Pêche – Les ravages des navires usines (video)

Rédigé par Eva Souto, le 24 Nov 2014, à 11 h 29 min

Greenpeace lance un appel pour sauvegarder le milieu marin

Pour lutter contre le carnage dévastateur de la surexploitation des océans, Greenpeace se mobilise notamment contre le dispositif de concentration de poissons (DCP). Ce dernier permet de maximiser les prises des pêcheurs industriels. Les thoniers senneurs en sont particulièrement friands.

ThonOr, il s’agit d’une méthode particulièrement destructrice car non sélective. Elle conduit à la capture de nombreuses espèces autres que le thon.

A noter également que le thon albacore est l’espèce la plus consommée en France. Aujourd’hui, il ne reste plus que 35 % à 55 % des stocks existants avant la pêche industrielle.

Greenpeace classe les marques de thon sur le marché français

L’ONG Greenpeace a interrogé et classé les principales marques de boîtes de thon vendues en France*, selon leurs performances environnementales. Vous pouvez retrouver ce classement ici : http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/oceans/arrethon/#petition.

Et la marque qui ressort et qui est durement épinglée n’est autre que le leader du thon en boîte sur le marché français, Petit Navire.

Petit NavireGreenpeace encourage donc les consommateurs à consulter le classement. Ce dernier leur permet de faire un choix éclairé et le pouvoir de changer la donne.

Et l’ONG va plus loin en proposant une pétition contre la marque Petit Navire. Malgré l’ambition de ce dernier d’être exemplaire en matière de pêche durable, la marque s’approvisionne en thons pêchés à la technique des dispositifs de concentration de poissons.

Le message est clair : nous pouvons changer la donne. Pour signer la pétition, c’est ici http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/oceans/arrethon/#petition.

Et vous, quelle est votre consommation en termes de poisson ? De thon ? Seriez-vous prêts à changer vos habitudes de consommation en fonction de ces données ?

A noter que la Commission Européenne s’est fixé comme objectif la restauration à un « niveau durable » des ¾ des ressources en poissons de l’Union d’ici à 2015, conformément aux engagements pris lors du sommet mondial de Johannesburg en 2002.

*

jeveuxtemoigner Pêche - Les ravages des navires usines (video)

* ces marques représentent plus de 75 % des parts de marché de thon en boîte.

A lire sur la même thématique :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,

    Je cherche des bateaux de pêche industrielle faire un partenariat ensemble.

    cordialement

    Aboubacar Yemi Bangoura
    Mobile +224622322691

  2. Je n’ai pas lu tout l’article et pour cause : la consommation moyenne française annoncée de 22,5kg/an/personne n’est même pas celle de ma famille (4 personnes), je ne me sens donc pas très concerné.
    Néanmoins en avons-nous vraiment besoin d’autant ???
    N’est-ce pas à chacun d’ouvrir les yeux, de réfléchir et de décider de continuer à subventionner par ses achats ce type de production (ici la pêche)
    industrielle ?
    Dans un autre registre (la viande) une autre vidéo à voir également :
    http://vimeo.com/101615525

  3. En quoi les petits pêcheurs font mieux ?
    Par exemple pour la pêche à la crevette dans 1 département français, il y a 50 crevettiers qui remontent chaque jour environ 15 tonnes de poissons pour seulement 170 kilos de crevettes.
    Donc 15 tonnes (en 4 chalutages sur 24H) de poissons morts sur le pont de chaque crevettier, le temps de récupérer les crevettes.
    Multiplié par 50 bateaux de pêche = 750 tonnes de poissons morts chaque jour.
    Multiplié par 330 jours dans l’année (déchargement des crevettes, rotation des équipages, réparations, refaire les pleins de carburants et de vivres) = 247.500 tonnes de poissons morts chaque année.

    OUI 247 MILLE TONNES par an pour 1 seul département français.

  4. Où est la vidéo promise dans le titre ?

Moi aussi je donne mon avis