Incendies en Australie : près de 500 millions d’animaux sont déjà morts

Depuis septembre 2019, l’Australie fait face à des centaines d’incendies. Ils détruisent tout sur leur passage : habitations, faune et flore. On déplore à ce jour la mort de près de 500 millions d’animaux.

Rédigé par Audrey Lallement, le 3 Jan 2020, à 10 h 08 min

En Australie, des incendies ont brûlé des millions d’hectares et tué de nombreux animaux. Koalas, oiseaux et autres mammifères payent le prix fort d’un hiver très sec. Une conséquence indiscutable du réchauffement climatique.

Un tiers des koalas sont morts à cause des incendies

Depuis septembre, période de la saison des feux de brousse, l’Australie est en proie aux flammes. Le pays doit en effet faire face à plusieurs centaines d’incendies actifs. À ce jour, 5,4 millions d’hectares ont été incendiés ; une catastrophe pour la faune et la flore. Les images relayées par la presse et les réseaux sociaux sont terribles : maisons brûlées, terres calcinées, koalas assoiffés…


Selon les experts de l’université de Sydney, 480 millions de mammifères, d’oiseaux et de reptiles sont morts dans les incendies qui font rage sur le pays depuis septembre. Un tiers des koalas seraient morts dans l’État de Nouvelle-Galles du Sud, soit près de 8.000 marsupiaux selon la ministre fédérale de l’Environnement Sussan Ley.

Des conséquences du réchauffement climatique

Les koalas sont incapables de se déplacer rapidement et c’est pour cette raison qu’ils ne parviennent pas à échapper aux flammes. Mais ils ne sont pas les seules victimes de ces incendies. Le Dunnart de l’île de Kangourou, une espèce de souris endémique, et le perroquet terrestre de l’ouest de l’Australie occidentale sont aussi touchés.


Ces animaux ont beau être moins « doux et mignons » que le koala, leur sort préoccupe aussi Sussan Ley. Dans une déclaration récente portant sur la situation dramatique liée aux incendies, la ministre a rappelé l’urgence de traiter le problème du réchauffement climatique en Australie. Le pays a en effet vécu un hiver très sec, responsable, en plus de la vague de chaleur et du vent, de tous ces feux.

En Nouvelle-Galles du Sud, 1.300 maisons ont brûlé depuis septembre 2019 et une dizaine de personnes sont mortes depuis Noël. Des chiffres qui risquent hélas, de grimper puisque l’été australien ne se finit qu’au mois de février.

Illustration bannière : Incendies de brousse en Australie © Mari_May
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




4 commentaires Donnez votre avis
  1. il faut sauver les animaux immédiatement et capturer les criminels.

  2. ne me faite pas rigoler c est tout simplement criminel il faut choper ces fumiers qui mettes a mort tout le systeme et engendre la souffrance des animaux et des gens c est monstrueux.

  3. Dans n’importe quel pays, dans 90 % des cas une incendie ne commence pas NATURELLEMENT !!! quand on nous dit que plus de 35 ou 40 départs de feux ont été détectés, automatiquement c’est CRIMINEL !!! on dépense des milliers de milliards pour découvrir et étudier d’autres planètes alors qu’on laisse la notre se détruire irrémédiablement chaque année davantage…… le genre humain est vraiment de trop sur cette terre !!!!

    • …..le réchauffement climatique a bon dos !!!!

Moi aussi je donne mon avis