Carton rouge : le ministre de l’Agriculture, et du bien-être animal au premier rang d’une corrida

Lors de la corrida du 15 aout dans le public des arènes de Bayonne, deux ministres ont déclenché les foudres des défenseurs des animaux.

Rédigé par Valérie Dewerte-Debisschop, le 16 Aug 2019, à 17 h 58 min

La photo tweetée par Pierre Sabathié, journaliste à Sud-ouest, a provoqué un tollé auprès des associations de défenses des animaux. Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, et Jacqueline Gourault, ministre de la Ville, installés au premier rang des arènes de Bayonne pour assister la corrida goyesque.

Le ministre en charge du bien-être animal à la corrida de Bayonne : un comble

L’association L214 rappelle que le ministre de l’Agriculture est aussi en charge du bien-être animal. Brigitte Gothière, directrice de l’association L214, s’interroge sur BFMTV sur le « décalage profond entre les missions qui devraient être les siennes, éventuellement protéger les animaux et les actes de cruauté dans une arène ». Elle poursuit en soulignant que Didier Guillaume n’avait pas apporté de « réponses satisfaisantes sur les cages pour les poules pondeuses et les lapins ni sur l’abattage sans étourdissement ».

La polémique relance le débat : le bien être animal devrait sortir du ministère de l’Agriculture, la question divise la classe politique depuis quelques années. La solution est peut-être en Belgique où le ministère de l’Environnement est en charge de cette mission. En 2018, en France, un code du bien être animal a été approuvé mais pas décliné en lois. Il a pour but d’assurer la protection et le bien-être des animaux, en tenant compte de leurs besoins physiologiques et éthologiques, ainsi que de leurs rôles au sein de la société et de l’environnement.

Une sensibilité à la cause animale de plus en plus croissante

Un sondage Ifop de février 2019 montrait que six Français sur dix (60 %) se déclaraient mécontents de l’action gouvernementale en matière de protection animale dont 20 % étaient même très mécontents. La présence de deux ministres de la République à une fête taurine ne va pas améliorer leur perception du gouvernement.

Déjà plus de 350.000 signatures à la pétition de 30 millions d’amis : pour l’abolition définitive de la corrida en France

En 2018, une autre enquête pointait le rejet unanime des violences à l’encontre des animaux à des fins de divertissement. Les Français sont 80 % à estimer que les corridas ou combats de coqs ne peuvent pas être considérés comme des spectacles de nos jours.

Alors que sur les réseaux sociaux les messages d’indignation se multiplient, les ministres concernés n’ont pas réagi à la polémique.

Illustration bannière : Jaen, ESPAGNE – 17 octobre 2008 : Le torero espagnol Cesar Jimenez se bat avec la béquille dans l’arène de Jaen, en Espagne Légende – © felipe caparros Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis