3 (mauvaises) raisons pour lesquelles les couples font moins l’amour

Depuis quelques années, les études ont enregistré une baisse significative dans la fréquence des rapports sexuels. En cause ? Nos modes de vie modernes.

Rédigé par Pauline Petit, le 10 May 2017, à 10 h 35 min

Notre époque est théoriquement l’une des plus libérées en matière sexuelle. Contraception, sites de rencontre, relations hors couples nous offrent des possibilités infinies de faire l’amour.

Pour autant, fait-on plus l’amour qu’avant ? Non, et plutôt moins, disent les études. La faute aux nouvelles technologies et à un mode de vie stressant.

Couples : des relations sexuelles en berne

D’après une étude américaine parue dans les Archives of sexual behavior(1), une baisse de 15 % dans la fréquence des rapports sexuels a été enregistrée entre les années 1990 et les années 2000. Le nombre de rapports sexuels moyen par an étant en baisse, passant de 62 à 53.

Une baisse homogène dans tous les milieux sociaux, et pas uniquement aux États-Unis : en Australie et au Royaume-Uni, on enregistre des baisses similaires. C’est au Japon que la situation est la plus préoccupante : 46 % des femmes et 25 % des hommes entre 16 et 25 ans méprisent le contact sexuel.

Voici trois raisons pour lesquelles les couples font moins l’amour de nos jours.

Les réseaux sociaux

Il était déjà prouvé qu’avoir une télévision dans sa chambre réduisait la fréquence des rapports sexuels. Avec l’arrivée des smartphones et tablettes, l’irruption des écrans dans nos chambres aurait tendance à porter un autre coup de frein à nos parties de jambes en l’air.

Avant de se coucher, les couples ont plutôt tendance à aller voir ce qui se passe du côté des réseaux sociaux que de leur partenaire : l’explosion de Facebook et Twitter ces dernières années va de pair avec la baisse des rapports sexuels.

Avec le Planetoscope , découvrez combien il y a de rapports sexuels en France alors que vous lisez ces lignes

La pornographie

Il est aujourd’hui de plus en plus facile d’avoir accès à des images pornographiques via Internet. Les hommes principalement consomment de plus en plus de porno en ligne. Cette tendance à la hausse aurait une incidence sur les rapports sexuels. Ils introduisent notamment davantage de comportements addictifs ou éloignés de la réalité.

Ces images biaisées d’une performance sexuelle difficile à atteindre aurait tendance à décourager les hommes dans la vraie vie. Un argument toutefois controversé : d’autres études montrent que le visionnage d’images pornographiques aurait tendance à exciter la libido des couples.

smartphone couples

L’utilisation des smartphones au lit fait baisser la libido ©melis

Trop de travail nuit aux relations sexuelles

Un Américain travaille en moyenne 47 heures par semaine ; dans le monde occidental en général, le nombre d’heures travaillées ne va pas en diminuant. Une hausse qui n’est pas sans répercussions sur la fréquence de nos rapports sexuels.

Les personnes au chômage ne sont pas pour autant plus assidus au lit : de manière général, le stress – dû au travail ou au fait de ne pas en avoir – a une répercussion importante sur la fréquence des relations sexuelles.

Les technologies, le travail, le stress : ce sont nos vies modernes qui ont la peau de nos relations sexuelles. Or il est prouvé que le sexe est bon pour la tête et pour la santé. Alors on lève le pied, on s’éloigne de nos écrans et on se met au lit !

Illustration bannière : Les couples font moins l’amour – © Herrndorff
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Les raisons évoquées dans l’article sont valables certes mais elles sont loin d’être les plus importantes. La plus déterminante et de loin est une baisse massive du taux de testostérone due à une alimentation contaminée par herbicides et pesticides avec en tête de liste le glyphosate qui détruit nos organes lentement mais sûrement.

  2. Je trouve que cette baisse de la libido si elle débouche sur une baisse des naissances, sera un point positif pour la planète, son air, son eau, ses animaux sauvages et domestiques. Et c’est justement dans les pays développés, les plus pollueurs de la planète, que l’on note cette baisse de la libido. Il est pas bien fait le monde?!

Moi aussi je donne mon avis