L’intelligence collective au service de l’économie circulaire : la Bretagne montre la voie !

La région Bretagne a lancé un appel à projets pour mettre à profit l’intelligence collective sur des initiatives autour de l’économie circulaire.

Rédigé par Paul Boucher, le 26 Feb 2018, à 16 h 00 min

Le partage horizontal des connaissances (intelligence collective) est un bon moyen de libérer la parole et de provoquer l’émergence de solutions nouvelles. Qui plus est dans le secteur de l’économie circulaire.

L’intelligence collective au service de l’économie circulaire : la Bretagne comme locomotive

Les municipalités, les régions, les entreprises, sont de plus en plus confrontées à des problèmes complexes auxquels il n’y a tout simplement pas de réponse évidente.

L’intelligence collective au service des entreprises et des collectivités

L’intelligence collective peut être divisée en trois grands domaines :

  • Problèmes sociétaux : comment loger des migrants sans titre de séjour sans verser dans l’illégalité ?
  • Problèmes d’environnement : comment recycler ses invendus ou gérer le lisier généré par les élevages de la région ?
  • Problèmes économiques : comment utiliser la TVA pour encourager l’économie circulaire ?

La plupart du temps, on procède de manière verticale : le maire ou le directeur propose un projet, le conseil débat et vote, la population ou le personnel est, ou n’est pas, consulté. Puis le projet est lancé, très rarement évalué après coup.

économie circulaire Bretagne

© Association de développement économique (ADE)

Mais cette façon de fonctionner est de plus en plus critiquée pour sa rigidité et son manque de créativité. D’autres pistes s’ouvrent aujourd’hui, notamment les techniques développées dans le cadre de l’Intelligence collective.

Le partage horizontal des connaissances

Le développement des « espaces d’intelligences et d’agilité » de chaque participant, le respect mutuel quelle que soit l’origine ou la position sociale de l’intervenant : autant de moyens de libérer la parole et de provoquer l’émergence de solutions nouvelles.

L’économie circulaire en Bretagne

L’Institut d’Aménagement et d’urbanisme de Rennes a constaté que chaque année, les millions de tonnes de terres et matériaux meubles récupérées sur des chantiers de démolition sont mises en décharge ou en carrière, ce qui génère un coût important et un impact énergétique et environnemental conséquent.

Il a été calculé que ces déchets permettraient de construire plus de 5.000 logements. Alors, l’Institut a décidé de lancer une association pour récupérer cette matière auprès des entreprises de construction de la région et la recycler pour de nouvelles constructions.

© Mr.adisorn khiaopo

Fonctionner plus intelligemment

Suite à cette initiative, l’Association de développement économique (ADE) du Pays de Saint-Brieuc a donc décidé de s’associer à Appel D’air, une petite société créée par Carine Ritan, ancienne directrice des Parcs naturels régionaux, pour l’aider à mener sa réflexion. Appel D’air s’appuie sur des méthodes d‘innovation collective et de co-création pour aider les entreprises à expérimenter de nouvelles façons de concevoir et développer leurs projets. À la suite d’un travail collectif, l’ADE a répondu présent à l’appel à projet, qui était assorti des objectifs suivants :

  • Développer l’utilisation circulaire et vertueuse des matières pour accroître leur durée de vie sans toxicité.
  • Encourager des modèles économiques innovants
  • Intégrer progressivement la notion de réintégration des objets dans le circuit économique (le « upcycling »)
  • Encourager la coopération entre acteurs locales et entrepreneurs pour générer des écosystèmes favorables à l’économie locale.

Douze lauréats sélectionnés

Outre le projet porté par l‘Institut d’Aménagement et d’urbanisme concernant le recyclage des matériaux de chantier, et celui porté par l’ADE en pays de saint Brieuc sur la création d’intéractions circulaires positives pour l’environnement  entre entreprises à l’échelle d’une zone industrielle, voilà quatre des douze projets retenus par la région Bretagne suite à son appel à projets pour une économie circulaire et solidaire.

  •  L’association Hélicity : habitat d’avenir, à Rennes, qui développe des habitats modulables, déplaçables, écologiques et économiques construits par et pour les étudiants.
  • L’Incubateur Open Bay, à Saint Brieux, qui développe un laboratoire communautaire autour de la valorisation des déchets. Actuellement, il accompagne huit projets liés à la mer, aux déchets, aux cosmétiques et aux beaux-arts/loisirs créatifs.
  • Les entreprises EVEA et SAMSIC Propreté, qui souhaitent tester le principe de TVA circulaire qui ferait la différence entre produits éco-conçus et produits « classiques ».
  • A Brest, des étudiants et diplômés en design ont eu l’idée de récupérer les filets de pêche pour les recycler. Une fois lavés et triés, les filets sont transformés en plaques, découpés au laser et réutilisés pour faire des lampes, des espadrilles ou des dessous de verre.

Mais la Bretagne veut aller plus loin

Constatant que la Bretagne collecte 2 250 000 tonnes de déchets ménagers par an et que 500 000 tonnes sont encore enfouies chaque année, la région a élaboré un plan de gestion et de revalorisation des déchets avec les entreprises, les associations et les collectivités. Près de 200 acteurs bretons des mondes de l’économie, de l’associatif et des collectivités ont été conviés pour élaborer la feuille de route de l’économie circulaire.

© Rawpixel.com

La région s’est fixé des objectifs très ambitieux : zéro enfouissement et zéro importation ! Pour atteindre ces objectifs elle veut stimuler tout le savoir-faire des acteurs bretons en matière d’économie circulaire. Récupérer, recycler, réemployer sont les maîtres mots de ce projet. Au-delà des bénéfices pour l’environnement, on met en avant les économies financières conséquentes d’une telle démarche et des possibilités importantes de création d’emplois.

Vous voulez en savoir plus sur la créativité en politique ?

Illustration bannière : La Bretagne compte beaucoup sur l’économie circulaire pour relever ses défis © Rawpixel.com
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Professeur d’université à la retraite, Paul aime observer le monde moderne et ses évolutions. Il s’intéresse tout particulièrement à l’économie...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis