Un pansement injectable à base d’algues pour arrêter les saignements

Un bandage injectable fabriqué à partir d’algues et d’argile pourrait arrêter le saignement interne en quelques minutes selon des scientifiques américains. Après des essais concluants en laboratoire, l’invention pourrait un jour permettre de soigner de nombreux blessés.

Rédigé par MEWJ79, le 5 Apr 2018, à 9 h 55 min

Une équipe de chercheurs américains a mis au point un pansement injectable. S’il est biodégradable, il aide également à stopper les saignements internes en quelques minutes.

Un pansement injectable créé à partir d’algues et d’argile

Lorsque l’on se blesse et que l’on saigne, pour arrêter les saignements provoqués par une blessure, rien de plus simple que d’appliquer un pansement sur la plaie. Mais lorsqu’il s’agit d’une hémorragie interne, c’est impossible.

premiers secours, pansement injectables

Premiers secours © Ralph Gillen

Des chercheurs du département d’ingénierie biomédicale de l’Université A&M du Texas, aux États-Unis, ont mis au point une matière novatrice capable de les endiguer. Composé de substances naturelles, ce pansement pourrait tout simplement être injecté à l’intérieur du corps afin de stopper les saignements. Ce tout nouveau bandage injectable est composé d’un agent gélifiant dérivé d’algues et de nanoparticules d’argile bidimensionnelles.

Pour parvenir à créer ce pansement interne, les chercheurs ont donc utilisé une substance naturelle, produite par une algue : le carraghénane. Ce polymère extrait d’algues rouges est déjà utilisé pour épaissir certaines préparations alimentaires.

Mais il s’agit également d’un hydrogel, une substance riche en eau qui possède des capacités d’absorption des liquides hors du commun. Une propriété utilisée ici par les scientifiques pour absorber le sang. « Les hydrogels injectables sont des matières prometteuses pour les blessures internes et les saignements, puisque ces biomatériaux peuvent être introduits dans une plaie en utilisant des approches très peu invasives », expliquent les chercheurs dans la revue Acta Biomaterialia(1)dans laquelle ils ont publié leurs travaux.

Coagulation du sang en moins de trois minutes

Le carraghénane est ici stimulé par l’utilisation de nanosilicates, de minuscules particules à base d’argile qui améliorent la structure du gel en formant un cadre, le transformant ainsi en « bandage injectable ». Et en effectuant des tests de leur produit sur des cellules tissulaires animales et humaines en laboratoire, les chercheurs se sont alors aperçus que le pansement provoquait la coagulation du sang en moins de trois minutes. En outre, l’équipe a également remarqué une cicatrisation des plaies dans les échantillons de laboratoire traités. L’hydrogel s’est aussi révélé capable d’éliminer les caillots de sang formés par une hémorragie.

pansement injectable

L’hydrogel injectable © via hindustantimes.com

Au cours de leurs expériences, les scientifiques ont également constaté une nette amélioration de la régénération des tissus de la zone blessée. Un pouvoir thérapeutique qui pourrait d’ailleurs encore être amélioré : « De façon intéressante, nous avons aussi découvert que ces pansements injectables peuvent libérer des substances thérapeutiques de façon prolongée, ce qui peut être utilisé pour soigner la blessure », note l’auteur principal des travaux Giriraj Lokhande dans la revue médicale. Le pansement injectable n’a pas encore été testé directement sur l’homme. Mais les scientifiques sont très optimistes et souhaitent réaliser de nouvelles expériences.

Illustration bannière : Des algues rouges fournissent le kappa-carraghénane, un épaississant commun qui a des usages médicaux surprenants – © S86226
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. pendant la guerre 14/18 les soldats utilisés du chloro calcion pour diminuer les saignement,est favoriser la suture des plaies

Moi aussi je donne mon avis