Linge, vaisselle : comment choisir la bonne température

Rédigé par Eva Souto, le 18 Nov 2013, à 10 h 14 min

C’est un des casse-têtes les plus célèbres : choisir la température idéale pour laver son linge ou encore sa vaisselle. Les appareils ménagers se diversifient de plus en plus et proposent toujours plus d’options pour laver de manière plus économique et plus écologique. Mais, il est très facile de se perdre devant une telle multitude de boutons. Alors, comment choisir la bonne température pour épargner son linge et sa vaisselle ?

Laver son linge… ou le parcours du combattant des températures !

Lavage à froid, lavage à chaud, lavage à sec… tous ces termes ne vous sont pas inconnus ? Et pour cause, ils sont souvent objets de sueurs froides lorsque l’on fait face à sa machine à laver le linge. Pas toujours évident de s’y retrouver et surtout, de sélectionner le bon programme.

Alors, petit tour d’horizon sur ces différents types de lavage.

Le lavage à froid

Linge(Entre 15°C et 30°C) Il doit être utilisé pour la plupart des articles délicats que vous souhaitez laver. Ceci évite que le linge ne rétrécisse ou ne se décolore.

Si le linge à laver est vraiment très sale, il conviendra de le laver plus longtemps, mais toujours à froid ! Pour un lavage optimal, ne pas hésiter à procéder à un prélavage et mettre moins de vêtements dans le tambour. A noter que le froid protège les couleurs.

Le lavage à chaud

(Entre 30°C et 60°C, peut aller jusqu’à 95°C) : il est utilisé pour les linges qui ne sont pas délicats et qui ont besoin d’un lavage intensif. C’est le cas quand les vêtements sont usagés ou quand ils présentent des taches difficiles.

Le lavage à sec

(pas de température) C’est un procédé de nettoyage qui utilise un solvant autre que l’eau, du type hydrocarbures chlorées (le plus connu est le perchloroéthylène). Le fonctionnement pour le nettoyage à sec est ressemblant à celui d’une machine à laver. Seule différence : elle est plus grande et fonctionne en circuit fermé, c’est-à-dire que le solvant est récupéré, filtré et réutilisé pendant le cycle de lavage au lieu d’être rejeté dans les canalisations.

Souvent les températures de lavage recommandées sont indiquées sur le linge à nettoyer. Vous ne connaissez pas encore tous ces petits symboles, parfois savants et qui vous indiquent comment laver ? Les voici pour rappel.

Lavage mainLavage main

Pas de nettoyage à sec
Pas de nettoyage à sec

Nettoyage à sec

Nettoyage à sec

Programme textiles délicatsProgramme textiles délicats (le symbole est le même pour les autres températures de lavage)

Lavage normalLavage normal (le symbole est le même pour les autres températures de lavage)

La suite > et pour le lave-vaisselle ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Et l’hygiène dans tout ça ? Laver des torchons, serviettes de table, serviettes de toilette à 40°, beurk, insuffisant pour éliminer les salissures grasses et les bactéries. Résultat : odeur douteuse ! Bien sûr vous pouvez masquer cela par une bonne dose d’assouplissant parfumé, produit hautement polluant, très difficile à éliminer dans les stations d’épuration…re-beurk. Pour ce linge c’est 60° le meilleur compromis. Concernant la vaisselle notre appareil a déjà 10 ans, je ne rince jamais ce que je mets dedans, j’enlève juste les débris, jamais de panne ni rien de bouché !
    Hé oui on peut difficilement concilier totalement hygiène et basse consommation. Le seul truc : ne laver que quand c’est vraiment sale (combien de gens mettent à laver systématiquement presque toute leur tenue ou celle de leurs enfants chaque soir ?), toujours bien remplir les appareils au maximum, choisir les moins pires produits nettoyants, label bio.

  2. Savoir aussi que plus on chauffe l’eau, plus le dépôt de calcaire est important, donc plus on risque d’endommager rapidement son électroménager. De plus, les programmes intensifs et trop chauds abîment davantage les vêtements.
    Pour les couleurs, un lavage à 30°C est suffisant. Pour le blanc et les serviette, 40°C à 60°C selon la saleté et la résistance du linge.
    (on peut aussi laver son linge un peu moins souvent…)

    Pour ce qui est de la vaisselle à la main vs lave-vaisselle, il faut rappeler que même en 10 ans d’utilisation, on ne rentabilisera jamais le coût écologique de la construction (+transport) du lave-vaisselle qui pour le coup requiert de très importantes quantités de ressources, donc c’est surtout pour le côté pratique…
    Et puis les tablettes lave-vaisselle écolo, ça n’existe pas vraiment (on peut juste trouver + ou – pire), tandis qu’on peut trouver ou facilement fabriquer un produit vaisselle vraiment écolo. Après, c’est à chacun d’essayer de moins gaspiller d’eau en faisant la vaisselle (50 litres ?!).

  3. Attention aux nettoyages des linges à 95°C.
    Il faut vraiment ne l’utiliser que dans des cas très précis et à priori rares !
    Or, j’exploite une laverie automatique et je voie trop de gens qui choisissent cette température, malheureusement je ne peux pas faire varier les prix en fonction des programmes de lavage,même avec des tissus qui ne sont pas faits pour.
    A savoir qu’un lavage à 60°, ça couvre déjà pratiquement tous les cas de figure, surtout avec les détergents actuels.
    Paresse ? inconscience ? “Incompétence” ?

  4. 50 à 70% d’impact pour les détergents..
    alors je suis content de mon choix;
    je lave à l’eau très chaude 85°C pour la vaisselle mais sans aucun produit juste une brosse à manche sous un filet d’eau
    le résultat est impeccable mais je cuisine sans apport de matières grasse laitière.
    ceci je le pratique depuis 4 ans et j’ai toujours un vaisselle irréprochable.

    je pense qu’il est préférable d’utiliser un peu d’énergie et d’eau mais de restituer l’eau propre;mes eaux d’évacuation vont dans le jardin après contrôle agréé le résultat et sans reproche.

    WC sec chauffe eau solaire et bois électrique pendant l’intersaison.

    frank

    • D’un autre côté, laver à 85°C demande de l’énergie, produite la plupart du temps soit par une centrale nucléaire, soit par une exploitation de ressources fossiles (pétrole/gaz). Et finalement le choix entre polluer en amont (chauffage de l’eau) ou en aval (eaux sales) est difficile…

      Je ne remets pas en cause votre point de vue, que je loue.
      Et je suis aussi de l’avis de laisser de côté au maximum tous les produits ménagers et rester au naturel (bicarbonate de soude, huile de coude, vinaigre blanc…)
      Malheureusement à l’heure actuelle, il est très difficile d’être indépendant au niveau énergétique/pollution…

  5. Souvenez-vous toujours qu’une tache qui tache ne prend pas d’ accent circonflexe, et que seules les tâches que l’on accomplit, par exemple écrire un article, se couvrent le a. Les fautes d’orthographe, de syntaxe, de grammaire, polluent la lecture et montrent de la légèreté vis à vis du lecteur.

  6. J’ai un lave-vaisselle (qui a 5 ans) haut e gamme d’une très grande marque allemande.
    J’avais opté pour la fonction ECO (température basse, 50°) et malheureusement deux ans après, la chambre en plastic s’est bouchée (graisses en dépôt).
    Il a fallu remplacer la pièce (250€) ; rebelote un an après mais cette fois j’avais pris la peine de conserver l’ancienne chambre et de la nettoyer à fond ; j’ai réparé moi-même.
    Je prends la peine de nettoyer à l’eau (évier et brosse) ce que je mets dans le lave-vaisselle ; si je ne l’avais spas fait, je pense que la chambre se serait bouchée encore plus vite !
    Depuis, j’ai abandonné le lavage ECO car je suis persuadé que la température trop basse (50°) est responsable du dépôt de graisses.

    Comme quoi, il ne faut pas aveuglément adopter les programmes dit économiques car en fin de compte, l’économie réalisée est lus qu’engloutie par le coût des pannes.
    Je reste donc persuadé que certains programmes économiques sont des faire-valoir marketing.

    • moi aussi je suis convaincu je vous rejoint, programme éco mais eau courante pour rincer et produit détérgent quel sont les incidence energétique et environnementale des detergent et de la machine. est ce de la poudre au yeux comme le cumulus thermodynamique pour un post de 200 € par ans et un investissement finacier de 3000€ plus les incidence energétique et environnemental de la fabrication entretient et destruction.

      pour moi aussi le robinet d’eau très chaude bien géré reste la solution la plus propre et la plus respectueuse de l’environnement. à la sortie d’eau de ma maison les limace les insecte les oiseaux mange et se porte bien mon bac dégraisseur dans la salle de bain sous le plancher et aucune odeur la graisse enlevée deux fois par an amalgamée avec de la paille me sert pour allumer le feu.la peut être serait elle mieux au compost je ne sais pas encore.
      frank

  7. Merci d’arrêter d’annoncer 50 litres pour une vaisselle manuelle. Si j’utilise 10 litres en tout, c’est bien le diable et j’ai lavé mes cocottes, poêles et nettoyé l’évier et le plan de travail. Ces chiffres sont données par les fabricants de lave vaisselles et les inconscientes qui font la vaisselle à l’eau courante, mais je vous assure qu’on peut faire une belle vaisselle autrement

    • Tout à fait d’accord. Ma vaisselle de tous les jours à la main demande très peu d’eau et consomme très peu d’énergie.

    • Malheureusement les “inconscients” qui font la vaisselle en laissant couler l’eau à fond sont largement majoritaires. Donc oui on peut utiliser nettement moins que 50L sur une vaisselle moyenne, et c’est mon cas, mais ce n’est pas la généralité.

Moi aussi je donne mon avis