Reçu un paquet de graines non commandé ? Ne les plantez pas !

Les envois postaux non sollicités de graines se sont multipliés ces derniers mois. Les autorités appellent à ne surtout pas les semer.

Rédigé par Anton Kunin, le 24 Aug 2020, à 10 h 13 min

En provenance de Chine le plus souvent, ces graines non commandées peuvent en théorie véhiculer des maladies ou être des espèces invasives.

Ne pas planter les graines inconnues par précaution

Vous est-il déjà arrivé de recevoir par la poste des graines que vous n’avez pas commandées ? Depuis quelques mois, le phénomène interroge dans les pays occidentaux. Les Américains sont très nombreux à en avoir reçu, dans une moindre mesure sont ciblés les Canadiens, les Israéliens, les Britanniques, et maintenant aussi les Français. Face à ce phénomène, le ministère français de l’Agriculture demande à quiconque ayant reçu ces graines de ne surtout pas les faire germer ou les semer. « Ces semences d’origine inconnue peuvent être vectrices de maladies non présentes sur le territoire français ou s’avérer être des plantes invasives », explique-t-on au ministère.

Le risque que ces graines soient dangereuses, est-il réel ? Selon le ministère américain de l’Agriculture, qui demande aux particuliers en ayant reçu de lui renvoyer ces mystérieux paquets pour être analysés, 14 espèces différentes de graines ont été identifiées : il s’agit de choux, d’ipomée, d’herbes aromatiques comme la menthe, la sauge, le romarin, la lavande, ainsi que de fleurs comme l’hibiscus et la rose.
Rien de dangereux a priori, mais par précaution il convient tout de même de ne pas les planter.

Une combine des cybermarchands pour obtenir des faux avis positifs, la thèse la plus probable

Les autorités françaises ont pour leur part décidé ne pas analyser ces graines. Le ministère de l’Agriculture demande aux particuliers de tout simplement de s’assurer que les graines soient dans un sac en plastique hermétique avant de les jeter avec les ordures ménagères (et non pas dans le compost).

La Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires est néanmoins intéressée par les bordereaux d’envoi collés sur les paquets et demande de lui en envoyer des photos à l’adresse bnevp.dgal@agriculture.gouv.fr.

Au-delà de suspicions de terrorisme biologique, quiconque envoie ces graines depuis la Chine pourrait être guidé par des motivations bien plus anodines. Ces envois peuvent en théorie être le fait de cybermarchands présents sur des plateformes de commerce transfrontalier comme Aliexpress et eBay, qui essaieraient de contourner le système pour obtenir des faux avis positifs(1).

Sur ces plateformes, il n’est en effet pas possible de laisser un avis sans que l’envoi correspondant à la commande ait franchi la douane du pays destinataire.  Des cybermarchands peu scrupuleux peuvent donc être tentés de créer de faux comptes avec les noms et adresses de vraies personnes habitant dans un autre pays, puis passer eux-mêmes commande pour n’importe quel article sur leur boutique en ligne (T-shirt, jouet, smartphone…) mais envoyer au destinataire un objet de faible poids et de faible valeur (car le contenu de l’envoi n’est de toute façon pas vérifiable). Une fois qu’il aura franchi la douane du pays importateur, ils peuvent s’écrire eux-mêmes un faux avis positif.

Une sorte d’escroquerie au e-commerce appelée « Brushing ».

Illustration bannière : Attention aux graines dont on ignore la provenance © Caron Badkin / Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis