Sale temps pour l’hibernation des ours en Ukraine !

L’hibernation est un comportement naturel qui permet à bon nombre d’animaux de passer l’hiver en se protégeant des grands froids qui leur seraient mortel. Mais par les temps qui courent, pas facile pour les ours de passer l’hiver comme avant. La preuve en Ukraine !

Rédigé par Julien Hoffmann, le 6 Jan 2020, à 8 h 00 min

Avec l’hiver qui s’installe, nous comprenons un peu mieux pourquoi certains animaux ont développé des stratégies particulières de survie à cette période. Le fait de diminuer drastiquement l’activité physique est en effet une façon de pourvoir au manque de nourriture et au fait que le froid fait consommer beaucoup d’énergie. Mais quand il fait moins froid qu’habituellement, que se passe-t-il ?

Ours bruns – Un sommeil léger pour cette hibernation 2019

L’hibernation est un état de dormance profond (hypothermie régulée) qui permet aux animaux de conserver leur énergie pendant l’hiver. Ce que, techniquement, les ours n’atteignent pas vraiment. En effet, si apparemment leurs ancêtres des cavernes hibernaient, ils entrent à présent plutôt dans un état de « torpeur hivernale » qui est bien moins lourd.

hibernation ours ukraine

La torpeur hivernale des ours brun répond à une nécessité de survivre à l’hiver © mhalfer

Leur rythme respiratoire se ralentit, le rythme cardiaque aussi, ainsi que leur température corporelle. Ils ne se nourrissent plus et leur système digestif se met à l’arrêt au point de ne plus déféquer. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils entrent en hibernation profonde, ils peuvent se réveiller facilement sans que cela ne représente un risque pour eux contrairement à une hibernation classique.

Merci le réchauffement climatique ?

C’est peut-être parce que justement les ours bruns ont un sommeil léger qu’ils sont plus sensibles aux changements et modifications de leur environnement, et notamment aux variations de températures.

C’est du moins le constat fait au parc national de Synevyr, dans le sud-ouest de l’Ukraine, où les ours bruns européens du centre de réadaptation (après capture, blessure, etc.) ne dorment pas, alors que les températures restent anormalement élevées pour la saison.

Avec presque 10°C de plus que les températures de saison, c’est presque 4°C de plus que les températures auxquelles les ours bruns… se réveillent normalement !

Lire aussi : Les ours bruns s’adaptent pour échapper aux chasseurs

Conséquences inquiétantes

Duriy, Potapich et Benya se sont endormis normalement mais ce n’est pas le cas de leurs 29 autres congénères qui eux attendent toujours le froid pour reprendre leur cycle saisonnier normal.

 

Il semblerait également que pour chaque degré « gagné » ou « en trop » selon le point de vue, les ours réduisent de six jours leur état de dormance(1).

Les conséquences d’un tel comportement sont difficiles à cerner et il faudrait voir plus largement à travers le monde ou au moins en Europe, si les autres ours réagissent de la même façon notamment en milieu naturel. Mais une chose est certaine, les choses changent et cela a des impacts sur les espèces qu’il faut absolument surveiller et étudier pour mieux les en comprendre les conséquences.

Illustration bannière : Les ours brun ont besoin de froids pour passer un hiver normal © Sergey Uryadnikov

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. ne plus afficher sur mon ordi merci

Moi aussi je donne mon avis