Gare aux dangers cachés des jouets pour enfants

Achetés en ligne ou non, les jouets sont devenus la catégorie de produits suscitant le plus de notifications d’alerte pour produits dangereux au sein des pays européens.

Rédigé par Paul Malo, le 12 Jul 2020, à 7 h 52 min

Le saviez-vous ? À l’échelle européenne, les jouets sont aujourd’hui la catégorie de produits la plus dangereuse à être disponible sur le marché européen !

Jouets dangereux : 29 % des notifications d’alerte

Pas moins de 2.243 jouets dangereux en circulation en 2019 : c’est le constat alarmant fait par le système européen d’alerte rapide (Rapid Alert System), qui permet à 31 pays européens d’échanger des informations au sujet des produits potentiellement défectueux(1). Cela fait, étonnamment, des jouets de nos enfants la catégorie de produits la plus dangereuse sur le marché européen.

jouets dangereux

Encore trop de jouets non conforme sur le marché européen © kryzhov

Ainsi, les jouets ont engendré l’an passé 29 % des notifications d’alerte, loin devant les engins à moteur (23 %) et les appareils électroménagers (8 %). Les produits cosmétiques, vêtements, textiles et articles de mode, mais aussi les articles de puériculture et les équipements pour enfants ont également fait l’objet d’un grand nombre de notifications.
Au final, les signalements auront entraîné 4.477 actions, qu’il s’agisse d’un simple rappel ou carrément de la destruction du produit.

Quels sont les dangers engendrés par ces jouets défectueux ?
Cela va des blessures, fractures et commotions (27 %) aux risques liés aux composants chimiques présents dans les produits (23 %), suivis des risques d’étouffement pour les enfants (13 %).

Lire aussi : 5 raisons de ne pas offrir de jouets en plastique aux enfants

Une faible partie des jouets défectueux

Le rapport de la Commission européenne précise au passage que, depuis 2005, plus de la moitié des produits signalés proviennent de Chine. Ce qui n’est pas illogique, la Chine étant à la fois le principal producteur mondial, et par conséquent l’un des plus gros exportateurs vers le marché européen.
La Commission annonce qu’elle continuera de « moderniser les outils du système d’alerte rapide afin d’encourager les consommateurs à consulter la base de données des alertes et à opter pour des produits sûrs ». Il s’agira notamment « d’actualiser le site web destiné aux consommateurs et aux entreprises, ainsi que l’outil spécifique utilisé par les États membres pour transmettre les notifications ».

Mais il faut bien constater en parallèle que les alertes relatives aux jouets dangereux ne représentent en fait qu’une partie des produits défectueux à être importés sur le marché européen, comme le souligne le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC).
En effet, avec l’essor de la vente en ligne, bon nombre de clients effectuent directement leurs achats auprès de producteurs hors des frontières européennes.

jouets dangereux

La plupart des jouets sans marque proposés par des vendeurs tiers ne respectent pas la réglementation européenne en matière de sécurité © DinaPhoto

La responsabilité des places de marché

De son côté, l’industrie du jouet a demandé à l’Union Européenne de reconnaître la responsabilité des places de marché quant à la conformité des jouets vendus sur leurs plateformes. Toy Industries of Europe (TIE) et la Fédération française des Industries Jouet Puériculture (FJP) ont ainsi publié une enquête portant sur près de 200 jouets sans marque achetés à des vendeurs tiers sur quatre « marketplaces » en Europe, Wish, AliExpress, Amazon et eBay.
97 % se sont révélés non conformes à la Directive européenne relative à la sécurité des jouets. 76 % des jouets testés présentaient des défauts qui les rendent dangereux pour les enfants dès l’âge de six mois ! « Les jouets mis en avant dans le rapport TIE présentaient des problèmes divers, notamment un risque d’étouffement dû à de petites pièces qui se détachent facilement, des niveaux de concentration de phtalates plusieurs centaines de fois supérieurs à la limite autorisée par l’Union Européenne et un risque de blessure par des objets pointus », précise un communiqué commun.

Cette enquête a aussi mis en lumière le fait que, sur les quatre plateformes étudiées, deux n’avaient envoyé aucune notification aux clients ayant acheté un produit défectueux ou non conforme.

Que vérifier quand un achète un jouet ?

La FJP rappelle au grand public les règles à suivre pour bien choisir un jouet :

  • d’abord, sachez auprès de qui vous achetez. Regardez le nom du vendeur : est-ce une marque ou une entreprise que vous reconnaissez ?
  • Ensuite, demandez-vous si le jouet est une véritable bonne affaire, oui si le prix du jouet s’explique par le fait que le vendeur ait réduit les coûts 
liés à la sécurité.
  • Enfin, à l’arrivée du jouet, vérifiez que l’adresse du fabricant ou de l’importateur européen figure sur le jouet ou son emballage : ce sont des exigences légales pour tous les jouets vendus au sein de l’Union Européenne. Le marquage CE signifie que le jouet est conforme aux exigences de sécurité fixées au niveau européen.

Illustration bannière : Se méfier des jouets ; certains peuvent être dangereux pour les enfants – © denniro

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis