Charlie, le robot qui assiste les enfants diabétiques

Il fallait y penser : pour accompagner les enfants diabétiques dans l’apprentissage de la prise en charge de leur maladie, Charlie, un robot du français Aldebaran, a été programmé pour enseigner à l’enfant à détecter les phases d’hypoglycémie, et à prendre la décision de s’injecter de l’insuline.

Rédigé par Valérie Dewerte - De Bisschop, le 11 Jul 2016, à 16 h 30 min

En France, on dénombre environ 10.000 enfants de moins de quinze ans atteints de diabète de type 1, qui les rend insulino-dépendants. Chez ces enfants, une crise d’hypoglycémie mal gérée peut avoir une issue fatale. Pourtant, ils doivent apprendre à vivre comme les autres, sans compter sur leurs parents pour leur rappeler de mesurer leur taux de sucre, ou pour calculer la dose d’insuline à s’injecter.

Un robot pour enseigner la maladie et ses conséquences aux enfants diabétiques

C’est ce que Charlie le robot, qui est en fait un robot Nao de l’ex-français Aldebaran (récemment racheté par des japonais), prétend pouvoir faire. Programmé par une équipe de médecins néerlandais, Charlie interagit avec l’enfant malade tout au long de la journée, pour lui apprendre à détecter les signes avant-coureurs de l’hypoglycémie. Pour l’instant, Charlie est avant tout un outil ludique à finalité pédagogique. Il apprend à l’enfant ce qu’est le diabète tout en jouant avec lui, afin de dédramatiser la maladie. Il n’est pas en revanche programmé pour l’instant pour calculer la dose d’insuline à injecter, ni non plus pour tenir des statistiques, déclencher une alarme, ou prévenir des proches ou l’équipe médicale en cas de crise.

Charlie robot assistance enfants diabétiques

Le robot Nao Charlie qui assiste les enfants diabétiques © Xavier Caré Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0

Des patchs et des implants délivrant de l’insuline automatiquement

Mais à terme, ce genre de technologie pourrait venir en aide aux enfants diabétiques, surtout, les plus dépendants de l’entourage, familial ou médical, pour la prise en charge. Plusieurs équipes de recherche dans le monde travaillent sur des prototypes de patchs ou d’implants capables de mesurer régulièrement le taux de glucose dans le sang du malade, et d’administrer des doses d’insuline en fonction des paramètres de poids, sans plus se préoccuper de ce qu’il a mangé ou mangera, puisque la régulation se fait quasiment en temps réel… Afin, on l’espère, de faire du diabète une maladie banale, demain.

Illustration bannière : Enfants diabétiques et Charlie au Meander Medisch Centrum à Amersfoort, près d’Utrecht aux Pays-Bas – © zorgenziekenhuiskrant
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis