Les mammifères deviennent noctambules pour échapper aux humains

Des chercheurs ont constaté que la présence envahissante des humains poussait les mammifères à adopter un mode de vie de plus en plus nocturne. Et comme certaines espèces diurnes pourraient éprouver de grandes difficultés à s’alimenter la nuit, les scientifiques sont inquiets.

Rédigé par MEWJ79, le 15 Jun 2018, à 11 h 40 min

Les mammifères adoptent un mode de vie nocturne pour fuir les hommes, selon une étude publiée dans la revue Science.

Les animaux adoptent un mode de vie nocturne à cause de la présence de l’Homme

Pour vivre heureux, les mammifères vivent désormais la nuit ! Les humains ont en effet envahi la planète Terre et selon des chercheurs, face à cette progression, la plupart des animaux ont choisi la fuite. Ils tentent de s’éloigner des villes et des routes. Ils se réfugient dans les montagnes ou s’enfoncent dans les forêts. Mais cela ne suffit pas, alors certains mammifères ont été contraints de vivre la nuit.

Coyote © John Wollwerth

Ce vendredi 15 juin, une équipe de l’université Berkeley publie les résultats de plusieurs études conduites sur les mammifères soumis à la présence humaine. Cette méta-analyse réunit 76 travaux de recherche, menés sur les cinq continents depuis près de vingt-cinq ans, sur 62 espèces  exposées ou non à la présence humaine.

« Nous nous attendions à observer une certaine augmentation du caractère nocturne de la faune à proximité des humains, mais nous avons été surpris de la constance des résultats, souligne l’écologue Kaitlyn Gaynor, première signataire de l’article. La réponse des animaux est forte, quelle que soit la nature du dérangement que nous provoquons, et pas seulement lorsque nous mettons leur vie en danger. Cela suggère que notre seule présence suffit à perturber leurs modes de vie traditionnels ». Ainsi, 83 % des études ont fait apparaître une augmentation du temps de vie nocturne en présence des humains. Un animal qui partage, en temps normal, son activité à parts égales entre jour et nuit porte la part nocturne à 68 % lorsque l’homme n’est pas loin.

Lire aussi : La disparition des mammifères est liée aux déplacements des hommes

Des éléphants vivent la nuit alors qu’ils ont un très mauvaise vue : inquiétude chez les chercheurs

Et les chercheurs de Berkeley ont commencé par les animaux des montagnes voisines de Californie, où les coyotes vivent désormais presque exclusivement la nuit. « La faute au développement des loisirs de nature », explique Kaitlyn Gaynor. Même constat chez les ours bruns d’Alaska : cette fois, ce sont les touristes en quête de vie sauvage qui ont bouleversé le mode vie de l’animal. De 33 %, il est passé à 76 % de vie nocturne. Et ce phénomène a été observé chez les léopards du Gabon : nocturnes à 46 % dans les zones non soumises à la chasse, à 93 % là où l’homme les traque(1).

Une lionne en pleine nuit © Sean Nel

Toujours en Afrique, même constat chez le lion de Tanzanie, peu amateur d’activité nocturne en temps normal (17 %), véritable oiseau de nuit dans les zones d’activité pastorale humaine (90 %). En Pologne, les chercheurs ont retrouvé ce chiffre de 90 % d’activité nocturne chez les sangliers vivant dans des zones périurbaines. Le comportement le plus spectaculaire reste encore celui des éléphants. Des pachydermes ont ainsi été suivis, grâce à des colliers GPS, au Kenya. Plus les territoires étaient peuplés d’humains, plus ils changeaient de comportement, se cachant le jour, ne s’alimentant et ne se déplaçant plus qu’après le coucher du soleil. Un basculement d’autant plus frappant que l’éléphant voit très mal la nuit. Certaines espèces diurnes pourraient ainsi éprouver de grandes difficultés à s’alimenter la nuit, éviter les prédateurs ou simplement communiquer entre eux. Les scientifiques sont inquiets.

Illustration bannière : Éléphant se déplaçant la nuit – © Alex Earll
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Que dire de plus? Mise à part que l’espèce humaine est la plus destructrice et la plus dangereuse. C’est affligeant, consternant de voir à quel point les animaux souffrent à cause de l’irresponsabilité et la méchanceté des humains. Vivement que le monde soit vegan!

Moi aussi je donne mon avis