L’hôpital du Mans donne ses repas en surplus aux plus pauvres

Rédigé par Nolwen, le 29 Nov 2013, à 12 h 38 min

A l’hôpital du Mans, les repas en trop ne sont plus jetés à la poubelle. Les cuisiniers récupèrent la nourriture qui ne monte pas dans les chambres pour l’offrir à des personnes en situation de précarité, prises en charge par l’association Tarmac.

Contre le gaspillage, on donne les repas en trop

hopital-du-mans distribution repas en surplusPour lutter contre le gaspillage alimentaire de manière utile et généreuse, l’hôpital du Mans offre son trop-plein de repas à des personnes pauvres ou en précarité.

4,2 tonnes de nourriture par an gaspillées

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, le centre hospitalier du Mans vient de mettre en place un système de redistribution des repas en surplus, à destination de personnes en grande nécessité.

didier-girard-hopital-lemansC’est Didier Girard, le chef du service restauration de l’hôpital qui est à l’initiative de cette première en France – une idée fort bienvenue dans une ville où 18 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. “En hôpital,10 % des patients sont souvent avec des régimes mixés et enrichis et 20 % sont souvent avec des régimes pour tel profil alimentaire. Dans ce dernier cas, on peut avoir 27 menus différents par jour. 70 % des patients mangent normalement comme vous et moi” explique-t-il.

Des volumes de nourriture importants

L’hôpital du Mans fabrique plus d’un million de repas par an. Tout n’est pas consommé car, non seulement le nombre de patients hospitalisés (entrées et sorties) change tout le temps mais leurs  profils alimentaires et des protocoles médicaux, rendent très difficile la prévision des quantités. De plus les patients en laissent beaucoup sur les plateaux.gaspillage-alimentaire-anti-gaspi-jpg

point-exclamatiion Environ 4,2 tonnes de nourriture (l’équivalent de 7000 repas sur 1,3 million préparés chaque année) finissent d’habitude à la poubelle : plats cuisinés, desserts, plats, fruits encore tout à fait consommables, puisqu’ils ne sont souvent même pas entrés dans la chambre des patients.

Depuis janvier 2013, toute cette nourriture est intouchée est considérée comme des bio-déchets et ne peuvent plus être incinérés mais soit compostés, soit dirigés vers une usine de méthanisation.

L’opération a débuté 2 soirs par semaine avec un repas livré et réchauffé en centre-ville.« Passée la période de test, on espère servir un dîner tous les soirs à une trentaine de personnes. Ça représentera 7000 repas, soit 4,2 tonnes de nourriture par an », explique Didier Girard.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Merci de vos encouragement cependant au sevice restauration du CH Le Mans les restes alimentaires des assiettes dans les 80 unités de soins sont jetés .
    le dons alimentaire concerne les surplus de la production culinaire de la préparation des 1350 plateaux repas par service .Si vous voulez le dossier complet de cette action faire votre demande sur mon mail dgirard@ch-lemans.fr

  2. Comment fait-on pour avoir des restes quand on connait parfaitement le nombre de repas à servir auquel on peut rajouter un % d’entrées en urgence ? L’économie est toujours dans l’analyse des restes et même des poubelles qui permettent de voir le point de rupture des patients.

  3. Pauvres pauvres. Ils ont même réussi à nous servir des pommes de terre crues. Je dis bien CRUES… alors les restes….

  4. Bonjour, je trouve cette idée formidable, cependant, issue de l’hôtellerie et de la restauration économique, je m’étonne de ce gaspillage ! Il est en effet parfois difficile de prévoir ce que vont manger les malades mais une chose est sûre, c’est que les économies doivent être faites en amont. Ca serait bien pour le budget de la sécurité sociale !
    C’est bien de se préoccuper de ne pas jeter mais les pauvres et les nécessiteux ne sont pas les poubelles de l’hôpital tout de même ! Si cette initiative respecte aussi leur dignité humaine, pourquoi pas la généraliser mais en toute transparence et en organisant un restaurant collectif et non une distribution comme en temps de guerre, ce serait plus convivial ! Je sais que je vais soulever des commentaires mais bon, la dignité humaine doit être elle aussi respectée, non ?

  5. J’ai oublié de dire qu’il faudrait que TOUS LES HOPITAUX en fassent autant. C’est possible……puisqu’au Mans cela a été fait.

  6. Je suis ravie de cette initiative, c’est scandaleux de voir tout ce gâchis, et il y en a beaucoup d’autres, grandes surfaces etc…etc.. alors qu’il y a tant de gens qui en auraient besoin..

  7. Enfin ! Étant infirmier dans un CHR je suis choqué du gaspillage alimentaire (entre autres !)

  8. ça fait des années que les personnes hospitalisées se sont inquiétées de voir les restes de repas jetés, surtout ce qui n’était meme pas ouvert, yaourt ou flan, ou fruit
    mais la personne ramassant les plateaux disait toujours: ce qui a été dans une chambre ne peut pas aller dans une autre
    alors que le personnel passe dans toutes les chambres sans se désinfecter après chaque chambre
    ENFIN ON VA EVITER CE GASPILLAGE RUINEUX

  9. Excellente initiative qui devrait être généralisée !
    Je suis infirmière en hôpital, on essaie de jeter le moins possible dans mon service (on y arrive plutôt bien), mais il y a des services (ambulatoire, chirurgie, etc) où malheureusement il y en a plus (en fonction de l’activité du service et non de la mauvaise gestion).
    Je ne suis pas surprise qu’il y ait fallu tant de tant pour que cette action ait pu être menée à terme, la machine hospitalière est assez lente… Ce qui a dû freiner d’autres bonnes volontés ailleurs.

  10. Enfin un hôpital qui ne se fout pas de la charité !

  11. Tous les établissements de santé devraient le faire! Ca devrait même être OBLIGATOIRE !!!

  12. C’est une idée formidable. Et pourvu que cela dure.
    Ce qui m’étonne, c’est qu’il a fallu quand même 3 ans pour la mise en place en raison des normes et une quantité de documents administratifs à remplir. S’il y a un problème,cela ira plus vite en sens inverse.
    Les français sont généreux et l’état s’y retrouve car si toutes ces associations caritatives et autres initiatives n’existaient pas, si les gens se retrouvaient à ne pas manger à leur faim : il y aurait des émeutes.

  13. Merci pour cette information réjouissante et qui, espérons-le, fera recette de plus en plus.
    Vivre ensemble, c’est aussi lié à ce type d’initiative.

  14. En espérant que d’autres structures suivent ou plutôt reprenne cette action car à la base ils offraient des soins, gîtes et couvert, c’est même dans le nom !

  15. Excellente initiative et si tous les organismes ayant des surplus de nourritures ou d’invendus ou… Faisaient la même chose ! Ça aiderait beaucoup de personnes dans la pauvreté . Cette pauvreté qui est entrain de gangréniser la société depuis quleques temps

Moi aussi je donne mon avis