Les ‘millenniaux’ trop nerveux pour faire l’amour ?

Les jeunes font l’amour pour la première fois de plus en plus tard, comparé à leurs parents. Mais de quoi ont-ils peur ?

Rédigé par Paul Malo, le 9 May 2018, à 9 h 35 min

Étonnant (ou pas) à l’heure du Web et des réseaux sociaux : les jeunes ont leurs premiers rapports sexuels plus tard que leurs parents, selon les résultats de l’étude Next Steps project, cordonnée par l’University College de Londres.

Les jeunes ont leurs premiers rapports sexuels plus tard que leurs parents

Cette étude effectuée auprès de plus de 16.000 personnes a suivi une génération née entre 1989 et 1990 à compter de ses 14 ans. Résultat : un « millennial » sur huit est encore vierge à 26 ans. Par ailleurs, en plus des 12,5 % n’ayant jamais eu de rapport sexuels, plus de 90 % de ceux étant passés à l’acte l’ont fait après leurs 19 ans. Les chercheurs ont par ailleurs noté que seulement 1 % des participants ont perdu leur virginité entre 23 et 26 ans.

Jeunes amoureux © OndroM

Rappel

Millennial, ou Genération Y, est le nom donné à toutes personnes nées entre 1980 et 2000 environ. Les milléniaux (ou millénariaux) sont une génération très diverse mais tous sont des « digital natives», c’est-à-dire qu’ils ont grandi avec l’évolution des technologies d’information et de communication et les utilisent au quotidien.

À quoi imputer ce recul de l’âge des premiers rapport sexuels chez les jeunes, comparé à leurs parents ? Sans doute à un excès de nervosité… et de connectivité ! Prenez la pression des réseaux sociaux, ajoutez-y les pseudo performances et les corps dits parfaits de la surexposition aux contenus pornographiques en ligne en libre accès, et vous obtenez littéralement une crainte de l’intimité.

Lire aussi : Les Français préfèrent se priver de sexe plutôt que de leur smartphone

La peur de l’échec et du ridicule

Mais de quoi donc la génération Selfie a-t-elle si peur ? Selon la psychothérapeute Susanna Abse, interrogée par le Sunday Times, « les ‘millenials’ ont été littéralement plongés dans une culture de l’hypersexualité qui a généré une peur de l’intimité ». Entre pression du corps parfait pour les femmes et de la performance sexuelle pour les hommes, les jeunes gens en viennent à craindre les relations intimes. Non seulement par peur de l’échec, mais aussi que cela se sache sur les réseaux sociaux. Après tout, comme le dit le vieux dicton, « celui qui n’essaie pas ne se trompe qu’une fois »…

Les entretiens menés dans le cadre de cette étude rejoignent les résultats d’un autre programme de recherche mené aux États-Unis en 2016. Ceux-ci indiquaient en effet que 44 % des adolescentes avaient perdu leur virginité, contre 58 % 25 ans plus tôt. Le résultat était le même pour les garçons, avec 47 % contre 69 % pour la génération de leurs parents. Il faut dire qu’à l’époque, ni Facebook ni Netflix n’existaient !

Illustration bannière : Deux jeunes amoureux – © Look Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis