Guide pour bien choisir ses fleurs

Rédigé par Annabelle, le 11 Mar 2013, à 15 h 02 min

Ça y est, on commence à décompter les jours qui nous séparent du printemps ! Vivement les bourgeons, le joli vert des feuilles et les quelques rayons de soleil qui nous feront oublier l’hiver. Dans peu de temps donc, nous prendra l’envie de choisir des fleurs pour égayer nos intérieurs et nos jardins. Comment faire le bon choix ? Voici quelques indices pour vous y aider.

Acheter des fleurs n’est pas un cadeau pour l’environnement

On a beau être familiarisé avec les écogestes, nous ne sommes jamais à l’abri d’un faux pas ! En effet, si nous sommes de plus en plus nombreux à adopter le réflexe de manger de saison, ou limiter l’utilisation d’eau et d’électricité, il est des domaines où on ne pense pas tout de suite à l’écologie.

Par exemple, avez-vous déjà réfléchi à l’impact écologique du joli bouquet que vous avez acheté dernièrement ? Car c’est vrai, on n’imagine pas toujours qu’avant d’atterrir sur la table du salon, les fleurs ont été cultivées parfois en serre, traitées aux pesticides, arrosées de litres d’eau et transportées par avion. Autrement dit, les bouquets de fleurs ne sont pas toujours un cadeau pour la planète.

Pourtant, il ne faut pas se priver de tous les plaisirs ! Il y a donc quelques gestes simples pour faire plaisir et se faire plaisir en offrant des fleurs, sans que cela ne soit synonyme de catastrophe pour l’environnement.

Repère  : les Achats de plantes et végétaux par les Français

Un bilan carbone lourd

Comme pour les fruits et les légumes, la plupart des fleurs se trouvent partout, toute l’année. Hors saison, les horticulteurs utilisent des serres chauffées et éclairées en permanence, ce qui alourdit fortement le bilan carbone de leur production.

Fleurs de saison ou fleurs d’importation ?

L’immense majorité des fleurs que vous achetez proviennent des pays du Sud : c’est le cas pour 90 % des roses, des orchidées et des tulipes. La plupart des fleurs coupées proviennent  d’Amérique Centrale, d’Amérique du Sud, d’Afrique (notamment du Kenya) et depuis peu d’Asie avec l’Inde qui exporte de plus en plus. Puisque les fleurs sont fragiles et périssables, elles doivent être acheminées rapidement, donc par avion : le bilan écologique en est alourdit.

Aujourd’hui en Europe :
– 80 % des roses viennent du Kenya, d’Équateur et du Zimbabwe,
– 91 % des orchidées viennent de Thaïlande,
– 71 % des glaïeuls viennent de Colombie

 

La solution : respecter les cycles des saisons en promouvant les fleurs du midi de la France en saison par exemple ou en privilégiant les fleurs en provenance des pays du Sud en hiver

Les fleurs importées par avion

avion87Le bilan énergétique lié au transport par avion est de 570 à 1580 g par tonne de fleur et par kilomètre.

En comparaison, le bilan est un peu moins mauvais pour la route : les fleurs acheminées par camion réfrigéré utilisent 800 g de CO2 par kilomètre. Grosso modo, un bouquet de 12 roses provenant des Pays-Bas produit 8 kg de CO2, soit l’équivalent de 2 litres de carburant ce qui représente 45 km effectués avec une voiture moyenne.

La solution : choisir des fleurs produites localement, sans serre (et sans pesticides si possible).

Vous pouvez les repérer grâce au logo Charte Qualité Fleur mais aussi en vous rendant sur vos marchés où l’on vend souvent des fleurs locales. Certaines AMAP proposent également des fleurs.

*

suite > une culture polluante

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. j’ai un remède pour lutter contre l’impact écologique des fleurs coupées : art-renouvelable.com

  2. Article super intéressant.
    En effet, lorsqu’on achète des fleurs, c’est pour avoir un peu de nature à l’intérieur…donc on ne pense pas que l’on fait du mal à la nature.
    Mais l’impact écologique est très étonnant ! J’avoue que je ne me suis jamais posé la question….mais bon j’achète rarement, je préfère les fleurs de mon jardin, et là, c’est zéro carbone !!!

Moi aussi je donne mon avis