Les culottes menstruelles dictent de nouvelles règles pour la planète !

Existe-t-il encore des femmes qui se soucient de l’écologie comme de leur première culotte ? Espérons que non ! En tout cas, nous savons que vous n’êtes pas ce celles-là. Alors, vous aurez sans doute envie de savoir à quel point vous ferez du bien à la planète en passant aux culottes menstruelles.

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 18 Aug 2021, à 14 h 10 min
Les culottes menstruelles dictent de nouvelles règles pour la planète !
Précédent
Suivant

Encore assez récente dans le paysage des protections hygiéniques pour les femmes, la culotte menstruelle ou culotte de règles commence à en convaincre plus d’une. Souvent fabriquées en matières naturelles (attention, pas toutes), et très vite rentables (vu le prix d’une boîte de tampons), les culottes menstruelles sont également une alternative fantastique pour réduire sa production de déchets.

La culotte menstruelle : une aubaine pour les femmes, une aubaine pour la planète

Exit tampons et serviettes, place à la culotte menstruelle ! Pour une trentaine d’euros la pièce, la culotte absorbante change vraiment le quotidien des femmes. Ou du moins, ces quelques jours par mois que l’on vit toutes plus ou moins bien. Mais en quoi ces culottes menstruelles pourraient sauver la planète ?

La poubelle de la salle de bain déborde

Au cours de sa vie, une femme utilise de 10 à 15.000 produits menstruels à usage unique, c’est-à-dire tampons, serviettes et autres protège-slips.

Quand on pense à tous ces emballages individuels non recyclables et aux applicateurs que cela implique, on comprend vite que les protections hygiéniques comptent pour 13 % des ordures ménagères résiduelles (avec les autres textiles sanitaires type mouchoir en papier et couches), soit plus de 30 kg par an et par habitant, selon les chiffres de l’Ademe !

Grâce à leur durée de vie de trois à sept ans facile, les culottes de règles sont capables de freiner sérieusement la production de tonnes de déchets dans le monde.

Moins de déchets, mais pas que

On vous sent déjà convaincues de l’intérêt de la culotte menstruelle pour l’environnement ! Mais on a quand même envie d’en rajouter une couche. Parce que, nos règles et l’écologie sont des sujets super importants.

Eh oui, n’oublions pas que pour être écolo, un produit doit être vert à toutes les étapes de son cycle de vie. Bien choisir sa culotte menstruelle en prenant en compte les matériaux qui la composent et ses conditions de fabrication est donc primordial.

Une culotte menstruelle vraiment écolo

Culotte menstruelle en coton bio – © Andriana Syvanych

La plupart des marques de culottes menstruelles s’inscrivent de facto dans une démarche écologique. Mais n’hésitez pas à vérifier en regardant attentivement les étiquettes et les labels. Ainsi, vérifiez que les matériaux absorbants sont naturels : coton, chanvre ou soie. En plus, pour votre santé et votre confort, c’est incomparable ! 

Cependant, une fibre naturelle n’est pas forcément écologique. Prenez le coton par exemple. Sa culture gourmande en eau et en pesticides le rend très nocif d’un point de vue environnemental. La solution ? Etre à l’affût des certifications écologiques comme le label GOTS (Global Organic Textile Standard) ou la certification OEKO-TEX.

Enfin, parce que écologique rime avec éthique, on pense aussi aux conditions sociales de fabrication. Des labels comme Fairtrade/Max Havelaar garantissent une production et une commercialisation équitables du coton biologique brut, en respectant les droits des travailleurs.

Nous ne sommes pas naïves non plus : bien sûr qu’il faudra plus qu’opter pour les culottes menstruelles et faire pipi sous la douche pour sauver la planète. Pour autant, ne négligeons pas les écogestes dont la réduction des déchets dans la salle de bains fait largement partie.

Illustration bannière : La culotte menstruelle : pratique, économique et écologique – © AtlasStudio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour, le label GOTS ne peut certifier des protections hygiéniques, seulement (éventuellement) le coton qui les compose.

Moi aussi je donne mon avis