Gaspillage : un supermarché allemand ne vend que des produits ‘à jeter’

La société moderne gaspille énormément : électroménager qui n’est pas réparé, mobilier et même, bien évidemment, de la nourriture. Beaucoup de nourriture. Un problème majeur que les politiques et des personnes engagées tentent de résoudre. Contre le gaspillage alimentaire, un nouveau supermarché allemand prend les devants et décide de ne vendre que des produits destinés à la poubelle.

Rédigé par Hugo Quinton, le 7 Feb 2017, à 10 h 45 min

La société moderne gaspille énormément : électroménager qui n’est pas réparé, mobilier et même, bien évidemment, de la nourriture. Beaucoup de nourriture. Un problème majeur que les politiques et des personnes engagées tentent de résoudre. Contre le gaspillage alimentaire, un nouveau supermarché allemand prend les devants et décide de ne vendre que des produits destinés à la poubelle.

Un supermarché contre le gaspillage alimentaire à Cologne

L’idée n’est pas nouvelle : il y avait déjà deux autres supermarchés comme celui-ci, ne vendant que des produits destinés à la poubelle. Il s’agit donc du troisième. Pas en Allemagne…  Mais le troisième en Europe ! De quoi en faire un événement majeur de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans l’espoir que la tendance se développe un peu partout.

Lire aussi : Le Danemark, pionnier dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

L’enjeu est grand : selon la FAO, l’organisation des Nations-Unies qui lutte contre la faim, un quart de la nourriture jetée chaque année dans le monde pourrait permettre de nourrir 900 millions de personnes. Le calcul est vite fait : chaque année l’humanité jette assez de nourriture pour nourrir 3,6 milliards de personnes, soit plus de la moitié de sa population. Si une société sans aucune perte de nourriture est probablement impossible, les initiatives pour réduire la quantité de nourriture jetée sont un début.

Produits périmés et aliments moches pour réduire le gaspillage

Ouvert le 4 février 2017 à Cologne, le nouveau supermarché appelé « The Good Food » part du principe que les DLC et DLUO sont parfois trompeuses. S’il n’est pas question de mettre la santé des personnes en danger, il est clair qu’une bière fermée périmée depuis un mois est encore tout à fait buvable.

Il en va de même avec les légumes et fruits imparfaits ou moches : si esthétiquement ils laissent à désirer, ils sont bons à manger. En France, certains supermarchés les vendent, d’ailleurs et même moins chers.

Lire aussi : Le gaspillage alimentaire ? Pas chez moi !

Concernant les risques pour la santé, qui malgré tout existent, Nicole Klaski, fondatrice de The Good Food, se dit prête à prendre la responsabilité en cas de problèmes liés à un produit périmé, confiante qu’il ne se passera rien.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis