Glyphosate : l’agence des produits chimiques pave une voie royale pour le Roundup

Le glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde, est accusé de toxicité sur l’organisme. Mais certaines études auraient prouvé le contraire.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 16 Mar 2017, à 9 h 40 min

Depuis plus de deux ans, une question divise les experts américains et européens : le glyphosate est-il cancérogène ? Pour l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) qui s’est exprimée le 15 mars 2017, la réponse est non. Pour appuyer sa réponse, l’ECHA s’est appuyée sur plus de 75 études réalisées sur des humains et animaux.

Le caractère cancérogène du glyphosate : un désaccord entre l’OMS et l’Europe

Les experts de l’ECHA ont rendu leur conclusion ce 15 mars. Le glyphosate, un produit employé pour ses propriétés herbicides « ne présente pas de risque cancérogène » et ne sera donc pas intégré à la liste « des produits mutagènes ou fragilisant la fonction reproductrice ».

Cette affirmation va à l’encontre des positions du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS à Lyon, qui avait indiqué que cette substance était probablement cancérogène pour l’être humain, en mars 2015.

Signez la pétition contre l’usage du glyphosate

L’ECHA est chargée de la classification des produits chimiques dans l’Union européenne et détermine le danger potentiel intrinsèque des substances évaluées. Elle s’est appuyée sur « 75 études révélant les risques pour la santé humaine et animale liés à une exposition au glyphosate ». Toutefois, l’agence ne prend pas compte certains critères comme la durée d’exposition qui est pourtant essentielle pour évaluer les conséquences du glyphosate sur l’organisme.

Glyphosate : une utilisation réglementée dans les espaces verts publics

Ce produit utilisé par les agriculteurs européens est très controversé. Certains mettent en avant le caractère privé des données utilisées par l’ECHA et le fait que l’agence s’appuie sur des études qui ne sont soumises à aucun comité de lecture. Ses conclusions seront transmises à la Commission européenne avant que les États membres décident de renouveler ou non l’autorisation du glyphosate comme substance herbicide.

Découvrez les chiffres des ventes mondiales de RoundUp Monsanto sur le Planetoscope

En juin 2016, la Commission européenne n’avait pas réussi à convaincre ses États membres. La France et Malte avaient voté contre et sept pays s’étaient abstenus, ce qui avait bloqué la décision. Une prolongation de 18 mois avait alors été accordée à ce produit par l’exécutif européen qui a cependant maintenu quelques restrictions. Son utilisation reste limitée dans certains lieux comme les parcs et les jardins publics. Les lobbies de l’industrie chimique seraient-ils en train de gagner la partie ?

Illustration bannière : Pesticides – © v.schlichting Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. A ceux qui signent la pétition contre le glyphosate: posez-vous la question suivante. S’il est interdit, par quoi sera t’il remplacé?
    Eh bien par d’autres herbicides dont certains sont plus toxiques ou écotoxiques. Il existe des listes dites de substitution où figurent les molécules à éliminer en priorité lorsque des alternatives existeront. Car elle présentent des risques avérés au niveau de la santé ou de l’environnement, une trop longue persistance dans les sols, un risque de contamination des eaux,… Le glyphosate n’est sur aucune de ces listes, sa disparition brutale se traduirait à court terme par une dégradation écologique… Ne pas oublier aussi que son usage s’est développé dans les plaines ces dernières années pour réduire les labours très consommateurs de gas-oil. Le retour généralisé au labour aurait donc un effet très négatif: utilisation accrue d’énergie fossile et des émissions de carbone.

Moi aussi je donne mon avis