L’UFC dresse un bilan noir de la rénovation énergétique

Près d’un an après l’entrée en vigueur de la loi de Transition énergétique, l’UFC Que Choisir a enquêté sur 42 professionnels.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 9 Dec 2016, à 10 h 20 min

Entre les travaux mal exécutés, prix trop élevés et économies d’énergie insuffisantes, l’association de défense des consommateurs dresse un bilan noir des travaux de rénovation énergétique. Elle dénonce également les piètres performances des artisans et souhaite que les pouvoirs publics procèdent à un renforcement du cadre législatif et réglementaire.

Prix exorbitants et qualité de prestation insuffisante

L’association UFC Que Choisir a testé les professionnels RGE sur dix maisons à rénover. Elle constate que seuls 9 % des professionnels ont inspecté correctement le logement. De plus, les prix proposés seraient près de 3 fois supérieurs à ceux du marché. Ainsi, l’association recommande « aux ménages d’y réfléchir à deux fois, avant de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique ». Par ailleurs, il est constaté que presque la totalité des devis étaient non conformes à la loi en termes de présentation et d’informations.

Pour expliquer ce bilan inquiétant, l’association met en avant l’absence de formation sérieuse. En effet, la formation RGE destinée aux artisans dure seulement trois jours et labellise l’ensemble de l’entreprise et non la personne. Elle souligne également l’incapacité des artisans à effectuer un diagnostic pertinent. Une rénovation énergétique efficace implique d’agir sur trois postes différents, à savoir : l’isolation, la ventilation et la production de chaleur.

renovation-energetique-maison

Des préconisations de rénovation énergétique inadaptées

Selon l’UFC, les professionnels RGE spécialisés et ceux détenant des mentions spécialement créées pour favoriser la rénovation énergétique, « ne se montrent pas à la hauteur ». Leurs préconisations en matière de rénovation énergétique ne permettraient de baisser la consommation d’énergie que de 27 %. Or, la loi sur la Transition énergétique fixe un objectif de 75 % pour le bâti résidentiel d’ici 2050.

Pour remédier à cela, l’UFC Que Choisir souhaite que soit mise en place « une nouvelle filière d’experts indépendants capables de coordonner les travaux et d’accompagner les consommateurs tout au long de leur démarche de rénovation énergétique ». Elle préconise également l’instauration d’une obligation de résultat, que les consommateurs pourront invoquer dès lors que les performances énergétiques promises par les professionnelles n’ont pas été atteintes.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Rien d’étonnant à ces mauvais résultats quand on regarde le peu d’intérêt des gouvernements pour le sujet depuis 2007, malgré le Grenelle. Pourtant voilà un vrai enjeu de sécurité énergétique nationale, qui aurait pu être pris à bras le corps et mobiliser beaucoup de monde, créer des emplois qualifiés.
    Il n’y a que quelques trop rares initiatives locales comme Ungersheim en Alsace (voir le film “qu’est-ce qu’on attend ?” ou Montdidier dans la Somme.
    Mais bon, quand on a un parc nucléaire , il faut bien vendre de l’électricité pour le prétendre rentable.
    Un plan drastique d’économioes d’énergie dans les bâtiments publics aurait pu montrer l’exemple et faire démarrer le mouvement. Mais pour ça il faut prendre des décisions…

Moi aussi je donne mon avis