Le café risque-t-il de disparaître ?

Selon le dernier rapport de l’institut australien de recherche indépendant Climate Institute, la fève de café serait condamnée à moyen terme si le réchauffement climatique poursuivait sur sa lancée.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 7 Sep 2016, à 12 h 00 min

Le changement climatique menace la production mondiale de café

La production mondiale de café a plus que triplé depuis les années 1960. Chaque jour, ce sont plus de 2,25 milliards de tasses de café qui sont consommées dans le monde. Pourtant, entre 80 et 90 % des 25 millions de producteurs de café du monde sont de petits exploitants, qui sont parmi les plus exposés au changement climatique.

Ils vivent et travaillent, en général, dans quelque 70 pays principalement en développement, y compris le Guatemala, le Brésil, le Vietnam, la Colombie, l’Éthiopie et l’Indonésie. Pour la plupart d’entre eux, cette industrie est au coeur de leur économie. De plus, en raison du réchauffement climatique, les zones propices à la culture du café pourraient se réduire de moitié d’ici 2050, poussant la production à s’éloigner de l’équateur.

Des conséquences également sur la nature et les forêts

Ce qui ne serait pas sans conséquence pour la conservation de la nature et de la forêt. En outre, la hausse des températures favorise la prolifération de champignons qui détruisent les cultures. « De plus en plus de phénomènes météorologiques extrêmes dans les principales régions productrices de café semblent sur le point de créer des pénuries d’approvisionnement, et des conditions plus chaudes vont altérer la saveur et de l’arôme, peut-on lire dans le rapport. Même le café instantané est susceptible d’être durement touché dans un monde où la température globale a augmenté de 3°C ou plus ». Si rien ne change, les experts estiment que d’ici 2080 le café, tel que nous le connaissons, pourrait avoir disparu.

Les mêmes causes climatiques provoquant des effets similaires, le chocolat est également en danger. En raison d’une demande en forte croissance (32 % d’augmentation en 10 ans) et d’une augmentation de température dans les pays producteurs, source de sécheresse ou de précipitations trop importantes, les stocks de cacao sont au plus bas depuis un demi-siècle. Les spécialistes tablent sur une pénurie en 2020.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis