Supression de l’instruction en famille : les parents entrent en résistance

En France, 50.000 enfants sont concernés par l’instruction en famille. Vendredi dernier, Emmanuel Macron a annoncé vouloir rendre l’instruction à l’école obligatoire. Les parents pratiquant l’école à la maison seraient-ils tous de dangereux intégristes ?

Rédigé par Pauline Petit, le 6 Oct 2020, à 13 h 00 min

Dans son discours du vendredi 2 octobre sur la lutte contre les séparatismes, Emmanuel Macron l’a annoncé : « l’instruction à l’école sera rendue obligatoire ». En effet, si en France, l’instruction est obligatoire de 3 à 16 ans, les parents peuvent faire le choix de faire l’école à la maison. Pour le président de la République, la suppression de l’instruction en famille se ferait en raison de la lutte contre l’intégrisme religieux et des « extrémistes » (musulmans, a fortiori) qui retirent leurs enfants de l’école laïque. Or qu’en est-il réellement ?

Qui sont les 50.000 enfants concernés par l’école à la maison ?

Les enfants concernés par l’instruction en famille le sont le plus souvent pour des raisons d’éloignement des écoles, de mode de vie nomade. Les questions de santé ou de handicap sont également une raison pour réaliser l’école en famille (qui ne serait pas remise en question).
Le plus souvent, il s’agit de parents d’enfants déçus du système scolaire tel qu’il est et qui souhaitent éduquer leur enfant autrement. Il s’agit également d’enfants inadaptés à l’instruction telle qu’elle est proposée par l’Éducation Nationale, et qui apprennent mieux seuls.

ecole a la maison maternelle

L’école à la maison ne s’enferme pas © SewCream

L’instruction à la maison qui cache des « écoles clandestines musulmanes radicales » demeure, d’après Philippe Bongrand, spécialiste du sujet interrogé par Libération, « un cas exceptionnel ». Et jusqu’à preuve du contraire, on ne connaît aucun terroriste qui est passé par l’école à la maison…

L’instruction en famille : l’apprentissage autrement en danger

Les parents qui font le choix de l’instruction en famille (IEF) ne sont pas marginalisés : les enfants sont contrôlés tous les ans par des inspecteurs de l’Éducation Nationale et régulièrement par les mairies.
Le CNED (Centre National d’Éducation à Distance) pourvoit des ressources en ligne pour ces enfants. Il existe en outre de nombreux réseaux de parents d’enfants déscolarisés(1) qui se retrouvent plusieurs fois par mois ou par semaine, pour des sorties culturelles, des balades dans la nature, des lectures, des cours de langues…
Ils optent généralement pour une instruction autrement, à travers la pratique et la vie quotidienne en famille : cuisine, musées, bricolage…

Les associations et parents d’enfants qui pratiquent l’IEF s’insurgent contre la décision d’Emmanuel Macron, qui va à l’encontre de la liberté d’instruction, inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Ève Herrmann, auteure pro-IEF, s’insurge : « VOUS prenez la décision d’enlever à NOS enfants une grande partie de leur liberté en leur interdisant de choisir à un moment où à un autre de leur vie, alors qu’ils en auraient besoin, l’instruction en famille. »

L’association LAIA qui soutient l’instruction en famille s’insurge « contre cette décision piétinant la liberté d’enseignement » et contre l’État « Incapable d’apporter des réponses concrètes aux enfants en souffrance à l’école », et annoncent entrer en résistance.

Pour l’instant, il ne s’agit qu’une annonce du Président de la République et aucune loi n’a encore été votée. La mesure passera-t-elle auprès du Parlement ? Une pétition a déjà recueilli plus de 78.000 signatures et les associations invitent à prendre contact avec le député ou le sénateur de leur circonscription.

Pour en savoir plus et signer la pétition contre la suppression de l’instruction en famille, rendez-vous ici

Illustration bannière : Une maman qui pratique l’instruction en famille © christinarosepix
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A la découverte du monde de demain, initiatives positives, personnalités inspirantes, nouveaux modèles économiques. Sans cesse dans les livres, sur le Net...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis