La fièvre pendant la grossesse augmenterait le risque d’autisme

Une récente étude indique que la fièvre pendant la grossesse augmenterait le risque d’autisme chez l’enfant à naître.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 16 Jun 2017, à 9 h 22 min

La fièvre est un symptôme fréquent chez la femme enceinte. Toutefois, une étude montre qu’elle augmenterait le risque de troubles du spectre autistique. Plus les accès de fièvre sont répétés et nombreux, plus le risque croît. Par exemple, trois épisodes de fièvre après la 12ème semaine de grossesse augmenteraient le risque d’autisme de 300 %.

Le risque d’autisme peut être multiplié par trois selon les accès de fièvre

La fièvre contractée pendant la grossesse favoriserait le risque d’autisme chez l’enfant à naître, selon une étude de l’université de Colombia, aux États-Unis, publiée dans Molecular Psychiatry. Des données de santé ont été collectées auprès de 95.755 enfants nés entre 1999 et 2009 en Norvège. 587 enfants ont été diagnostiqués autistes. Les dossiers médicaux des mères révèlent que 15.700 d’entre elles ont eu de la fièvre pendant leur grossesse.

enceinte autisme

©Dragon Images

Le risque d’autisme chez l’enfant est présent quel que soit le stade de la grossesse. Cependant, il est augmenté de 34 % si la mère est fiévreuse et de 40 % lorsque l’épisode de fièvre intervient durant le second trimestre. Par ailleurs, trois accès de fièvre après la 12ème semaine de grossesse augmenteraient ce risque de 300 %, selon Top Santé.

Autisme : un risque moins élevé lorsque la fièvre est traitée

Les chercheurs ont également découvert que la probabilité d’autisme est amoindrie par la prise d’acétaminophène ou de paracétamol, utilisé pour faire baisser la fièvre au second trimestre. Ils constatent qu’il n’y a eu aucun cas de trouble du spectre autistique chez les enfants lorsque les mères avaient soigné leur fièvre avec la prise d’ibuprofène, un anti-inflammatoire non stéroïdien.

Dans de prochains travaux, l’équipe de chercheurs apportera les résultats d’analyses d’échantillons sanguins prélevés pendant la grossesse et lors de l’accouchement. Cela permettra de connaître les origines de ce symptôme et éventuellement d’expliquer comment une infection prénatale peut contribuer au développement de troubles du spectre autistique.

Illustration bannière ©Ievgenia Tkach
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Sauf que l’ibupropène a des éffets secondaire sur la morphogénèse de l’embrion

Moi aussi je donne mon avis