Des microplastiques retrouvés dans les excréments humains

Contamination à grande échelle ? Des microplastiques ont été retrouvés dans les excréments humains par une équipe de chercheurs.

Rédigé par Paul Malo, le 24 Oct 2018, à 9 h 31 min

C’est une contamination à grande échelle : une étude menée par des chercheurs autrichiens vient de le dévoiler. Des scientifiques ont détecté des traces de microplastiques dans les selles de huit participants ayant des régimes alimentaires et des lieux d’habitation différents, vivant en Italie, en Finlande, en Pologne, au Royaume-Uni, en Autriche, en Sibérie (Russie), au Japon et aux Pays-Bas.

Du plastique dans les aliments consommés

Les premiers résultats de cette étude présentés le mardi 23 octobre 2018 à Vienne, dans le cadre du congrès de l’Union européenne de gastro-entérologie. Non seulement ils montrent que les aliments consommés par les volontaires contenaient du plastique mais en plus, que le phénomène semble aller bien au-delà des quelques participants à cette expérimentation.

Pas assez de participants

Philip Schwabl, le responsable principal de ces travaux, a précisé dans les colonnes du Monde qu’en réalité, c’est au moins la moitié de la population mondiale dont l’organisme doit être contaminé par d’infimes particules de plusieurs matériaux plastiques. Chez les huit participants à l’étude, la taille de ces micro-particules allait de 50 microns à 0,5 millimètre.

microplastiques

Le plastique touche l’ensemble de la chaîne alimentaire ©Rich Carey

Seul bémol : le nombre de participants. Certes, l’ensemble des échantillons étudiés se sont révélés positifs, avec une quantité de microparticules allant de 18 à 172 pour 10 grammes d’excréments. Mais trop peu de personnes ont été étudiées pour que les résultats soient probants.

Illustration bannière : du plastique dans les toilettes © cunaplus
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Dans les selles, c’est normal, les particules sont assez grandes pour les voir aisément et le transit est là pour les évacuer.
    La question importante, c’est de savoir si ces microparticules qui se transforment en nanoparticules se retrouvent dans le sang car ensuite elles peuvent migrer dans les organes ou même dans le cerveau ! C’est déjà le cas avec le dioxide de titane (E171) consommé en masse par les enfants (bonbons) ou contenus dans les dentifrices, chewing-gum, laits solaires et même les médicaments (vu sur la notice pour le pelliculage!)

  2. Et on s’étonne qu’il y aie de plus en plus de cancer ,et on nous dit de manger du poisson alors que les poissons mangent du plastique ,des hydrocarbures ,c’est lamentable

Moi aussi je donne mon avis