraste avec les passions déclenchées les années passées par les excès des thoniers-senneurs et de la pêche illégale. C’est le carton rouge de la semaine.

carton rouge canada

Qui va défendre le thon rouge de Méditerranée ?

Cette année les associations de défense de l’environnement qui luttaient contre la pêche au thon rouge de Méditerranée ne sont plus l’arme au pied.

Pour la prochaine saison de pêche, le thon rouge ne sera défendu par personne. Les bancs de thon n’auront plus de protection face aux thoniers-senneurs et à la technologie moderne.

Developpement durable articleGreenpeace, qui a un temps mené des campagnes choc pour sauver le thon, porte ses efforts vers de nouveaux horizons plus médiatiques (poisson-chats). Le léger mieux dans la population des stocks suffit, semble-t-il, à contenter l’ONG pour le moment.

Paul Watson navigue quelque part en haute, se cachant autant qu’il chasse les navires de pêche illégale. Non décidément, la saison risque fort d’être rouge sang pour le thon qui ne pourra se réfugier que derrière le visa de pêche accordé par l’Union européenne.

Faible protection puisque l’Agence européenne de la pêche ne pourra mobiliser que 22 vedettes côtières et 6 navires de haute mer, bien peu couvrir efficacement une telle superficie. D’autant plus que l’on sait que la pêche illégale est également pratiquée par des navires qui se réfugie sous un pavillon étranger, notamment libyen, et pratique leurs razzias près des côtes africaines bien loin des yeux européens.

Developpement durable articleOn nous dit que les thoniers auraient été sensibilisés et bien mieux formés … mais qui croit à l’auto-limitation de la part d’une corporation qui a démontré ne pas savoir tricher qu’un petit peu mais qui est réputée pour pulvériser les quotas qui lui sont accordés.

Où en sont le stock de thon rouge et les quotas ?

Globalement, les quotas sont de 13.500 tonnes pour 2013 et 2014 (contre 28.500 tonnes en 2008 et de 22.000 tonnes en 2009), avant que l’espèce soit officiellement déclarée en voie de disparition par l’ONU.

2 471 tonnes de thons ont été accordés aux Français pour 2013 et réparties par organisations de producteurs et par navires pour ce qui concerne les senneurs.  Les pêcheurs de Méditerranée en exploiteront 2 199 tonnes, ceux d’Atlantique 247 tonnes et les pêcheurs de loisirs 20 tonnes. Cela dans un contexte où les scientifiques de la Cicta (Iccat en anglais) notent un léger mieux dans la population de thons rouges .

Le Japon reste le principal acheteur de thon rouge, absorbant 80 % des volumes pêchés en Méditerranée.

D’après une étude du WWF, 18.000 tonnes de thon rouge ont été vendues illégalement entre 2000 et 2010.

Entre des quotas trop élevés, des techniques de pêche de plus en plus ravageuses, une culture systématique de la triche, une « police » aux moyens dérisoires et l’absence des habituels défenseurs de l’environnement, les – derniers – thons rouges de Mare nostrum ne pas franchement rigoler cette année.

*

Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. Le CNPMEM et les professionnels qu’il représente, souhaitaient réagir à votre article et éclairer les arguments avancés à la lumière de différents éléments qui constituent notre quotidien, à savoir : défense des intérêts des pêcheurs et promotion d’une pêche durable et responsable.

    Vous évoquez des quotas trop élevés, mais,… ceux-ci, décidés lors de la 18ème réunion extraordinaire de l’ICCAT suivent les avis scientifiques. Avec un TAC 2013 de 13 400 tonnes et un quota français de 2471 tonnes (Méditerranée et Atlantique confondus), cette décision a été saluée par des ONG comme WWF qui « salue la décision prise par les parties contractantes de la Commission Internationale de la Conservation des Thonidés (ICCAT), de suivre les recommandations des scientifiques […] Le niveau des captures pourrait ainsi permettre la reconstitution du stock. »

    Vous évoquez des techniques de pêche de plus en plus ravageuses, mais,… la principale technique de pêche utilisée en termes de tonnage en France est la senne. L’une des techniques de pêche les plus sélectives puisqu’elle permet d’entourer avec un filet un banc homogène en termes d’espèces et de les amener vivantes à proximité du bateau (permettant ainsi une remise à l’eau rapide en cas de capture accessoire).

    Vous évoquez une pêche INN sous pavillon étranger, mais,… l’ICCAT qui réunit nombres d’états riverains de la Méditerranée, évoque régulièrement le sujet afin d’améliorer la lutte contre celle-ci.

    Vous évoquez une « police » aux moyens dérisoires et des bancs de thons qui n’auront plus de protection face aux thoniers-senneurs et à la technologie moderne, mais,… la pêcherie est encadrée, en Méditerranée comme en Atlantique, par des mesures de contrôle particulièrement contraignantes telles que définies dans l’arrêté du 12 avril 2013. Parmi les nombreuses obligations incombant aux thoniers-senneurs français, il est à noter :

    – l’obligation de disposer d’une Autorisation Européenne de Pêche « Thon Rouge », dont le nombre est contingenté,

    – l’obligation d’embarquer un observateur de l’ICCAT pendant toute la saison de pêche,

    – l’obligation de disposer d’un système de localisation par satellite (VMS) en état de marche et de transmettre ces données toutes les heures aux instances de contrôle sous peine d’être contraint de rentrer au port,

    – l’obligation journalière de transmission des données de captures aux administrations compétentes,

    – l’obligation de débarquer dans une liste de ports désignés par les préfets de région et d’indiquer à l’avance l’heure de débarquement aux autorités de contrôle.

    Enfin, en termes de moyens de contrôle, l’agence européenne de contrôle des pêches mobilise bien comme vous le dites dans votre article 6 patrouilleurs de haute mer et 22 patrouilleurs côtiers mais également 11 patrouilles aériennes. Ceci, pour un total de 179 jours de mer, 159 jours à terre et 184 heures de vol contre… 30 jours de pêche pour les thoniers-senneurs français (saison de pêche du 26 mai 2013 au 24 juin 2013).

    Merci de votre attention.

    Le CNPMEM

  2. Sea Shepherd fonctionne UNIQUEMENT avec les dons des particuliers : il n’y a AUCUNE subvention publique.

    Vous voulez que Sea Shepherd vienne protéger les thons rouges en méditerranée ? Faites alors un don à Sea Shepherd France :
    => http://www.seashepherd.fr/france/nous-soutenir.html

    Lorsque vous faites un don à Sea Shepherd France, 95.6% du montant du don est directement affecté aux campagnes (alors que beaucoup d’autres associations ont 40, 50, 60% de frais de fonctionnement et parfois +).

    • C’est bien entendu en diligentant des eco terroristes que l’on va changer les choses! On n’a pas besoin de ces idéologues pour faire avancer le monde, mais de gens responsables, pragmatiques et raisonnés. Tous les acteurs doivent le devenir, du pêcheur à l’ong, en passant par les divers blogueurs et journalistes (en mal de sensations, et qui n’entendent que les mauvaises nouvelles…).
      Un long chemin pragmatique et concret donc.

  3. Jean-Marie

    Merci à tous de vos commentaires

    Je voudrais juste souligner qu’on ne dit pas dans l’article que les coupables sont les thoniers français en particulier : car si eux sont plus responsables et plus surveillés que certains, il est notoire que la pêche illégale est pratiquée par de nombreux navires, et surtout ceux qui sont sous des pavillons extra-européens.
    Par ailleurs, la petite amélioration dans le stock des thons rouges, dont on fait état dans le sujet, n’est pas incontestée et est de toutes manières bien fragile.
    Notre carton rouge s’adresse bien autant aux tricheurs qu’aux ONG qui sont peut-être un peu promptes à considérer que le combat pour la survie de l’espèce est déjà gagné. Une hirondelle, ne fait pas …

  4. Votre article est ignoble, il n’apporte aucune information. Ou alors à charge contre les pêcheurs, alors que vous semblez plutôt faire des reproches aux ONG, comme s’ils étaient les anges gardiens de la ressource en poissons… Quel bel angélisme!. Vous oubliez que les navires sont surveillés par satellite, que des contrôleurs embarques vérifient le respect des tailles et des qualités pêchées, et que la filière est tracée poisson par poisson. Oubli ou volonté de nuire? Vous ne rappelez pas non plus que le stock de thon rouge, après le scandale de la surpêche, est en train de se reconstituer, ce qui signifie bien que quand la pêche est bien contrôlée et maîtrisée, sa durabilité est possible. Bref, si vous avez un début d’ambition d’informer vos lecteurs et de ne pas en rester à de la vocifération clanique, vous devriez réécrire votre machin…

    • Les satellites ? vous plaisantez ?…
      Quant aux contrôleurs embarqués, sans vouloir faire de généralité, on a pu voir à mainte reprise qu’ils en avaient que l’étiquette et aucunement la fonction ni la compétence.

      Quant aux “stocks”, même s’il y en avait à profusion (ça reste à prouver!), cela n’excuse en rien les prises illégales.

  5. Monsieur,

    Je vous avais mis un message hier !

    Philippe Favrelière

  6. salut je réagia votre article sur les thonier libyen il faut préciser que c’est les thonier FRANCAIS.
    ET sur le cas de PAUL WATSON oui il se cache car mandat par Interpol sur leur liste noire avec les plus grand assassin car il protèges nos océans et il dérange les japonnais qui pille et massacre les baleines et dauphin voir film the cove mais il vient de mener une vraie guerre contre les baleinier japonais voir sur le site sea Shepherd.
    et pour Greenpeace nous savons tous qu’il fond plus rien depuis des années appart casser les poissonnerie d’INTERMARCHE ILS FOND PLUS QUE cela et récolter des fond et surtout du vent ils vont être les premiers producteur d’énergie par éoliennes sans vent; ils en fond tellement avec leurs discours
    cela serait bien que dans votre site vous parliez de tous cela
    merci

  7. Monsieur Jean-Marie,

    Je crois que vous êtes tombés dans le piège des ONGE qui annonçaient l’extinction du thon rouge de méditerranée en 2012…

    Cette année, les quotas de thon rouge fixés par la Cites repartent à la hausse avec l’amélioration des stocks constatés par les scientifiques.

    Maintenant, personne ne parle d’extinction du thon rouge du Nord. C’est l’une des raisons pour laquelle les ONGE sont moins mobilisées en ce début de campagne 2013…

    Pris dans le piège, essayez de vous en sortir honorablement ! plutôt que taper sans discernement sur les pêcheurs de thon qui ne vous ont rien fait de mal…

    Je vous invite à lire cet article avec la revue de presse afin de mieux comprendre la situation de cette pêcherie de thon…

    aquaculture-aquablog.blogspot.fr/2012/08/thon-rouge-retour-etals-restaurant.html

    Philippe Favrelière

    • Vous aurez corrigé…

      Il s’agit non pas de la Cites mais de l’Iccat qui fixe les quotas de thon rouge du Nord et la répartition par pays…

Moi aussi je donne mon avis