Roméo, dernière grenouille de son espèce, cherche sa Juliette

Roméo est une grenouille mâle pas vraiment comme les autres. Dernier spécimen des Sehuencas, il doit trouver rapidement une femelle afin de se reproduire sous peine de voir l’espèce s’éteindre définitivement.

Rédigé par Maylis Choné, le 12 Feb 2018, à 11 h 50 min

Roméo est inscrit sur le site de rencontres match.com (meetic). Le but ? Sensibiliser le public et collecter des fonds afin de lancer des expéditions à la recherche d’une femelle de son espèce.

Roméo, dernière grenouille mâle Sehuencas, recherche une femelle

Depuis son arrivée au Museum d’histoire naturelle de Cochabamba (Bolivie) il y a dix ans, Roméo ne s’est pas reproduit tout simplement car il n’a jamais trouvé de femelle. Il est même probable qu’il soit le dernier spécimen de son espèce. C’est pourquoi, les gardiens du Museum ont lancé un appel sur la toile en lui créant un profil sur le site de rencontre match.com.

romeo grenouille

Un compte sur un site de rencontre pour sauver Roméo et son espèce de l’extinction – Capture d’écran YouTube

Le temps presse, une grenouille sehuencas vit environ quinze ans. Sur son profil on peut lire : « Bonjour. Je suis Roméo, une grenouille de Sehuencas de Bolivie », raconte-t-il pour sensibiliser les internautes à l’urgence de sa situation. « Je suis un gars assez simple. Je suis plutôt réservé et j’adore passer mes soirées à la maison. J’aime aussi manger. Bien sûr, qui n’aimerait pas cela ? »

Une expédition pour trouver l’âme soeur

Les scientifiques espèrent collecter 12.000 euros pour pouvoir lancer dix explorations de cours d’eau à la recherche de traces ADN permettant de localiser une femelle, même si celle-ci est encore au stade de têtard. Si ces tentatives échouent, ils se tourneront alors vers l’autre alternative possible, celle du clonage.

« Nous espérons qu’il en reste, pour établir un programme d’élevage conservatoire, et sauver l’espèce », explique Arturo Munoz, un scientifique qui mène le programme. Ces dernières années, à cause de la pollution de l’eau, des dérèglements climatiques, de prédateurs invasifs et du développement d’un champignon, de nombreux batraciens sont passés dans la catégorie des espèces en voie de disparition.

Illustration bannière : Roméo cherche toujours sa Julliette – Capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis