Magasins : la clim, portes ouvertes et les enseignes allumées toute la nuit c’est bientôt fini

Le gouvernement va prendre un décret interdisant aux magasins de laisser les portes ouvertes alors que la climatisation ou le chauffage fonctionnent.

Rédigé par Anton Kunin, le 25 Jul 2022, à 11 h 45 min
Magasins : la clim, portes ouvertes et les enseignes allumées toute la nuit c’est bientôt fini
Précédent
Suivant

Un autre décret interdira de laisser allumées les enseignes lumineuses entre 1 heure et 6 heures du matin.

Des consignes à valeur légale concernant la température dans les magasins

Des magasins qui laissent leurs portes ouvertes alors que la climatisation marche, c’est bientôt fini. Interviewée par RMC le 24 juillet 2022, la ministre de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé la publication « dans les prochains jours » d’un décret en ce sens. Concrètement, si la climatisation ou le chauffage sont allumés, le magasin ne pourra pas laisser ses portes ouvertes. « Nous nous donnons les moyens par rapport aux pratiques qui choquent les Français et qui sont très consommatrices d’énergie. Climatiser des grandes enseignes et laisser les portes ouvertes, c’est 20 % de consommation d’énergie en plus. Et on voit bien que ce n’est pas très raisonnable, c’est absurde », a commenté la ministre au micro de RMC.

Le saviez-vous ? Combien coûte 1 heure de climatisation ?

Le décret comportera également des consignes en matière de températures. En période de canicule, la température à l’intérieur d’un magasin pourra être diminuée jusqu’à 26 degrés seulement. Dans la même veine, en hiver les magasins pourront chauffer leurs locaux jusqu’à 19 degrés maximum. Par ailleurs, la ventilation devra être coupée la nuit.

Une lourde amende pour les magasins qui laisseront leurs portes ouvertes

Un autre décret, qui sera publié simultanément, obligera les magasins à éteindre leurs enseignes lumineuses et écrans la nuit, à 1h du matin maximum, jusqu’à au moins 6 heures du matin. Actuellement, une telle injonction existe concernant les vitrines uniquement. Quant aux enseignes et écrans, la publicité lumineuse est interdite la nuit dans les communes de moins de 800.000 habitants. Pour les communes plus peuplées, il n’existe pas d’obligation au niveau de la loi, les règles dépendent du règlement local de publicité (RLP), s’il en existe un.

À lire aussiQuand la pollution lumineuse efface la nuit noire

En cas de manquement, les magasins devront s’acquitter de 750 euros d’amende s’ils laissent leurs portes ouvertes, et de 150 euros d’amende s’ils laissent leurs enseignes lumineuses allumées la nuit. Les maires auront la capacité de prononcer eux-mêmes ces sanctions. Selon Agnès Pannier-Runacher, ces dispositions ont été prises après plusieurs semaines de concertation avec les acteurs de la grande distribution. « L’enjeu, c’est d’aller chercher les bonnes solutions, pas d’imposer des solutions toutes faites », a-t-elle déclaré sur RMC.

Illustration bannière : des gens qui entrent et sortent d’une succursale de Zara © Ceri Breeze
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Homer, vous ne me donnez aucune explication sur le fait que vos réserves et parcs naturels régionaux ont une fâcheuse tendance à partir en fumée!

    Aucun scientifique sérieux n’a jamais exclu l’homme des biotopes qu’il entretient depuis des millénaires… enfin ça c’était avant l’invention de l’écologie moderne en 1933 outre Rhin

    • L’une des causes de ce désastre : les monocultures qui rendent les forêts moins résilientes face aux feux, explique le grimpeur et arboriste-paysagiste Thomas Brail, fondateur du Groupe national de surveillance des arbres (GNSA). Selon l’Office national des forêts, « près de la moitié de la forêt française est constituée de peuplements monospécifiques (soit 7,5 millions d’hectares) »
      Il suffit de se documenter sur la forêt usagère de La Teste pour constater qu’il n’en est rien. Des propositions sont faites depuis les années 1980 pour tenter de trouver l’équilibre capable de préserver le site. En 2012, Natura 2000 a permis l’élaboration d’un diagnostic concerté avec les acteurs du territoire et la définition d’objectifs basés sur des contrats financés et l’adhésion volontaire à une charte.

      Si les actions prévues privilégient la régénération naturelle, elles n’excluent aucunement les interventions humaines raisonnées et justifiées par une finalité de préservation des habitats et des espèces : élimination d’espèces invasives, abattages ponctuels, débroussaillages et même plantations ou semis. Nous sommes loin d’une stratégie de sacralisation absolue du sauvage qui refuserait toute forme de gestion humaine, mais seulement dans le refus déterminé que la forêt usagère soit livrée à la monoculture du pin maritime. Des luttes ont d’ailleurs été nécessaires pour empêcher les coupes illégales ou éviter que des parcelles deviennent des lotissements.

      « Accuser les luttes pour la préservation de forêts naturelles est une aberration »

      Ceux qui profitent du drame de l’incendie de la forêt usagère de La Teste pour se livrer à un écolo-bashing violent se rendent-ils compte de la folie insensée de leur propos ? À raisonner sur un mode binaire, qui voudrait considérer l’écologie comme partisane d’une absolue non-intervention et donc lui préférer la poursuite d’une domination économique des espaces naturels, ils contribuent à faire obstacle aux indispensables prises de conscience.

      La raison majeure du développement des incendies de forêt reste notre incapacité politique à décider les modifications économiques et sociales qui permettraient de réduire le réchauffement climatique. Accuser les luttes pour la préservation de forêts naturelles et contre leur transformation en forêts plantées est donc une aberration, d’autant que ces forêts naturelles contribuent justement à freiner le changement climatique et à maintenir la biodiversité.

  2. Logique, non ?
    Et l’hiver, lorsqu’ils mettront du chauffage, laisseront-ils aussi les portes ouvertes pour que les clients pensent à rentrer ?
    Absurdité quand tu nous tiens !!!

  3. Et en ce qui concerne l’Élysée et tout ce qui touche au gouvernement , ça reste allumé ?

  4. Par contre aucun décret n’imposera l’entretien normal des réserves « gérées » par nos amis écolos, réserves qui ont une forte tendance à partir en cendres et en fumée

    • Vous allez arrêter quand d’être idiot Pilet61 ? Quand l’espèce humaine aura été éradiquée ? Réfléchir, analyser, tendre une oreille aux travaux scientifiques c’est décidément pas à votre portée

Moi aussi je donne mon avis