La Chine veut retrouver son ciel bleu

Le Premier ministre chinois Li Keqiang l’a promis : la Chine va retrouver son ciel bleu grâce à des mesures drastiques de lutte contre la pollution en 2017.

Rédigé par Maylis Choné, le 6 Mar 2017, à 11 h 00 min

Lors d’un discours prononcé le 5 mars 2017 lors de la session annuelle du Parlement, le Premier ministre chinois a annoncé les mesures qu’il mettrait en place en 2017 pour permettre à son pays de retrouver son ciel bleu.

En Chine, on chasse la pollution pour retrouver le ciel bleu

Le ciel de Pékin est de plus en plus souvent asphyxié par un nuage toxique. En décembre 2016, notamment, les habitants de la ville ont dû se calfeutrer chez eux pendant près d’une semaine tant l’atmosphère était irrespirable. Plusieurs axes routiers ont été fermés à la circulation car la visibilité, ne dépassant pas les 50 mètres, a été jugée dangereuse pour les automobilistes. Ces événements ne sont pas isolés et ces pics de pollution sont de plus en plus fréquents.

La faute au charbon ! Ce combustible assure en effet 62 % du bilan énergétique du pays et est, encore aujourd’hui, le moyen de chauffage le plus utilisé en hiver. Le Premier ministre a annoncé pour 2017 le passage du charbon au gaz ou à l’électricité pour trois millions de ménages. L’année dernière le recours à cette énergie a baissé de deux points.

Des mesures sévères pour donner l’exemple

Li Keqiang a promis devant les cadres du parti communiste de mener une guerre sans merci aux plus gros pollueurs du pays, en particulier les entreprises, pour retrouver le bleu azur du ciel. Il a ainsi déclaré : « Nous fermerons sans hésitation, selon la loi, les entreprises non conformes » aux normes d’émissions, avant d’ajouter que « ceux qui polluent en cachette ou qui fraudent seront sévèrement punis. »

Et les décideurs ne seront pas épargnés : « Ceux qui ne font pas respecter la loi ou qui tolèrent les infractions des pollueurs doivent aussi être poursuivis avec sévérité. ». Des menaces qui seront certainement prises très au sérieux par les Chinois car de ces mesures dépend leur santé. La politique touristique de la ville est également un enjeu de taille, intimement lié à la baisse de la pollution. Pékin fait en effet partie des villes les moins attractives du monde.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis