Un match de foot, quel impact écologique ?

Rédigé par Jean-Marie, le 6 Nov 2011, à 18 h 33 min

Un rapport saignant de Greenpeace sur les joueurs de foot

Une étude a été publiée en avril 2011 sur l’empreinte écologique d’une population au train de vie délirant, les joueurs de foot professionnels. C’est étonnant : selon l’ONG, l’impact environnemental des seuls footballeurs de la Premier League est supérieur celui du Lesotho tout entier. Les joueurs  du Real Madrid pèse sur la planète autant que la destruction en forêt amazonienne de l’équivalent de 10.000 … terrains de football !

L’inconscience écologique des joueurs

Grosses cylindrées, multitude de déplacements en avion pour le travail et les vacances, maisons surdimensionnées excessivement gourmandes en énergie, etc. Les joueurs prennent souvent leurs vacances dans les pays du Golfe, dont l’urbanisation absurde en plein désert accentue le réchauffement climatique… Les joueurs de foot adorent aussi les Seychelles, les Maldives .. qui sont pourtant menacées par leur comportement fort peu écolo.

Cartons rouges

A Jean-Michel Aulas, le président lyonnais interrogé par l’ATP au sujet des panneaux photovoltaïques du stade des Verts de Saint-Etienne : « Si être écologique, c’est se chauffer au charbon et ne se déplacer qu’en bus au colza parce qu’on ne sort jamais de France, laissez-moi rire. Et le stade des lumières, vous croyez peut-être que je vais l’éclairer à la bougie ?« 

Foot, grosses bagnoles et p’tites pépées

Attribué A Djibril Cissé par Greenpeace : « dont la flotte automobile (Hummers, …) présente le bilan carbone annuel d’un Airbus A320 » et dont les colorants capillaires comportent une liste impressionnante de substances toxiques. Amusant, Djibril Cissé n’a même pas compris la question du  journaliste qui l’intéressait sur son « bilan carbone » :  « Je ne suis pas carbonisé, mes bilans sont excellents. » ! !

Selon Fox Sports, l’empreinte écologique de David Beckham correspond à 163 tonnes ( ! !) de carbone par an : à comparer avec la moyenne de 9,4 tonnes pour un citoyen britannique. Pourquoi ? En 2007 M. Beckham a voyagé autant en avion que s’il était allé … sur la lune. Il possédait 15 voitures, dont l’énergivore Hummer. Alors que penser de ce joueur quand il s’affiche au  Sierra Leone en participant à une action humanitaire. Encore des milliers de km en avion pour sa promotion personnelle ?

Le gardien de Portsmouth, David James a été un des tout premiers joueurs vedettes à essayer de convertir ses pairs à une moindre consommation et un comportement plus sobre.

Les pratiques onéreuses des clubs

Le rapport Greenpeace épingle également les clubs : locations d’hôtels de luxe, d’avions privés, achats de voitures de fonction surpuissantes, … « Un club pro utilise chaque année autant de bouteilles d’eau qu’une maison de retraite accueillant une centaine de résidents ».

En 2006, le club Ipswich Town a calculé qu’il a émis 3200 tonnes de CO2 soit autant que 2,700 vols aller-retour en avion de Belfast à New York.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Et on sait combien la société de consommation génère de CO² ?

    Et combien de kilomètres sont parcourus pour se rendre au « travail » tous les matins et tous les soirs ?

    Il est certain que ces chiffres seront bien plus importants que pour le foot…

    Vite, un revenu de base !

  2. Ces chiffres exploseront encore après le mondial du Qatar où les matches se tiendront dans des stades à air conditionné

  3. Dire que le proviseur de mon fils interdisait ce sport dans son collège, car il disait que ce sport des rues engendrait la violence contrairement à d’autres sports.
    Personnellement je n’ai jamais aimé le foot alors ……… et au temps des romains on endormait déjà le peuple avec des jeux …. pendant ce temps personne ne pensait à se rebeller !

    • Totalement d’accord avec vous. Fort heureusement, un stade ne sert pas qu’à ce sport pour décérébrés cupides et arrogants

  4. Je pense que petit à petit les instances footbalistiques vont également passer à des pratiques plus vertes : un stade, un match a un coût… Et il faut être rentable.
    Du côté des joueurs, comme pour nous, c’est individuellement qu’ils seront sensibilisés. Leurs énormes revenus les poussent à des excès… à eux de les gérer au mieux pour protéger la planète.

  5. J’avais jamais pensé au foot sous l’angle de l’environnement : super !

Moi aussi je donne mon avis