Natalité française : l’INSEE publie les dernières tendances

L’INSEE a publié mercredi 30 août ses derniers chiffres sur la natalité des Français en 2016. Une tendance marquante : la forte concentration des naissances.

Rédigé par Pauline Petit, le 31 Aug 2017, à 11 h 30 min

L’Institut National de la Statistique a publié hier les derniers chiffres en matière de natalité des Français. Résultat : une forte concentration des naissances en France.

Des naissances regroupées dans les plus grandes villes

D’après la dernière étude de l’INSEE(1), 500 communes françaises ont accueilli la quasi-totalité des naissances (99,6 %) : c’est à cause du regroupement des maternités : les plus petites ont tendance à fermer dans les zones rurales. Les villes connaissant le nombre de naissances le plus élevé ? Paris (42.000 en 2016), puis Toulouse (15.000) et Marseille (14.000).

Les chiffres du Planetoscope : nombre de naissances en France

En effet, entre 1975 et 2014, le nombre de maternités est passé de 1.369 à 518, notamment dans les communes de moins de 10.000 habitants. En revanche, le temps pour y aller est resté stable : les futurs parents mettent en moyenne 17 minutes pour accéder à leur lieu d’accouchement.

Une baisse du taux de natalité qui se poursuit en 2016

Même si les naissances en France se portent bien, le taux de natalité est en baisse par rapport à 2015 : en 2016, on a enregistré 784.000 naissances, soit 15.000 de moins qu’en 2015.

Seules trois naissances sur dix ont lieu dans la ville de naissance de la mère : un chiffre dû à la mobilité plus grande des Français qui n’habitent plus toute leur vie dans la même commune.

Le nombre d’accouchements hors d’un hôpital ou d’une maternité est resté rare : cela a concerné seules 5.000 naissances en 2016, soit 0,6 %. Ce chiffre ne distingue pas les accouchements à domicile des naissances impromptues, qui sont toutefois accompagnées médicalement.

Illustration bannière : un nouveau-né – © nata-lunata
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, je pense qu’il y a une erreur dans votre article : “Les villes connaissant le plus fort taux de natalité ? Paris (42.000 en 2016), puis Toulouse (15.000) et Marseille (14.000)”. vous confondez le taux de natalité et le nombre de naissances. Ce n’est pas du tout la même chose, le taux de natalité est en fait le rapport entre le nombre annuel de naissances et la population totale moyenne sur cette année.

    • Pauline Petit

      Bonjour, vous avez raison, je corrige de ce pas. Merci !

Moi aussi je donne mon avis