Au Japon, on remplace les chasseurs par des robots

Au Japon, pour faire fuir les ours à proximité des lieux habités et des champs cultivés, les municipalités s’équipent de Monster Wolfes, des robots loups animatroniques, plutôt effrayants !

Rédigé par Paolo Garoscio, le 16 Nov 2020, à 10 h 05 min

Le Japon et les robots, c’est une histoire d’amour : il suffit de voir l’omniprésence de ces machines dans la culture populaire, en particulier les dessins animés, pour s’en rendre compte. Mais le Japon est également à la pointe de la technologie robotique, preuve qu’il ne s’agit pas seulement d’un fantasme d’artistes. Lorsque les ours ont commencé à se montrer un peu trop souvent, c’est donc tout simplement vers les robots que les habitants de la ville de Takikawa se sont tournés.

Les ours se font de plus en plus dangereux au Japon

Les ours sont devenus un véritable problème dans les campagnes japonaises. Ils se rapprochent des villes, sont aperçus de plus en plus régulièrement et, en 2020, plusieurs dizaines d’attaques ont été signalées, deux d’entre elles ayant malheureusement été fatales. Impossible, pour les autorités locales, de ne pas prendre des mesures.

Le plus facile aurait été de faire appel à des chasseurs pour abattre les ours qui se rapprocheraient trop des habitations et les contraindre à reculer vers les zones sauvages. D’autant plus que le Japon compte près de 30.000 ours sur son territoire, contre une petite centaine en France. Mais les Japonais ont décidé d’agir autrement.

« Monster wolf » – des loups robots animatroniques

Afin d’éviter d’abattre les ours tout en protégeant la population, la ville de Takikawa, au nord de l’île d’Hokkaïdo, a opté pour un système qui n’implique pas de tuer les ours. Ils ont acheté deux robots loups, des animatroniques statiques capables de bouger la tête et émettre 18 sons différents et des lumières. Activés par simple détection de mouvement, ils font fuir les ours et autres animaux sauvages… Des sortes d’épouvantails à ours, en somme.

Des robots similaires ont été testé dans un parc de Sapporo l’année dernière et il a été constaté une baisse de 90 % des incidents dus aux animaux (cerfs ou daims broutant le feuillage des plantes, etc.).

La municipalité de Takikawa est d’ailleurs loin d’être la seule à avoir opté pour cette technique étrange mais efficace et permettant de ne pas tuer les animaux : l’entreprise qui produit ces bêtes mécaniques, Ohta Seiki, a vendu 70 loups robots depuis 2018 un peu partout dans le pays.

Peut-être une idée pour les éleveurs français qui veulent protéger leurs troupeaux ? !

Illustration bannière : Un Monster Wolf – capture d’écran
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Félicitations à cette ingéniosité. Comme quoi tuer, abattre n’est pas l’ultime solution pour les animaux sauvages…

Moi aussi je donne mon avis