La bouture d’automne : le marcottage des plantes d’intérieur

La bouture du mois concerne plusieurs plantes ainsi qu’une technique particulière : le marcottage. Une opération qui peut aussi s’appliquer aux plantes d’intérieur.

Rédigé par Pascaline, le 15 Oct 2018, à 14 h 10 min

Le marcottage est une technique relativement simple et efficace. Il permet de reproduire des plantes dont les semis ou le bouturage sont difficiles. Il s’agit de la reproduction des végétaux par le développement de racines sur la partie aérienne d’une plante ; il fonctionne bien avec les végétaux grimpants ou ligneux.

Comment bouturer en octobre ? Le marcottage des plantes d’intérieur

Les plantes recourent parfois au marcottage de façon naturelle : c’est le cas par exemple des plants de fraisier, qui se multiplient en stolons. Mais, on peut aussi très bien le faire artificiellement, à partir d’une plante-mère.

marcottage

La technique du marcottage schématisée © Pearson Scott Foresman / via Wikicommons

Si le marcottage des arbustes de jardin s’effectue de préférence en août en enterrant une branche afin de produire un nouveau végétal, celui des plantes d’intérieur, peut s’effectuer toute l’année, en dehors de la période de dormance s’il y en a. Alors pour ce mois d’octobre, apprenons à ’bouturer’ les grimpantes grâce à la technique du marcottage.

Rappel : le bouturage, c’est quoi ?

Le bouturage est une opération importante en horticulture puisqu’il permet la multiplication à l’identique et à moindre coût, de plantes dont la conformité ne peut pas (ou difficilement) être obtenue par le semis.

C’est le cas de plantes herbacées telles que les Pélargoniums, les chrysanthèmes, les coléus (Solenostenum) et surtout presque tous les ligneux ornementaux, arbres ou arbustes.

L’opération de bouturage recouvre deux évènements principaux : la production de racines adventives à partir d’un fragment de plante mère (tige, feuille,..) puis la reconstitution d’une plante entière à partir de ce fragment enraciné.

Bouture de plantes d’intérieur par marcottage

L’avantage de cette technique par rapport au bouturage « classique », où le plant est coupé de la plante-mère avant d’avoir fait des racines, est que la section que l’on veut développer continue d’être nourrie, en minéraux et en sucres, mais surtout en eau, pendant tout le processus d’enracinement.

marcottage

Le marcottage, une manière de bouturer idéale pour les paresseux ! © Le jardin de Pascaline

Le marcottage aérien peut être complexe, mais pour les plantes d’intérieur, c’est en fait très simple à accomplir. Voici comment procéder.

Posez le pot d’une plante tombante sur une étagère ou un pot vide. Placez une ou plusieurs tiges dans un autre pot et les enfouir sous un peu de terre en appuyant légèrement (pour bien la (ou les) planter).

En 15 jours maximum, elle aura pris racine et vous aurez obtenu un nouveau plant. Coupez alors la tige reliant le plant-mère à son rejeton et plantez ce dernier.

Les plantes à multiplier par marcottage

Les plantes pour lesquelles cette technique va bien fonctionner : les sédum, le lierre, les senecio, aeschynanthus, chlorophytum, pothos…

marcottage

Aeschynanthus ou plante rouge à lèvre © NANCY AYUMI KUNIHIRO

Pourquoi ne pas faire de petits clin d’oeil déco avec des contenants originaux comme des boîtes de bonbons ou une théière et son mazagran, par exemple !

Illustration bannière : Femme s’occupant d’une plante – © Stanislav71
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Pascaline est tout à la fois passionnée par le monde végétal, jardinaute et une bloggeuse enthousiaste.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis