Les jouets Kinder assemblés par des enfants, Ferrero réagit

Les jouets dans les Kinder, certains enfants jouent avec. D’autres… les fabriquent, selon une enquête du journal britannique The Sun. Ferrero, le géant italien du chocolat, est accusé d’utiliser de la main-d’oeuvre roumaine sous-payée et travaillant dans des conditions proches de l’esclavage.

Rédigé par Anton Kunin, le 28 Nov 2016, à 11 h 20 min

Les jouets à l’intérieur des fameux oeufs Kinder seraient assemblés par des familles roumaines sous-payées, à leur domicile et dans des conditions d’hygiène inappropriées, révèle l’enquête du journal britannique The Sun.

Des conditions de travail indécentes

Des familles roumaines travailleraient jusqu’à 13 heures par jour pour assembler les jouets des oeufs Kinder, révèle outre-Manche le quotidien The Sun. Le paquet de 1.000 jouets Kinder assemblés leur serait payé 20 lei roumains, soit un peu moins de 5 euros. Même des enfants seraient mis à contribution, le plus jeune dans la famille interrogé par les journalistes ayant tout juste six ans.

Inutile de préciser que ce travail effectué à domicile ignore tout impératif d’hygiène. « Je sais que la paie est terrible, mais je n’ai pas d’autre choix que de faire ça. Nous avons besoin d’argent pour manger et prendre soin de nos enfants », a déclaré une employée à domicile interrogée par The Sun.

Si les chefs de chez Ferrero apprenaient ce qui se passait en Roumanie, ils auraient un accident cardiaque.
Prolegis, sous traitant

À Carei, ville roumaine proche de la frontière hongroise, le chômage est endémique. Pour les familles qui n’ont aucune ressource, travailler pour Prolegis, le sous-traitant de Romexa SA, est le seul moyen de s’en sortir. Pourtant, d’après l’expression d’un lanceur d’alerte cité par The Sun, « Si les chefs de chez Ferrero apprenaient ce qui se passait en Roumanie, ils auraient un accident cardiaque. »

Réaction rapide de Ferrero

Lorsque les journalistes sont venus sur place et ont cherché à parler à un responsable, celui-ci a pris la fuite et a fermé la porte de son usine à clé. Une heure plus tard, un taxi est arrivé au domicile de la famille interrogée. Le chauffeur leur a ordonné de rendre tous les jouets et oeufs, même non finis, en disant : « Ce travail est terminé ».

Contacté par le quotidien britannique The Daily Mail, Daniel Muresan, chef de secteur chez Romexa SA,  a déclaré la semaine dernière qu’il « n’était pas au courant de telles pratiques ».

La marque Ferrero, pour sa part, s’est déclarée « profondément touchée et concernée par les soupçons de pratiques et de comportements inacceptables », et a lancé une enquête approfondie. Le contrat avec Prolegis a été immédiatement rompu.(1)

Illustration bannière : Oeuf Kinder et jouet surprise – © Ekaterina_Minaeva Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Il suffit de lire les ingrédients et voir qu’il y a de l’huile végétale = huile de palme, pour fuir le produit! A moins de vouloir être complice de meurtre….

  2. FAUX – article mensongé sur le travail des enfants du “The SUN”

    “The Sun” comme à son habitude est près à tout pour vendre du papier, quitte à risque un procès en diffamation.
    https://www.thesun.co.uk/news/2234193/kinder-egg-slaves-aged-just-six-are-being-paid-22p-an-hour-for-13-hour-shifts-making-the-toys-hidden-inside-chocolate-treats/

    (1) Extrait de l’article de Ouest-France ()
    http://www.ouest-france.fr/economie/consommation/kinder-enquete-en-cours-sur-la-fabrication-des-jouets-en-roumanie-4636122

    “Interrogée par le site roumain Digi24.ro, la mère de famille figurant dans l’article du Sun affirme qu’il s’agissait d’une mise en scène demandée par les journalistes anglais pour la photo. Coup monté ou peur de perdre son emploi ? Elle assure que ses enfants ne travaillent pas avec elle.

    Sa version serait corroborée par les autorités locales auprès de Digi24.ro
    , les services de protections de l’enfance ont confirmé que son fils et sa fille sont normalement scolarisés. Documents à l’appui, ils estiment qu’il est impossible que les enfants passent 13 heures par jour à assembler des jouets pour Kinder, comme le présente The Sun.

    (2) Extrait de l’article de Digi24.ro (chaîne imformations roumaine 24/24) (24/11/2016)

    http://www.digi24.ro/stiri/actualitate/justitie/cazul-vitalair-5-perchezitii-la-iasi-si-tecuci-618731

    “O echipă Digi24 a stat de vorbă cu femeia care apare în reportajul britanicilor. Aceasta susţine că totul este o înscenare că a acceptat să apară în filmare cei doi copii doar pentru că i s-a promis că soţul ei va primi un loc de muncă în Marea Britanie. ”

    Ma traduction en FR:
    Une équipe Digi24 a discuté avec la femme qui apparaît dans le reportage britannique. Cette femme soutient que tout est mis en scène et elle a accepté d’apparaître dans le film avec ces deux enfants seulement parce que le journaliste britanique a promis à son mari un emploi aux Royaumes-Unis.

  3. Vous oublier de préciser que c’est une FAUSSE INFORMATION. C’est – à nouveau – une totale mise en scène des journalistes anglais, en mal de reportages à sensation. Le nom Roumanie fait toujours vendre du papier, dès qu’on l’associe, fort injustement, à la misère. N’accordez aucune foi à cette masse de pseudo-articles misérabilistes concernant la Roumanie. Allez plutôt voir sur place la réalité, qui est toute autre 🙂
    APCRF APCFR • Asociația România Franța Amicale France Roumanie, le président.

    Retrouvez de vraies informations concernant la Roumanie sur nos groupes d’informations sur fb :
    Asociatia Romania Franta Amicale France Roumanie, ou RENCONTRE AVEC LES ROUMAINS, etc.

  4. C’est le genre de produit que boycotte tout est fait pour faire acheter aux parents du chocolat à plus de 40 euros le kilo, pour avoir des gadgets de 4 sous réclamé par leurs enfants, lamentable.

Moi aussi je donne mon avis