Pénurie de masques : des industriels de la mode à la rescousse

Pour venir en soutien au personnel soignant, les Tissages de Charlieu en Auvergne-Rhône-Alpes viennent de lancer la production de masques lavables.

Rédigé par Paul Malo, le 20 Mar 2020, à 11 h 20 min

En ces temps d’épidémie, les industriels français du textile réorientent leur production habituelle pour apporter leur contribution à la lutte contre la coronavirus.

L’industrie textile réoriente sa production

En des temps incertains, il appartient à chacun de penser à tous. Comme en temps de guerre jadis, l’industrie elle aussi apporte sa pierre à l’édifice. En sus des usines de produits de beauté de LVMH, telle Christian Dior, qui se mettent à produire du gel hydroalcoolique, l’industrie textile, elle aussi, réoriente quand elle le peut son activité pour fabriquer des masques de protection. Une aide essentielle, alors que ces masques manquent à tant de professionnels de la santé en première ligne face à l’épidémie de Covid-19.

Plusieurs sites de production textile ont donc déjà revu leurs chaînes de fabrication afin de produire des dizaines de milliers de masques de protection par jour. Parmi ces entreprises du made in France, on trouve ainsi tant l’Atelier Tuffery, spécialiste de la toile de jean en Occitanie, que les Tissages de Charlieu en Auvergne-Rhône-Alpes. Elles se lancent ainsi dans la production de modèles de masques lavables.

Un prototype de masque lavable

masque coronavirus

La France fait toujours face à une pénurie de masques notamment en milieu médical, pourtant directement touché – © Andrii Salomatin

Les Tissages de Charlieu sont d’ordinaire spécialisés dans la fabrication de tissus pour la mode, l’ameublement et l’aéronautique. Le site estime, avec ses 80 métiers à tisser jacquard, pouvoir produire 30.000 à 50.000 masques par jour, une fois la chaîne de production revue. Ces masques lavables sont destinés en priorité à être distribués aux professionnels de la santé, mais aussi aux particuliers en situation de confinement. Eric Boël, gérant des Tissages de Charlieu, est prêt à communiquer à ses confrères le protocole de fabrication, le patron, le grammage et la composition des fils nécessaires à la production de ces masques.

Confinement
les gestes barrière en famille

Les Tissages de Charlieu ont très rapidement mis au point un prototype en coton et polyester, inspiré de ce qu’avait imaginé le CHU de Grenoble. Il a été soumis immédiatement à l’approbation de la Direction générale de l’armement et aux autorités de santé. Ce masque fabriqué en 3D sans confection peut se substituer aux masques chirurgicaux en papier. Composé de tissu en coton bio, il est fait de couches de polycoton recyclé, de polyester texturé, d’une bande élastique sur les côtés, et d’une poche supérieure pour glisser une tige métallique. Lavable et réutilisable, il est entré en production le 16 mars, dans un temps record. D’ores et déjà, les premiers masques produits sont partis dès le 17 mars vers le service de cancérologie d’un hôpital lyonnais.

Illustration bannière : Masque de protection contre les virus – © Juliya Shangarey
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. j’aifabriqué des masques avec des filtres a café que j’ habillé avec des bouts de tissus que j’avais

Moi aussi je donne mon avis