Jardinage pratique : 4 méthodes pour mesurer le pH du sol

L’agriculture comme le jardinage sont souvent affaire de connaissance où ils sont pratiqués, notamment du sol. Connaître le PH de son sol permet ainsi de savoir avec plus de précision ce que l’on peut y cultiver, alors venez découvrir comment en savoir plus sur votre terre.

Rédigé par Mark, le 9 Mar 2020, à 14 h 15 min

Rappelez-vous vos cours de physique-chimie : plus il y a d’ions H+ dans un sol, plus celui-ci est acide. Un pH (potentiel hydrogène) de 7 est dit neutre ; entre 7 et 14, il est basique, ou alcalin ; entre 1 et 7 il est acide. Vous le savez sans doute, le pH du sol est une notion importante, mais comment le mesure-t-on ?

Déterminez le pH du sol de votre terrain

À cause de la pollution, les sols ont tendance à s’acidifier, même si des efforts ont été faits en Europe pour lutter contre les retombées acides notamment. Toutes les plantes ne vont pas apprécier cet état de fait. Certaines vont s’en accommoder mais d’autres préféreront un sol alcalin, quand une majorité de végétaux va se développer correctement avec un sol plutôt neutre, ou légèrement acide (6-7,5)

Votre sol est-il acide ou alcalin ?

La plupart des sols ont un pH compris entre 4 et 9. En dehors de mesures plus précises, quelques indices vont vous guider. D’une manière générale, un sol calcaire va être basique. Un sol très riche en humus et/ou sableux va probablement être acide.

pH du sol

La mauve est biodindicatrice d’un sol calcaire et donc alcalin © petrovichlili

Observez aussi les plantes poussant naturellement sur le terrain : elles sont d’excellentes « bioindicatrices » de la composition de votre sol, notamment en PH. Si vous voyez des myrtilles, de la prêle, de la bruyère, des rhododendrons, de la fougère aigle ou des digitales, il y a de très fortes chances que votre terrain soit acide.
Si au contraire vous observez des primevères officinales, des géraniums ou des mauves, votre terrain est probablement calcaire / alcalin.

Effectuez un prélèvement au jardin

Quand on crée un nouveau jardin, il peut être intéressant de faire des mesures plus précises. Il s’agira d’abord d’évaluer si un seul prélèvement suffit ou si vous devez en effectuer deux.

Pour cela, observez votre terrain : certaines zones sont-elles plus sablonneuses ? Pouvez-vous distinguer des zones argileuses ? Si aucune zone ne se distingue particulièrement, procédez à un seul prélèvement, mais en plusieurs échantillons mélangés.

pH du sol

Prenez soin de faire un bon prélèvement de terre © funnyangel

On va tout d’abord se munir de bocaux en verre – et là vous pouvez recycler sans problème un pot de confiture ou autre contenant de ce type. Prenez également une petite pelle, type transplantoir.

Il ne s’agit pas de prélever de la terre en surface mais bien dans la couche arable, soit la terre dans laquelle les végétaux puisent pour la plupart leurs nutriments. On prélèvera donc une couche de terre se situant entre 20 et 30 centimètres de profondeur et ce à plusieurs endroits du terrain en petites pelletées de manière à obtenir un échantillon représentatif, par mélange.

Mesurez le pH du sol – Comment faire ?

1. DIY : analysez le pH du sol avec le chou rouge

Cette méthode est utilisée par bien des jardiniers. On le fait pendant la saison du chou rouge, forcément… On commence par s’activer en cuisine :

  • Émincez le chou rouge ;
  • Faites bouillir de l’eau distillée pure.
  • Placez ensuite le chou rouge dans l’eau et laissez tremper les morceaux pendant une dizaine de minutes avant de les retirer (vous en faites ensuite ce que vous voulez).
  • Réservez le jus violet qui, en toute logique, possède un pH neutre (7).

Si vous le souhaitez, vous pouvez d’abord vérifier les couleurs en testant le jus avec du bicarbonate et du jus de citron : l’alcalin – le premier – fait virer la solution au bleu-vert, l’acide au rose vif. Cela vous permet d’avoir un point de comparaison.

pH du sol

Tout juste récolté dans votre jardin, il pourra vous servir à mieux comprendre votre terre © OVKNHR

Placez ensuite un peu de jus dans un récipient propre, et ajoutez deux cuillères à soupe de terre. Laissez ce mélange reposer d’une demi-heure à une heure avant de vérifier la couleur :

  • Violette / pourpre : pH neutre.
  • Rose : pH acide ; plus le rose est vif, plus le sol est acide.
  • Bleu/vert : pH alcalin ; plus la couleur est vive, plus le sol est basique.

Ce test n’est pas très précis, mais il permet une première analyse qui peut déjà vous aider à choisir les plantes qui apprécieront votre sol.

2. Faites un test avec des produits du quotidien

Vous avez probablement dans la maison du bicarbonate de soude et du vinaigre blanc, spécialement si vous réalisez déjà vos produits ménagers naturels.

Répartissez votre échantillon de terre dans deux récipients. Dans le premier, versez du vinaigre blanc. Si le vinaigre réagit (bulles), votre sol est alcalin.

Ajoutez de l’eau dans le deuxième récipient jusqu’à former une boue. Versez alors du bicarbonate, qui devrait pétiller, signifiant que le sol est acide.

Dans le cas où aucun des deux tests ne réagit, le sol est probablement neutre (pH de 7). Ce test permet aussi une première analyse.

3. Analysez le sol avec un kit

Pour aller plus loin : on achète ce kit en jardinerie, ou parfois même magasin bio, pour 7-9 euros. Ce type d’analyse n’est pas complet : il permet de connaître le pH du sol rapidement, mais ne va pas vous donner la composition précise de votre sol.

La mise en oeuvre ressemble fortement aux travaux pratiques que vous avez pu faire plus jeune (ou pas) : on utilise un tube à essais, de l’eau déminéralisée et des bandelettes cartonnées. On remplit le tube à essais avec le mélange de terre et on complète avec l’eau avant de le refermer, puis on agite fortement le contenu.

La terre va ensuite naturellement former un dépôt et il sera temps de plonger une bandelette réactive dans le tube pour connaître le pH du sol en fonction de la couleur que prend le papier. La variante est le testeur à sonde, à enfoncer directement dans le sol.

pH du sol

Il existe plusieurs types de tests de PH © Microgen

4. Connaître la composition du sol

Un autre test est possible, plus cher néanmoins. Il s’effectue en laboratoire. Il faudra relever un échantillon beaucoup plus important (jusqu’à un kilo) et l’amener soit dans une jardinerie qui propose de faire le lien avec un laboratoire, soit directement dans un laboratoire spécialisé.

Article republié

Illustration bannière : Connaître son sol c’est pouvoir y faire pousser ce que l’on veut © Zapp2Photo

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Quand il n'écrit pas, Mark jardine ! Partageant son temps entre Dijon et Londres, il met au service ses compétences pour faire avancer le monde vers un...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. c’est super!!!comment vous rejoin?

  2. les cultivateurs de choux rouges ont tous constaté que la couleur des feuilles dépend de l acidité du sol dans lequel ils poussent:violet,en sol acide,bleuté en sol basique.1 pour un sol calcaire dont le ph est supérieur à 7 donner la couleur des feuilles de choux

  3. bon jour
    Excellent petit article. J’ajouterais que quand on connaît le pH même approx de son sol, ce n’est pas une raison pour tenter de le rééquilibrer à toute fin toute force avec de la chaux ou autre; on n’atteindra jamais une situation stable et il vaut mieux cultiver ce qui va bien avec le sol plutôt que l’inverse, et échanger des légumes avec d’autres jardiniers dont le sol est différent.
    Ce serait intéressant un article sur les plantes bio-indicatrices. Il y a de gros ouvrages sur la question, mais une liste simplifiée irait bien. Je crois aussi me souvenir que certaines plantes peuvent modifier le pH en douceur au fil des années. Encore merci et bonne continuation.

  4. depuis le temps

  5. Faites réellement ces essais et vous comprendrez que vous induisez les personnes en erreur, cela ne fonctionne pas, c’est comme de tester l’étanchéité de micro-ondes par un GSM ou une feuille d’alu : du bluff!

    Et une bonne analyse complète en apprend bien plus et souvent on teste sur 2 méthodes
    Ce qui est vrai est que les doses d’engrais sont souvent exagérées !

  6. EXCELLENT! Merci pour les tuyaux (d’arrosage!).

  7. Super article Mark ! Très instructif pour les VRAIS JARDINIERS, HORTICULTEURS … En tant que Responsable d’un Jardin Botanique, je trouve cette manière de procéder exprime bien des choses sur votre vision que vous portez sur le VIVANT et vos connaissances tant en pédologie qu’en agro-écologie ! SUPER et MERCI.

Moi aussi je donne mon avis