Comment Paris compte nettoyer la Seine en vue des JO

En vue des jeux olympiques (JO) de 2024, la ville de Paris lance une vaste opération de nettoyage de la Seine, afin de permettre aux athlètes participant aux JO mais aussi aux Parisiens de se baigner dans le fleuve.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 8 Aug 2017, à 10 h 22 min

Alors que la ville de Paris a toutes les chances d’organiser les jeux olympiques en 2024, un vaste chantier de nettoyage de la Seine est lancé, afin de permettre aux athlètes et aux Parisiens de se baigner dans le fleuve, interdit à la baignade depuis 1923.

Se baigner dans la Seine d’ici 2024 : pari impossible ?

On se souvient de la promesse de Jacques Chirac en 1988, alors qu’il était maire de Paris, de se baigner dans la Seine… Près de trente ans plus tard, peu de choses ont changé, même si, à en croire Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris chargée du développement durable, l’eau est plus propre que dans les années 1970  : on y trouve 35 espèces de poissons aujourd’hui, contre 2 seulement auparavant.

seine

Mais maintenant que la ville de Paris est quasi assurée d’obtenir l’organisation des Jeux Olympiques (JO) en 2024, Anne Hidalgo n’a d’autre choix que de lancer le chantier du nettoyage de la Seine. La maire de Paris a en effet annoncé que les athlètes qui participeront aux épreuves de 10 km nage libre au triathlon lors des JO et les Parisiens pourront se baigner dans la Seine. Pour rappel, la baignade est interdite depuis 1923.

Un nettoyage en quatre étapes

En 2016, un plan d’action a été lancé par le comité Seine, qui a identifié quatre chantiers pour le nettoyage de la Seine, dont deux représentent 80 % du problème : le traitement des eaux assuré par deux stations d’épuration situées en amont de la Seine, à Noisy-le-Grand (93) et Valenton (94) et les égouts saturés. Pour résoudre le premier problème, il est envisagé d’équiper ces stations d’épuration de filtres ultraviolets, afin d’éliminer les bactéries entérocoques et E.coli. Quant aux égouts, la ville de Paris prévoit de créer des déversoirs d’orages ainsi que des bassins de stockage des eaux en sous-sols, afin d’éviter les débordements en cas de pluies abondantes.

Les deux autres chantiers concernent les eaux usées, déversées dans la Seine par certaines zones pavillonnaires de banlieue et les péniches (de loisirs ou les immeubles flottants), qui déversent leurs eaux sales dans la Seine.

Illustration bannière : La Seine ©Dennis van de Water
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis