Fabriquer soi-même ses oyas avec des matériaux de récupération

Vous connaissez les oyas ? Ce sont des jarres en argile que l’on installe au jardin pour un arrosage économe. Vous pouvez les acheter ou les faire vous-même !

Rédigé par Pauline Petit, le 5 Jun 2022, à 10 h 12 min
Fabriquer soi-même ses oyas avec des matériaux de récupération
Précédent
Suivant

Un oya, ou olla, est un système d’arrosage utilisé depuis l’Antiquité. Grâce à un système simple, le potager est arrosé sans utiliser trop d’eau. Une astuce adoptée par de nombreux jardiniers écolo.

Un oya au potager, ça sert à quoi ?

Ces dernières années, les périodes de sécheresse de plus en plus longues et intenses ont amené les jardiniers à ruser pour arroser leur jardin. Lorsque l’on n’a pas de puits ou de source à proximité, et pour éviter d’avoir à arroser avec l’eau de la ville, toujours plus chère, il vaut mieux utiliser des systèmes d’arrosage économes.

Installer un oya au potager

Un oya diffuse de façon continue de l’eau pour vos plantations, sous la terre, avec une déperdition d’eau minime par rapport à un arrosage au tuyau ou même au goutte-à-goutte. L’arrosage se fait par capillarité grâce à l’argile, une matière naturellement perméable.

oya

Des oyas en argile ©Marques

L’idéal est d’installer vos oyas dans un potager bien travaillé, que vous aurez enrichi d’une couche de compost en hiver. Pour installer votre oya, creusez un trou dans la terre pour le recouvrir jusqu’au col. Vous pouvez également utiliser des oyas pour vos bacs de culture sur votre balcon, pour vos plantes d’intérieur, ou pour irriguer vos arbres, surtout s’ils viennent d’être plantés.

Un oya irrigue une surface d’environ 1,5 fois sa taille. Ainsi un oya de 20 cm diffusera de l’eau pour les plantes situées à 30 cm d’elles environ. Les oyas sont particulièrement adaptées pour des plants qui ne demandent pas trop d’espace entre eux, comme les salades ou les betteraves. Disposez vos plants en étoile autour de vos oyas afin de maximiser l’irrigation.

Une fois que vos oyas, ainsi que vos plants, sont en terre, recouvrez généreusement d’une couche de paillis, qui diminuera encore l’évaporation de l’eau. Une fois que vous l’aurez rempli d’eau, vous pouvez vous absenter plusieurs jours sans avoir à demander de l’aide pour arroser votre jardin. Pratique en été !

Autre avantage de l’oya : le sol est plus sec qu’avec un arrosage au tuyau, les mauvaises herbes proliféreront moins : du temps gagné pour vous en termes de désherbage !

Acheter un oya ou le faire soi-même ?

Avoir des oyas au jardin vous permet donc de réaliser des économies conséquentes en arrosage. Le hic : si vous les achetez, vous devrez réaliser un investissement important, ce d’autant plus si votre potager est grand. Il existe des modèles artisanaux ou fabriqués en série, en argile ou en céramique microporeuse, de tailles et formes très variables. Mais il vous faut compter environ une vingtaine d’euros par oya.

Même s’il s’agit d’un investissement qui durera de nombreuses années si vous en prenez soin, vous pourrez rapidement dépenser des centaines d’euros si vous les achetez dans le commerce. La solution : les faire soi-même. Soit vous possédez des talents de potier et vous les faites vous-même, soit vous fabriquez votre oya à partir de matériaux de récupération !

Faire soi-même ses oyas : le tuto

Vous pouvez utiliser des pots de fleurs en terre cuite, faciles à trouver chez vous, chez d’autres jardiniers amateurs ou en ressourcerie. Pour fabriquer un oya, il vous faut :

  • Un pot en terre cuite non vernie (diamètre 20 cm environ) ;
  • Une soucoupe en terre cuite du même diamètre que le haut du pot ;
  • Un bouchon en liège.
  • Outils : un cutter, une petite pelle.

Bouchez le trou situé au fond du pot à l’aide du bouchon en liège ; les bouchons de bouteille de bière sont les plus adaptés. Bouchez-le de l’intérieur et laissez le bouchon ressortir de 1 cm à l’extérieur du pot. Si le bouchon est trop grand, rabotez-le légèrement avec un cutter.

oya tuto

Vous trouverez facilement des pots de terre de récupération ©Nigel Wiggins

Testez l’étanchéité de votre oya en laissant de l’eau pendant une nuit à l’intérieur. Le bouchon en liège va ainsi gonfler et étanchéifier votre pot. Votre oya ne doit plus fuir le lendemain. S’il fuit, changez de bouchon et optez pour un diamètre plus grand.

Creusez un trou dans la terre de manière à ce que votre pot dépasse de 3 à 4 cm et recouvrez avec la soucoupe. Veillez à ce que la terre soit bien en contact avec l’oya pour que l’arrosage soit efficace, et afin d’éviter que les gastéropodes ne se glissent dans cet abri frais et humide !

Ajoutez de l’eau dans votre oya jusqu’à sa surface, et recouvrez-le de paille afin de diminuer l’évaporation. Vous devrez remplir votre oya tous les 4 à 10 jours environ, en fonction de sa taille et de la météo.

Astuce : à la place de la soucoupe, vous pouvez également utiliser un pot de diamètre plus petit, à insérer à l’envers à l’intérieur du grand pot. Collez les deux pots ensemble avec de la colle à céramique. Vous pouvez remplir votre oya facilement avec un arrosoir à l’aide du trou situé sous le petit pot, qui se trouve à présent à ras de terre.

Illustration bannière : Un oya planté au pied d’un manguier © ARINDAM SINGHA MAHAPATRA

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A la découverte du monde de demain, initiatives positives, personnalités inspirantes, nouveaux modèles économiques. Sans cesse dans les livres, sur le Net...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis