Identifier les ‘mauvaises herbes’ pour les éliminer mieux !

Les herbicides contiennent des produits chimiques très nocifs pour la santé et l’environnement. Avant de recourir à ces méthodes, apprenez à identifier les mauvaises herbes et les herbes utiles. Les usages du trèfle blanc ou des orties, entre autres, vous surprendront.

Rédigé par Jean-Marie, le 20 Jun 2019, à 14 h 20 min

On trouverait en moyenne 5.000 pousses de mauvaises herbes par m2 selon l’Institut de Recherche Agronomique (Inra). En 30 ans, le nombre moyen de mauvaises herbes par mètre carré a diminué de 67 %. Pour l’Inra, ce déclin du nombre d’espèces est préoccupant car il prive certains oiseaux ou insectes, comme les abeilles, pourtant bénéfiques dans le fonctionnement des écosystèmes agricoles, de sources de nourriture.

Pourquoi identifier les mauvaises herbes ou adventices ?

Il est donc important de savoir identifier les mauvaises herbes, et de laisser les herbes bénéfiques pour la biodiversité.

mauvaises herbes

Mieux vaut arracher les adventices plutôt que d’utiliser des produits phytosanitaires dans son jardin © Alexander Lukatskiy

« Mauvaises herbes » – Le saviez-vous ?

Les « mauvaises herbes » n’existent en réalité pas. C’est une terminologie tout à fait humaine qui résulte de notre lecture de la nature « à combattre » et qui date de plusieurs décennies.

On a tendance à parler désormais d’ « herbes folles » ou adventices car nos connaissances ont évolué sur le sujet et on sait désormais que, même pour nous, notre production ou notre plaisir, ces herbes folles ont une réelle utilité.

Lutter contre les mauvaises herbes

Concernant les plantes qui envahissent le jardin, il faut privilégier des désherbants naturels, qui ne pollueront pas – à condition aussi de les utiliser avec parcimonie -, ni les autres plantes ni l’environnement. Dans la plupart des cas, un bon entretien suffit pour éviter la prolifération d’herbes indésirables.

Dans cette fiche, vous pourrez découvrir des vertus insoupçonnées de certaines « mauvaises » herbes.

guide-mauvaises-herbes

Vous pouvez télécharger cette image au format pdf pour l’imprimer.

Le chardon, le plantain et les pissenlits doivent être arrachés à la main en coupant la racine dans le sol, car la tondeuse ne les élimine pas, bien au contraire. Pissenlits et plantains peuvent être jugulés en laissant pousser la végétation : en effet, ce sont des plantes qui poussent au ras du sol, et en laissant d’autres végétaux se développer, nos « adventices » (tout est relatif puisque les pissenlits se mangent, plantain et rumex aussi, tandis que le chardon est un excellent pollinisateur) seront tellement concurrencés qu’ils disparaîtront.

Les chénopodes et le pied-de-coq disparaissent lorsque la pelouse est tondue régulièrement à 7 cm. Concernant le chénopode le plus simple reste peut-être tout simplement de consommer cette plante comestible (risotto, quiche, farce, cru en salade, etc.).

Les mauves négligées, le pourpier et les sétaires sont présents dans les nouvelles pelouses, mais ont tendance à disparaitre lorsque la pelouse devient dense et touffue.

La présence de mauvaises herbes est souvent l’indice d’un problème d’entretien ou d’équilibre du sol : trop ou pas assez de matières organiques, trop d’engrais, etc. Avant d’agir, vérifiez si un traitement s’impose plus qu’un changement de pratique : l’herbe trop courte favorise aussi leur apparition !

Article republié
Illustration bannière : Huile de coude pour éliminer les « mauvaises herbes » – © Gabor Tinz
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Je ne suis pas d’accord avec vos tableaux: le chardon est utile pour les pollinisateurs et il est beaucoup plus beau qu’une vulgaire plante de jardin.
    Quant au rumex, au gratteron, au plantain et au pissenlit on peut les limiter s’ils deviennent envahissants mais pas forcément les éliminer car ils font partie des plantes sauvages comestibles.
    Il ne faut pas voir les plantes par le petit bout de la lorgnette juste d’un point de vue esthétique.

  2. Il n’y a pas de « mauvaises » herbes, seulement des plantes indésirables à l’endroit où on n’en veut pas. Juste pour le coup d’oeil ? toute la nuance est là !
    En outre, elles peuvent justement être utiles sans empêcher nos plantes de croître. Au pieds de mes groseilliers, cassissiers, framboisiers, je ne désherbe pas, ça protège de la sécheresse (je n’arrose pas), ça nourrit le sol et j’ai une belle production.

  3. Toute adventice a son utilité. Notamment pour remobiliser des minéraux « bloqués » du sol comme le démontre avec pertinence Gérard Ducerf (plantes bioindicatrices). Il faut donc, je crois, pousser votre réflexion plus loin que votre article…

  4. ces herbes doivent être eleminer à tout pris

  5. JE SUIS TRES MAUVAIS PARCE QUE JE N AIME PAS LES HERBES MAUVAISES QUI

  6. …. il y a des « mauvaises herbes » qui sont bonnes! le pourpier, par exemple, est excellent en salade, il dégage une saveur de noisette… on le coupe, il repousse à foison.. autant l’utiliser!

Moi aussi je donne mon avis