Covid-19 : une pétition pour ‘un jour d’après écologique, féministe et social’

Quinze organisations lancent une pétition nationale « Pour un jour d’après écologique, féministe et social » « en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral. »

Rédigé par Paul Malo, le 7 Apr 2020, à 11 h 15 min

Suite à une tribune commune pour « le jour d’après » rassemblant 18 responsables d’organisations syndicales, associatives et environnementales, appelant à « de profonds changements de politiques, » une vaste pétition prend le relais.

Un futur, écologique, féministe et social

Et si l’on en profitait pour « se donner l’opportunité historique d’une remise à plat du système, en France et dans le monde » ? Dans une tribune commune publiée fin mars et intitulée « Plus jamais ça ! Préparons le jour d’après, » 18 responsables d’organisations syndicales, associatives et environnementales en appellent « à toutes les forces progressistes et humanistes […] pour reconstruire ensemble un futur, écologique, féministe et social, en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral. »

Lire aussi : Le confinement, est-ce bon pour l’environnement ?

Parmi les signataires de cette tribune, on retrouve aussi bien Oxfam, Attac, Greenpeace ou la CGT. « Lorsque la fin de la pandémie le permettra, nous nous donnons rendez-vous pour réinvestir les lieux publics et construire notre ‘jour d’après’. » Dans la foulée de cette tribune, quinze organisations viennent de lancer la pétition nationale « Pour un jour d’après écologique, féministe et social ». Une pétition notamment signée par la Confédération Paysanne et les Amis de la Terre. Tous appellent à « reconstruire ensemble un futur écologique, démocratique, féministe et social, en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral. »

Quatre mesures urgentes et trois de plus long terme

le jour d'après pétition écologie

© tribune Plus Jamais Ça

Cette pétition appelle à quatre mesures urgentes, et à trois mesures de plus long terme. « À court terme, il s’agit de stopper les activités non indispensables pour faire face à l’épidémie, de réquisitionner établissements médicaux privés et entreprises pour répondre à la crise des  masques, respirateurs et de tout le matériel nécessaire pour sauver des vies. » Elle propose aussi de suspendre les versements de dividendes, rachats d’action et bonus aux PDG. Et d’orienter les 750 milliards d’euros injectés dans l’économie française et européenne par la Banque Centrale Européenne (BCE) uniquement vers les besoins sociaux et écologiques des populations.

Sur le long terme, les signataires de cette pétition prônent un plan de développement de tous les services publics, en France et dans le monde. Y serait associée « une fiscalité bien plus juste et redistributive, un impôt sur les grandes fortunes, une taxe sur les transactions financières renforcée et une véritable lutte contre l’évasion fiscale. » Enfin, un « plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services » serait lancé « pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations et de répondre à la crise écologique. »

Cliquez pour signer la pétition !

Illustration bannière : Plus Jamais Ça : tribune et pétition écologique et féministe – © Volodymyr Maksymchuk
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis