Un match de foot, quel impact écologique ?

Rédigé par Jean-Marie, le 6 Nov 2011, à 18 h 33 min

Les pratiques aberrantes de certains stades

Le 9 janvier 2010, le match de la coupe de France Stade Rennais /Caen doit se dérouler. Las ! à cause du temps la pelouse est impraticable. Et bien, elle a été chauffée. Une aberration comme le reconnaissait le président du club M. de Saint-Sernin  : « Nous avons été obligés de déployer une bâche et de chauffer notre pelouse. C’est une aberration économique et écologique. » Cette pratique est pourtant relativement fréquente à travers l’Europe.

Le gazon synthétique, une bonne solution ?

Certains proposent une solution : la pelouse synthétique. Cette dernière s’est bien améliorée ces dernières années. Le long de son cycle de vie, une pelouse synthétique c’est 63 fois moins d’eau qu’une pelouse naturelle. Si l’installation d’un tel dispositif a un coût, les économies d’eau et d’énergies sont considérables, d’autant que le terrain en pelouse synthétique peut se pratiquer été comme hiver. Les clubs de Lorient, Nancy et Châteauroux ont déjà adopté le gazon synthétique. Certains affirment que   les joueurs ont du mal à évoluer sur un terrain synthétique  avec un risque accru de blessures plus graves. Une étude de la Ligue de football professionnel (LFP) dément pourtant ces affirmations.

  • Selon la FIFA en 2000, le football est le premier sport pratiqué au monde avec plus de 240 millions de joueurs réguliers soit 1 personne sur 25. Il y a également 1,5 millions d’équipes et 300 000 clubs.

Le football et les déchets

Comme tout rassemblement de foules, une rencontre de foot produit des déchets. Et pas qu’un peu.

  • 2 tonnes, ce sont les déchets collectés après chaque match de Valenciennes. Une importante masse de déchets qui est renouvelée à chaque match de Ligue 1.


La consommation moyenne d’un supporter en boisson et
nourriture lors de la finale 2004 de la coupe anglaise :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Et on sait combien la société de consommation génère de CO² ?

    Et combien de kilomètres sont parcourus pour se rendre au « travail » tous les matins et tous les soirs ?

    Il est certain que ces chiffres seront bien plus importants que pour le foot…

    Vite, un revenu de base !

  2. Ces chiffres exploseront encore après le mondial du Qatar où les matches se tiendront dans des stades à air conditionné

  3. Dire que le proviseur de mon fils interdisait ce sport dans son collège, car il disait que ce sport des rues engendrait la violence contrairement à d’autres sports.
    Personnellement je n’ai jamais aimé le foot alors ……… et au temps des romains on endormait déjà le peuple avec des jeux …. pendant ce temps personne ne pensait à se rebeller !

    • Totalement d’accord avec vous. Fort heureusement, un stade ne sert pas qu’à ce sport pour décérébrés cupides et arrogants

  4. Je pense que petit à petit les instances footbalistiques vont également passer à des pratiques plus vertes : un stade, un match a un coût… Et il faut être rentable.
    Du côté des joueurs, comme pour nous, c’est individuellement qu’ils seront sensibilisés. Leurs énormes revenus les poussent à des excès… à eux de les gérer au mieux pour protéger la planète.

  5. J’avais jamais pensé au foot sous l’angle de l’environnement : super !

Moi aussi je donne mon avis