NAC – les adopter et prévoir les risques

Posséder un animal de compagnie est une responsabilité aussi sûrement pour les animaux de compagnie « historiques », comme les chiens ou les chats, mais c’est aussi un risque à maîtriser avec les Nouveaux Animaux de Compagnie dont il faut savoir prendre soin.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 7 Nov 2019, à 18 h 20 min

Les NAC,ou Nouveaux Animaux de Compagnie, sont des animaux qui ne véhiculent pas les mêmes risques que les animaux de compagnie que l’on connait depuis « toujours ». Certaines maladies sont en effet transmissibles de l’animal à l’Homme, c’est ce que l’on appelle les zoonoses. Un risque à maîtriser !

La transmission de maladies : zoonose

Nos intérieurs ne sont pas adaptés à la maintenance d’un animal qui pourrait être porteur de virus ou de bactéries et notre façon de faire quotidienne en matière d’hygiène ne l’est pas plus.

Comment trouver un vétérinaire NAC

Virus et bactéries de ce type vont être véhiculés par le simple touché, mais aussi par l’air ou des traces de salives et en réalité bien des médiums. Cela revient à dire que durant les premiers mois de l’accueil de votre animal, il faudra être particulièrement vigilant à la fois dans les manipulations de votre animal afin de ne pas être blessé ou griffé (même légèrement) et à la fois dans les lieux auquel il aura accès.

Les Pogonas sont des lézards aux griffes efficaces © Robert Keresztes

Bactéricide et compagnie sont utiles et essentiels, mais une période de « quarantaine » peut être utile pour limiter les risques en laissant votre animal en cage ou terrarium dans une pièce sans passage et que vous savez pouvoir nettoyer aisément. Il faut savoir que cette quarantaine peut également avoir un intérêt pour l’adaptation de votre animal à son nouveau lieu de vie qui peut apprécier de rester tranquillement au même endroit sur une période assez longue avant d’entamer une nouvelle exploration.

Attention : En cas de blessure causée par un NAC, quel que soit l’animal que vous possédez et aussi mignon soit-il, il vous faut désinfecter correctement et au plus vite. Dans le doute n’hésitez pas à téléphoner à un vétérinaire NAC ou à votre pédiatre le cas échéant et qui saura vous renseigner sur les symptômes à surveiller.

Les virus et les bactéries des NAC

Les maladies que peuvent porter les nouveaux animaux de compagnie dépendent grandement de leur provenance qu’il s’agisse d’animaux d’élevage ou d’animaux prélevés dans la Nature. Les virus peuvent être véhiculés par des animaux malades comme sains, ce qui ne facilite pas la détection de la maladie.

On peut citer la Monkeypox (genre Orthopoxvirus) qui touche pour beaucoup les rongeurs en tous genres et la Cowpox du même genre comme étant des virus plausibles au contact de NAC qui n’auraient pas été traités convenablement. Il en va de même pour la Méningite qui peut être virale ou bactérienne.

Les Discus et autres poissons d’eau douce transportent aussi des maladies © Ja’Crispy

En matière de bactérie justement la Tularémie est une maladie infectieuse pas forcément courante, mais connue des vétérinaires spécialisés NAC. Les Salmonelloses, sont bien plus connues et peuvent poser des problèmes (on estime à 90 % le nombre de reptiles, oiseaux et rongeurs qui en sont porteurs) avec 2 500 sérotypes différents. La Pasteurellose est aussi une maladie répandue aux côtés des NAC, comme aux côtés des chiens et chats, et se transmet via morsures et griffures.

En règle générale, privilégiez un élevage dans l’Union européenne pour limiter les risques au maximum. Acheter et importer des animaux illégalement c’est aussi vous mettre en première ligne de problèmes infectieux bien plus gros que vous, surtout si vous avez des enfants.

Les allergies aux NAC

Les allergies sont tout à fait possibles à partir du moment où l’on vit avec un animal à poils, à plumes ou à écailles. Il en ira de même avec la salive de certains NAC ou encore avec leur peau et leur urine.

Attention : Quand on côtoie des animaux qu’ils soient sauvages ou d’élevage, la base est aussi et surtout d’avoir tous ses propres vaccins à jour et principalement le vaccin antitétanique. Dans le cas des NAC la question de savoir si le vaccin est bon ou non pour la santé ne se pose pas, le risque tétanique étant bien trop grand.

maladie zoonose

C’est aussi doux que mignon, mais pour les allergiques c’est surtout plein de poils © Daniele RUSSO

Ainsi, que ce soit dans le cas des allergies comme dans celui des maladies en tous genres, l’arrivée d’un NAC se prépare et s’anticipe si vous ne voulez pas vous retrouver avec une mauvaise expérience, voire pire.

Prévoir l’arrivée de l’animal chez vous en fonction de ses besoins et de son espèce, anticiper le fait que vous ne pourrez peut-être pas le garder (allergies, etc.), vous prémunir des maladies éventuelles et prendre contact avec un vétérinaire NAC tout en demandant son avis à votre pédiatre avant l’arrivée de l’animal sont autant de choses à faire pour vous assurer une certaine tranquillité… Et tourner votre attention vers le bien-être de votre nouveau compagnon !

Illustration bannière : Les hamsters ont la cote ! © LIUSHENGFILM
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis