Makers : qui sont ces nouveaux héros de la crise ?

Plus de 5.000 makers bénévoles et 100 fablabs ont produit environ 250.000 visières par impression 3D ou découpe laser en France. Comment pérenniser ce mode de production distribuée ?

Rédigé par Paul Malo, le 3 May 2020, à 8 h 00 min

Les « Makers », « Fablabs » et tous les acteurs de la fabrication distribuée lancent l’alerte dans une tribune collective, soulignant l’absence de l’État et le manque de considération.

Makers et Fablabs très mobilisés dans la lutte contre l’épidémie de covid-19

Qui sont-ils ? Ce sont des citoyens animés par le désir de « faire » (to make en anglais) qui mettent en commun leur savoirs et savoir-faire pour concevoir ensemble des solutions à des problèmes locaux. Mais aussi et surtout pour promouvoir d’autres façons de produire, consommer, apprendre, ou travailler…  Ils essaiment leurs solutions à l’échelle mondiale grâce à une logique d’ouverture, passant par la documentation et le partage entre les communauté de Makers.

Et face à cette crise du Covid-19, ils se sont débrouillés seuls pour pallier les manques, les carences, et aider à sauver des vies en pleine épidémie de coronavirus.
Eux, ce sont les Fablabs, Makers indépendants, couturiers, petites entreprises, qui ont repris ou créé des plans pour fabriquer en série et en urgence des équipements pour tous les personnels exposés : protections faciales, connecteurs pour les dispositifs de ventilation, pousse-seringues, systèmes anti-contamination pour ouvrir des portes, désinfecter…

Grâce à leur mobilisation, « le 18 mars 2020, environ 250.000 visières de protection ont été produites par impression 3D ou découpe laser en France. Cette impressionnante production distribuée, assurée par plus de 5.000 Makers bénévoles et 100 fablabs » est une action sans précédent à l’échelle nationale.
« Après trois semaines de confinement, il apparaît que la chaîne recherche-certification-fabrication-logistique est encore à consolider », soulignent-ils.

La fabrication distribuée, tout sauf une utopie

« On sait pourtant aujourd’hui qu’un modèle sortant des plateformes Makers, dont le prototype a été fabriqué par un Fablab, peut être évalué scientifiquement par l’AP-HP. Si validé, il peut ensuite être rediffusé rapidement par toute la chaîne des bonnes volontés de terrain de la fabrication distribuée. Ce processus peut devenir structurant sur toute la France. Quand le gouvernement accordera-t-il enfin plus d’attention à cette réelle possibilité de pallier aux manquements en approvisionnement de matériel  ? »
Ainsi, « dans l’Oise, à Mulhouse ou à l’hôpital Necker à Paris, du matériel fabriqué ou conçu par des Makers est utilisé depuis quelques temps déjà. Ces personnels ont besoin de soutien pour définir par exemple les cadres d’usage des valves et adapteurs de masques Décathlon ou d’autres solutions de fortune ».

Selon cette tribune collective, il s’agit désormais « de permettre la réplication partout en France des modèles vertueux qui ont émergé dans certains territoires et régions, pour réussir à coordonner localement les acteurs et Makers ».
« La fabrication distribuée n’est plus une niche théorique, une gentille utopie de Fablabs, on voit qu’elle est aujourd’hui mise nationalement en pratique, dans l’urgence, face aux manques criants de matériel. Elle fonctionne concrètement et porte également l’espoir de re-faire autrement le monde d’après ».

Illustration bannière : Des visières de protection fabriquées par les Makers français – © Lucie Peclova
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis